Tip/Top

Tip / Top (Classement) : Tous les films de super-héros adaptés d’un comics du meilleur au pire

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Forcément subjectifs et ne reflétant qu’une vision parcellaire et personnelle, l’exercice du classement est souvent l’occasion de confrontations enflammées entre cinéphiles. Entre les pour et les contre, les absences inexcusables, les oublis ou le choix de certains titres qui feront hurler les puristes, chacun a son avis, souvent bien tranché… Voici le notre…

Cantonnés pendant des années à des budgets ridicules, les adaptations de comic-books trahissaient ou caricaturaient leur matériau d’origine tenus en piètre estime par les décideurs. L’avènement conjoint des  effets spéciaux numériques et d’une génération de réalisateurs et producteurs  baignés dés leur plus jeune age dans cette culture, aux commandes des studios fit entrer le genre dans un nouvel age d’or. Le  triomphes des Spider-Man de Sam Raimi (premier film à passer la barre des 100 millions de dollars en un week-end), le succès public et critique des Batman  de Christopher Nolan et enfin le phénomène Avengers (premier film à passer la barre des 200 millions de dollars en un week-end ) en ont fait le genre numéro un de cet Hollywood qui ne jure plus que par les franchises. Franchises que les décennies de publication mensuelle du comics offrent clé en main. Voici donc notre classement de TOUS les films de super-héros adaptés d’un comics des meilleurs … aux pires.

NOTE : Nous avons pris pour parti de classer ici des films de super-héros adaptés de personnages publiés ce qui exclut des œuvres telles qu’Unbreakable, Darkman ou encore Robocop que nous tenons pour de fabuleux films de super-héros. 

Les deux premiers de ce top  films sont très  différents mais pourtant se rejoignent dans la manière dont ils parviennent chacun à capturer  l’esprit des  grandes majors du comics dont ils défendent les couleurs : l’aspect solennel et sombre des DC Comics d’un coté celui pop et coloré des Marvel Comics  de l’autre. Comme deux facettes indissociables de la même pièce  ils en distillent la quintessence sur un peu plus de deux heures. Par delà leurs qualités respectives nous  avons retrouvé devant ces deux films une part d’émerveillement propre à l’enfance.

1- THE DARK KNIGHT – DC Comics – Christopher Nolan (2008)

the_dark_knight-cliff-and-co

D’ une noirceur minérale The Dark Knight  est tout à la fois une grande saga criminelle d’une folle densité narrative – grâce à la bonne idée de Nolan de fusionner les intrigues qu’ils comptait développer sur deux films – sous l’influence du Heat de Michael Mann, un exorcisme de tous les traumas de l’Amérique post 11 septembre et une distillation du meilleur du comics avec bien sûr la performance hors normes de Heath Ledger qui en réinventant le personnage du Joker en donne la meilleure transcription à l’écran mais aussi Christian Bale en Batman ultime « Pas le héros que nous méritions, mais le héros dont nous avions besoin ». Le meilleur film adapté d’un comics.

2- Superman – DC Comics – Richard Donner (1978)

Quand Christopher Reeve s’envole pour la première fois à l’écran le film moderne de super-héros naît. Le génie de Richard Donner est d’avoir tourné le dos à l’ironie placardant sur son plateau un mot clé résumant son approche : Verisimilitude. Traiter le fantastique non au second degré mais de la manière la plus réaliste possible une fois admis quelques principes extraordinaires. Mais une telle réussite aurait été impossible sans le casting du siècle un jeune acteur inconnu qui parvint non pas à jouer mais à incarner l’homme d’acier dans toutes ses facettes. La matrice de toutes les « origin stories ».

 3- Avengers Marvel Comics – Joss Whedon (2012)

the_avengers-cliff-and-co

Quand on lui remet le premier script signé Zak Penn le verdict de Joss Whedon est sans appel : tout est à refaire. Le studio ne peut se permettre de rater cette unique « franchise de franchises ». Après un premier acte délicat de mise en place, une réaction chimique s’opère dès que les héros et Loki se trouvent réunis jusqu’à un final dantesque que Whedon scénarise comme un film à part entière (s’inspirant d’une méthode de James Cameron) pour offrir au Earth’s Mightiest Heroes un epic à leur démesure.

4- Watchmen – DC Comics – Zack Snyder (2009)

Zack Snyder s’attaque à une œuvre révérée jugée inadaptable et parvient en presque trois heures à offrir une adaptation à la fois graphiquement fidèle au graphic-novel tout en adaptant son intrigue à sa sensibilité plus « physique » et aux contraintes de la narration cinématographique. On est embarqué dés l’un des plus beaux génériques récents dans cette œuvre dense et épique. Un film à voir dans son édition Director’s Cut qui se bonifie avec le temps.

5– Captain America : Civil War  – Marvel Comics – Joe & Anthony Russo (2016)

captain america civil war 4

Les frères Russo bâtissent un film complètement fidèle aux comics offrant ce qui est à ce jour l’affrontement super-héroïque le plus fou vu à l’écran mais dont la force repose sur ses personnages et leurs interactions. Un triomphe.

6- Captain America : Le Soldat de l’hiver – Marvel Comics – Joe & Anthony Russo (2014)

CAPTAIN AMERICA 2

Cette seconde aventure cinématographique du héros patriotique de la Marvel confié comme le premier Iron Man à des réalisateurs pas forcément attendus dans l’exercice ( les frères Joe et Anthony Russo ayant surtout œuvré dans la comédie) le film parvient a être une retranscription parfaite de l’univers Marvel se payant même le luxe d’offrir une réflexion sur l’actualité contemporaine. Mais c’est surtout l’adaptation de Captain America dont on a toujours rêvé un pur film d’action qui peut rivaliser avec les meilleurs du genre.

7- Iron Man Three – Marvel Comics – Shane Black (2013)

iron man 3 1

Malgré les craintes exprimées par certains on ne peut que constater que Shane Black est parvenu à dissoudre la machine Marvel dans son univers tant on y retrouve tous les motifs constitutifs de son cinéma tout en étant restant fermement planté dans l’univers Marvel. Combinant le meilleur des deux mondes Iron Man Three gentiment iconoclaste a régalé les intégristes des deux chapelles.

8- Batman Begins – DC Comics – Christopher Nolan (2005)

batmanbegins-cliff-and-co

Ce film démontre l’efficacité, en matière d’adaptation de comics, de la combinaison gagnante entre la vision d’un auteur et celle d’un familier du medium , ici celles de Christopher Nolan et David S. Goyer. Ils vont ressusciter le Caped Crusader au cinéma par une approche héritée du Superman de Donner pour donner l’ apparence de vérité à ses exploits et l’interprète qui pourra enfin être pleinement crédible quand il déclamera « I am Batman ».

9- Les Gardiens de la Galaxie – Marvel Comics – James Gunn (2014)

LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2

Équilibre parfait entre action, humour, rythme effréné et personnages attachants Les Gardiens de la Galaxie est une réussite totale pour James Gunn qui ouvre grand les portes de l’univers cosmique Marvel.

10Avengers Infinity War – Marvel Comics – Joe et Anthony Russo (2018)

AvengersInfinityWar2-cliff-and-co

Point culminant de 10 ans de développement de l’univers Marvel au cinéma Infinity War défie les attentes brise définitivement la barrière entre la page et l’écran offrant un crossover event cinématique que rien ne distingue de ses équivalents papier et offre au MCU son plus grand vilain Thanos grâce au charisme incroyable de Josh Brolin.

11– X-Men: le commencement  – Marvel Comics – Matthew Vaughn (2011)

X-men-first-class-cliff-and-co

Si les X-Men de Bryan Singer ont ouvert la voie du renouveau du film de comics après la débâcle de Batman & Robin c’est bien le film de Matthew Vaughn qui retranscrit le mieux l’esprit de la franchise mutante, plus fidèle à l’esprit des comics, plus rythmé et plus pop et nous offre en MVP Michael Fassbender le Magneto idéal.

12-  Man Of Steel DC Comics – Zack Snyder (2013)

MAN OF STEEL 1

Zack Snyder est choisi par l’intermédiaire de Christopher Nolan par la Warner pour faire entrer l’homme d’acier dans l’époque moderne. Malgré quelques imperfections en particulier des défauts de rythme et des redondances dans sa dernière partie, Man of Steel redéfinit de manière explosive Superman pour une nouvelle génération.

13- Spider-Man 2- Marvel Comics – Sam Raimi (2004)

spider-man2-cliff-and-co

Suite au colossal succès du premier épisode Sam Raimi livre avec cette suite un film étonnement mélancolique, véritable comédie dramatique où les personnages de Peter Parker bien sur mais aussi Mary-Jane et Harry Osborn se débattent dans des tourments intérieurs. Les apparitions du tisseur sont plus rares donc plus précieuses et donnent lieu à des scènes hallucinantes. Les combats qui l’opposent au Docteur Octopus fantastiques de découpage et de technique sont peut être les meilleures retranscriptions du dynamisme des comics jamais portées à l’écran. Raimi retrouve même le temps d’une scène la verve de ses Evil Dead. Mais le film ne se départit jamais de ce spleen qu’on retrouve dans le regard inquiet de Mary-Jane dans le dernier plan du film.

14- Batman le défi – DC Comics – Tim Burton (1992)

batman-returns-cliff-and-co

Avec ce film et grâce au triomphe de l’original Tim Burton parvient enfin à mêler son univers à celui de l’homme chauve-souris, avec sa galerie de Freaks magnifiques (l’incroyable performance de Michelle Pfeiffer en Catwoman) il donne une version de Batman proche des expérimentations comme l’Arkham Asylum de Grant Morrison. Le vrai Batman de Tim Burton.

15- Blade – Marvel Comics – Stephen Norrington (1998)

Blade-cliff-and-co

Blade est un tournant de l’histoire du CBM (Comic Book Movie) pour la première fois une adaptation d’un personnage Marvel est un succès public (même si il s’agit d’un personnage secondaire issu du comics Tomb of Dracula et d’un véhicule pour Wesley Snipes en vogue à l’époque). Blade porte en lui les germes de la nouvelle ère du genre au cinéma. Produit par l’israélien Avi Arad, qui racheta à l’époque Marvel bien décidé à exploiter son catalogue de personnages à l’écran, le succès du film lui donnera la crédibilité auprès des studios dont il aura besoin pour produire Spider-Man. Au début des années quatre vingt dix Marvel avait engagé un scénariste débutant pour développer une série de scripts pouvant être montés pour des budgets modestes et proposés aux studios (l’un d’eux deviendra le téléfilm Nick Fury avec David « Baywatch » Hasselhof!). Blade sera le seul projet qui ira à son terme. Le nom de ce jeune scénariste n’est pas resté inconnu puisqu’il s’agit de David S.Goyer (Batman Begins, The Dark Knight, Man Of Steel) qui deviendra ironie de l’histoire l’architecte de l’univers cinématographique du concurrent DC comics. Dernier héros méconnu Stephen Norrington dont la mise en scène ultra dynamique et visionnaire mixant une sensibilité asiatique et américaine (Blade précède Matrix) apporta une véritable « comic touch » au film. Ce sera hélas un autre CBM qui mettra fin à sa carrière La ligue des Gentlemen Extraordinaires.

16- Blade II- Marvel Comics – Guillermo Del Toro (2002)

blade2-cliff-and-co

Quel coup de génie d’avoir confié au geek suprême Guillermo Del Toro cette suite ou il mêle ces obsessions gothiques, mécaniques et organiques tout en rendant hommage au maîtres Frazetta et Jack Kirby. Un régal !

17- Iron Man – Marvel Comics – Jon Favreau (2008)

Iron-Man-cliff-and-co

Après avoir « licenciés » les droits de ses principaux personnages à Fox et Sony, Marvel décide de se lancer dans la production cinématographique avec ce personnage moins connu sous les ricanements des observateurs. On sourit encore quand c’est Jon Favreau (Elf) qui est choisi pour réaliser le film et intrigué quand on annonce le choix d’un Robert Downey Jr. revenu de toutes les addictions dans le rôle titre. Pourtant quand le film sort c’est un choc égal à l’arrivée des Marvel Comics dans les années 60 pop, fun et le succès est foudroyant. RDJ rejoint le club très fermé des acteurs qui se confondent avec leur personnage IL EST TONY STARK.

18- The Dark Knight Rises – DC Comics – Christopher Nolan (2012)

The-Dark-Knight-Rises-cliff-and-co

Épique et poignant malgré un Batman moins présent, Christopher Nolan clôt néanmoins de façon magistrale une trilogie qui entre désormais dans l’Histoire du cinéma.

19- Doctor Strange – Marvel Comics – Scott Derrickson (2016)

doctor-strange-top-cliff-and-co.jpg

Doctor Strange transcende sa structure familière d’ »origin-story » grâce à son imagerie psychédélique qui introduit de nouvelles dimensions, d’excellents personnages et des comédiens sensationnels dans l’univers Marvel.

20- Superman II- DC Comics -Richard Lester (1980)

Superman-II-cliff-and-co.jpg

Composé pour partie du matériel tourné par Richard Donner avant la décision de découper l’histoire en deux parties le budget devenant trop imposant, complété par Richard Lester (A hard day’s night) après que Donner fut viré par les producteurs en dépit du sucés du film, Superman II est resté pendant prés de 20 ans le seul exemple cinématographique d’un vrai combat entre des super-héros et des vilains aux pouvoirs équivalents. Malgré des effets spéciaux désormais datés il demeure un des grands moments du genre et a fait grâce à la composition de Terrence Stamp du général Zod un vilain incontournable de l’homme d’acier.

21- Spider-Man – Marvel Comics – Sam Raimi (2002)

spider-man-cliff-and-co

Prisonnier des années durant d’un imbroglio judiciaire l’adaptation du plus célèbre super-héros Marvel tint toutes se promesses à son arrivée sur les écrans. Utilisant le modèle narratif initié par Richard Donner sur Superman, Sam Raimi et le scénariste vedette David Koepp (Jurassic Park, Mission Impossible) frappent un grand coup, le film avec son week-end à 100 millions de dollars (une première) inaugure le temps du CBM triomphant.

22- X-Men : Days of Future Past – Marvel Comics -Bryan Singer (2014)

xmendofp5

Bryan Singer revient sur la franchise qu’il avait abandonné et rassemble les deux castings d’ X-Men dans une continuité unique, il introduit enfin les éléments les plus fantastiques des comics mutants pour ce qui annonçait un nouveau cycle pour la franchise.

 23–  X-Men 2 – Marvel Comics -Bryan Singer (2003)

xmen2-cliff-and-co

Le succès du premier X-Men a surpris tout Hollywood y compris la Fox qui l’avait produit sans y croire un instant. Doté enfin d’un budget conséquent Singer livre un spectacle plus ample parsemé de scènes spectaculaires – la scène d’ouverture à la Maison Blanche, l’évasion de Magneto ou l’attaque de l’école (qui achève l’iconisation du personnage de Wolverine). Il fait de l’expérience mutante une métaphore à peine voilée de la condition homosexuelle, comme le montre cette scène du « coming-out » mutant d’Iceman auprès de ses parents.

24- Spider-Man Homecoming – Marvel Comics – Jon Watts (2017)

spider-man-homecoming-vedette-cliff-and-co

Spider-man Homecoming est une comédie d’action trépidante dont l’humour omniprésent ne verse jamais dans la parodie et qui assume pleinement sa nature de « Marvel movie ». C’est même un des films du studio qui exploite le mieux l’univers partagé tout en étant parfaitement autonome. Spidey est entre de bonnes mains…

25 – Deadpool – Marvel Comics – Tim Miller (2016)

DEADPOOL 6

Avec son patchwork de tonalités, son aspect autoréférentiel et son contenu réservé aux adultes Deadpool ne devrait pas fonctionner pourtant Tim Miller et Ryan Reynolds sont parvenus à faire un film percutant, romantique et irrévérencieux mais aussi un des films de super-héros parmi les plus satisfaisants.

26- Ant-Man – Marvel Comics – Peyton Reed (2015)

ant-man-cliff-and-co

Sa modestie, le timing comique et le charme de ses interprètes font la réussite d’Ant-Man le plus jazzy des films Marvel mélange de comédie, de film de casse et de super-héros. Une parfaite détente entre deux mégafilms. Fourmidable !

27-  Avengers : l’Ere d’Ultron – Marvel Comics – Joss Whedon (2015)

Avengers33

Avengers : l’Ère d’Ultron est le film du studio le plus proche de la narration des comics contenant des plans incroyables qu’on diraient sortis des plus belles splash pages mais ne parvient pas à égaler l’enthousiasme ressenti devant le premier volet en partie par la faute d’un rythme moins fluide et d’un final redondant Mais pas de méprise : pour le fans Age of Ultron reste un ride jouissif !

 28- Captain America: First Avenger- Marvel Comics Joe Johnston (2011)

captain-america-the-first-avenger-cliff-and-co

Après le Rocketeer Joe Johnston retrouvait les années 40 pour ce Marvel movie rendant un hommage aux comics et au serials marqué par la transposition ultra-fidèle du Red Skull et l’interprétation parfaite de Chris Evans.

29 Hellboy II les légions d’or maudites  -Dark Horse Comics -Guillermo Del Toro (2008)

hellboy-2-cliff-and-co

Dans cette suite Del Toro , encore plus personnelle, se débarrasse du sidekick imposé par la production dans le premier film , retrouve Luke Goss son méchant de Blade II et plonge notre héros dans un univers plus orienté dans la pure fantasy , comme une répétition du Hobbit qu’il ne réalisera finalement pas. Visuellement sublime et émouvant une suite qui dépasse l’original.

30- Hellboy -Dark Horse Comics -Guillermo Del Toro (2004)

hellboy-cliff-and-co

C’est dans l’adaptation de ce comics de Mike Mignola que Guillermo Del Toro trouve le vecteur idéal à toutes ses obsessions les menaces Lovecraftienne, l’obsession des  mécanismes d’horlogerie et son interprète fétiche Ron Perlman auquel le démon sans cornes permet d’accéder au premier rôle.

31 – Logan– Marvel Comics – James Mangold (2017)

logan-4-cliff-and-co

Néo-western crépusculaire et violent, Logan offre une émouvante sortie à Hugh Jackman dans son rôle signature malgré un dernier acte plus convenu.

32-  Les Gardiens de la galaxie Vol 2. – Marvel Comics – James Gunn (2017)

gotg2-11-cliff-and-co

Par sa tonalité mélancolique et ses thèmes, Les Gardiens de la galaxie 2 se vit vraiment comme un « épisode du milieu » et rend logique l’annonce immédiate d’un Volume 3 par James Gunn pour terminer le cycle. Aventure drôle et enlevée aux enjeux intimes qui utilise toutes les couleurs dans la boîte à crayons, Les Gardiens de la Galaxie 2 ne soulève pas le même enthousiasme que le premier mais reste une suite satisfaisante.

33– The Crow – Caliber Comics Alex Proyas (1994)

the-crow-cliff-and-co

Adapté d’un comics indépendant écrit par James O’Barr pour exorciser la mort violente de sa petite amie, le film d’Alex Proyas est bien sûr resté célèbre pour le tragique incident de plateau qui coûta la vie à Brandon Lee, avant même la fin du tournage (pour la première fois un « masque digital » fut appliqué sur une doublure pour certaines scènes). Cette légende noire est tenace en partie à cause de l’atmosphère tragique du film lui-même. Reste une oeuvre portée par la stylisation incroyable d’Alex Proyas et l’interprétation vraiment habitée de Lee.

34 – Deadpool 2 – Marvel Comics – David Leitch

Deadpool2-1-cliff-and-co

Forcément moins spontané et surprenant que le premier volet, Deadpool  2, si il est conscient de sa nature, n’est jamais cynique. Porté par un casting  en phase avec le ton du film et la mise en scène cinétique de David Leitch, il parvient à offrir une suite satisfaisante qui s’achève par ce qui est sans doute la meilleure scène post-générique d’un film de super-héros.

35Thor Ragnarok – Marvel Comics – Taika Waititi (2017)

thor-ragnarok-cliff-and-co

Récréation avant des films plus « sérieux » du MCU (Avengers Infinity War et Black Panther) Thor Ragnarok est une ode sincère aux faces B, aux rip-offs de grand films et aux comics des bacs de soldes à 10 cents.

36 –Batman v Superman : L’Aube de la Justice – DC Comics – Zack Snyder (2016)

BATMAN V SUPERMAN 2

Malgré sa splendeur visuelle et son indéniable dimension épique (et Batfleck !!!) , ce monumental Batman v Superman: L’aube de la Justice n’a pas les moyens de toutes ses ambitions cherchant à raconter une collection d’histoires au lieu de se concentrer sur une seule et desservant certains de ses personnages.

37 – Black Panther– Marvel Comics – Ryan Coogler (2018)

black-panther1-cliff-and-co

Black Panther surprend par la qualité de la construction de son univers, l’étendue des sujets politiques et sociaux qu’il aborde ainsi que l’enthousiasme de son casting. Le meilleur compliment qu’on puisse lui faire c’est qu’on à affaire ici à un authentique film de Ryan Coogler.

38- Ant-Man & La Guêpe – Marvel Comics – Peyton Reed (2015)

ant-man-and-wasp-cliff-and-co

Drôle, inventif et plein d’énergie Ant-Man & La Guêpe par sa modestie et le charme de ses interprètes est une parfaite détente entre deux méga-films.

 

39– ThorMarvel Comics – Kenneth Branagh (2011)

CA.0713.thor.

Trouver un bon acteur pouvant répondre aux critères physiques du personnage, introduire un univers purement fantastique après le ton plus réaliste d’Iron Man, le défi était de taille. Kenneth Branagh pour son premier blockbuster malgré un final manquant de souffle et de moyens au regard de ses ambitions relève le défi et révèle deux futures stars : Chris Hemsworth et Tom Hiddleston.

40The Wolverine – Marvel Comics – James Mangold (2013)

WOLVERINE 3

The Wolverine est un film schizophrénique ou cohabitent le ridicule et l’excellence. Imparfait malgré de bonnes intentions parasitées par de mauvais choix narratifs et une méchante de téléfilm. Il rend tout de même sa dignité au personnage grâce à une iconisation respectueuse, une photo magnifique et quelques scènes « badass ».

41- Hulk – Marvel Comics -Ang Lee (2003)

Hulk-cliff-and-co.jpg

Malgré une combat final qui ressemble plus à du théâtre subventionné qu’à du Jack Kirby et quelques bizarreries comme ces « caniches-hulk », le film de Ang Lee sait rester fidèle au comics tout en apportant une touche de poésie au géant vert (Ho!Ho!Ho). Si la technique expérimentale qui reproduit dans des split-screen les cases d’une page de comics nous avait perdu au cinéma, elle fonctionne assez bien sur un écran de home cinéma.

42– X-Men – Marvel Comics – Bryan Singer (2000)

x-men1-cliff-and-co

C’est le succès surprise de ce film pour lequel Bryan Singer se battit bec et ongles avec la Fox qui n’y croyait pas un instant, lui octroyant un budget ridicule, qui amorcera la renaissance du CBM après l’échec « radioactif » pour le genre de Batman & Robin. Dès la scène d’ouverture située à Auschwitz le signal est clair le film traitera le genre avec sérieux et dignité. Et bien sur la révélation Hugh Jackman, le plus grand casting de super-héros depuis Christopher Reeve.

43Wonder Woman – DC Comics  – Patty Jenkins (2017)

WONDER WOMAN

Si le film n’est pas exempt de défauts – la mise en scène de Patty Jenkins est anonyme, le jeu de Gal Gadot perfectible et le dernier acte rendu illisible par des effets visuels indigents mais sa fidélité au personnage et son approche entre Donner et Snyder fonctionne.

44Batman Forever – DC Comics – Joel Schumacher (1995)

batman-forever-cliff-and-co

C’est un tort de mettre le film dans le même panier que sa terrible suite Batman & Robin. Si on excepte le jeu outrancier de Tommy Lee Jones et quelques excès « fluorescents » de Schumacher, Batman Forever est une aventure grand public du Caped crusader marqué par le numéro d’un Jim Carrey en pleine ascension et qui offre pour une fois un vrai arc narratif à Batman.

45– Superman Returns – DC Comics -Bryan Singer (2006)

Superman-Returns-cliff-and-co

Trop révérencieux avec le film de Donner (gâchant ainsi un excellent Kevin Spacey l’obligeant à singer le Luthor d’Hackman) et prenant des libertés intolérables avec l’homme d’acier, père étonnamment passif d’un enfant naturel, Superman Returns reste malgré tout un grand spectacle majestueux à voir dans sa version Blu-Ray pour découvrir la scène du retour sur Krypton la scène coupée la plus chère de l’histoire (10 Millions de $).

46Thor : The Dark World Marvel Comics – Alan Taylor (2013)

THOR 2 2

La suite de Thor reste le maillon faible de la phase 2 ne bénéficiant pas de la vision d’un véritable auteur pouvant transcender un scénario pas assez solide (retravaillé par quasiment tous les scénaristes maison). Malgré tout le charisme de ses interprètes et le savoir-faire du studio en font une série B plaisante loin de déshonorer la Maison des Idées.

47- The Shadow – Russel Mulcahy (1994)

the-shadow-cliff-and-co

Dans la foulée du Batman de Burton, tous les studios cherchent à en dupliquer le succès. Martin Bregman producteur de Scarface finance cette adaptation du héros des pulps devenu héros de radio et de comics qui inspira les créateurs de Batman. Dans le rôle titre, Alec Baldwin (Burton avait refusé pour son film qu’il incarne Batman) entouré d’un (plus) jeune Ian McKellen. Réalisé par Russell Highlander Mulcahy sur un scénario de David Koepp (Jurassic Park, Mission Impossible et Spider-man) The Shadow est un film au charme suranné qui restitue bien l’esprit pulp même si il est finalement plus proche de Doc Savage que du Shadow original.

48The Rocketeer – Joe Johnston (1991)

rocketeer-cliff-and-co.jpg

The Rocketeer constitue un magnifique hommage au Pulp, au sérial et au vieil Hollywood réalisé par Joe Johnston où brillent un excellent Timothy Dalton en version maléfique d’Errol Flynn (lui-même suspecté d’amitié nazies), une sublime Jennifer Connely et un thème superbe de James Horner.

49The Amazing Spider-Man 2 Marvel Comics – Marc Webb (2014)

amazing_spiderman_two_cliff-and-co

Même si il conserve des défauts de rythme déjà présents dans le premier volet du reboot et prend quelques libertés avec le « canon » du personnage, The Amazing Spider-Man 2, plus spectaculaire lui est en tout point supérieur et ses 15 premières minutes nous offrent une des meilleures représentations visuelles de Spidey à l’écran.

50Justice League– DC Comics – Zack Snyder (2017)

Justice_League4-cliff-and-co

Si Justice League est sauvé par son action comic-booky sans prétention et quelques plans iconiques, vestiges du travail de Zack Snyder le film porte dans chaque scène les stigmates de sa genèse contrariée. Une occasion manquée.

51- Iron Man 2 – Marvel Comics – Jon Favreau (2010)

iron man 2 1

Après le triomphe surprise d’Iron Man comme son héros le jeune studio pêche par orgueil et se sent invincible quand il se lance dans cette sequel à partir d’un scénario non abouti de Justin Theroux (le héros de la série The Leftovers qui avait écrit Tropic Thunder sur lequel il sympathisa avec RDJ.). Tentant de concilier l’exigence de « world building »(l’introduction de Black Widow, l’intervention de Nick Fury) avec le désir d’improvisation de sa vedette. Dans le flottement de la préparation une fâcherie Favreau /Downey Jr complique la donne. Le film ne va pas au bout des bons concepts qu’il introduit dans son premier acte et se perd en chemin jusqu’à un final frustrant par sa brièveté. Heureusement l’abattage de RDJ, la photo magnifique de Matthew Libatique et les SFX d’ILM sauvent (un peu) la mise.

52 – X-Men l’affrontement final – Marvel Comics Brett Ratner (2006)

XMEN l'affrontement final slide

Repris à la dernière minute après la désertion de Matthew Vaughn par Brett The Rat Ratner ce troisième X-Men, adaptant en partie un arc de comics écrit par Joss Whedon le mixant avec la saga de Dark Phoenix et les New X-Men de Grant Morrison vaut mieux que sa réputation. Malgré quelques scènes ratées, des personnages sacrifiés (Cyclops, Rogue) il sait offrir de belles sorties au Professeur X et Jean Grey. A noter que le scénariste Simon Kinberg rachètera ses fautes en rédigeant le script de X-Men : Days of Future Past.

53- X-Men : Apocalypse Marvel Comics – Bryan Singer (2016)

X-men Apocalypse le plus ouvertement « comic-booky » des X-Men de Bryan Singer perd en substance ce qu’il pense gagner en envergure faute d’investissement émotionnel dans ses personnages. Si le film se laisse voir sans déplaisir il marque une vraie chute de qualité et d’ambition pour la franchise.

54- Suicide Squad – DC Comics –  David Ayer (2016)

SUICIDE SQUAD 1 CLIFF AND CO

Pas plus que les autres genres les CBM n’ont pour obligation d’être tous des films profonds comme The Dark Knight, le Suicide Squad de David Ayer avait vocation à être cette série B parcourue de quelques fulgurances et de moments nanardesques en quelque sorte le reflet de beaucoup de comics de super-héros mainstream qu’il adapte et c’est déjà pas mal.

55- The Incredible Hulk- Marvel Comics – Louis Letterrier (2008)

Incroyable-hulk-cliff-and-co

Après l’adaptation ésotérique d’Ang Lee, Marvel Studios monte une version plus proche de la série TV tout en introduisant les éléments de la continuité du « shared universe » que le studio veut mettre en place, un peu à la hâte puisque la cameo de Tony Stark ne colle pas avec le développement ultérieur de l’univers . Ré-écrit par sa vedette Ed Norton qui finira par se fâcher avec le studio et réalisé par le frenchie Louis Letterrier le film est un bonne série B malgré un final que des effets visuels approximatifs font basculer dans le jeu vidéo.

56- Batman – DC Comics – Tim Burton (1989)

batman_joker_nicholson_cliff-and-co

Malgré le Joker de Jack Nicholson (qu’on aurait préféré plus maigre) et le thème de Danny Elfman le compte n’y est pas. Les magnifiques décors d’Anton Furst, sacrifiés, un Batman relégué en personnage secondaire, un costume en carton, des effets visibles à la Ed Wood même le bat-embleme n’est pas correct !

57- Superman III – DC Comics – Richard Lester (1983)

Superman3-cliff-and-co

Richard Lester a cette fois les coudées franches et bascule dans le slapstick, Superman est éclipsé par le comique Richard Pryor, Robert Vaughn incarne un pseudo Luthor dénué de charisme. Heureusement, Christopher Reeve est toujours impérial et une scène d’affrontement entre Superman devenu mauvais et son alter-ego Clark Kent sauve le film.

58- Spider-man  3 – Marvel Comics – Sam Raimi(2007)

spider-man-3-cliff-and-co

Une de nos plus grandes déceptions en salles que la magnifique scène de la naissance du Sandman ne peut sauver. Un Spider-man démasqué durant tout le film, des raccourcis scénaristiques honteux, le traitement de Venom expédié , le potentiel d’un « dark spidey » gâché par l’ignoble scène de danse.

59- Les Quatre Fantastiques et le Surfer d’argent – Marvel Comics – Tim Story (2007)

LesQuatreFantastiquesetleSurferdrgent-cliff-and-co

Tim Story n’est décidément pas à la hauteur d’un tel projet mais le film provoque l’affection en raison de l’aspect très « comic-booky » du script de Don Payne et un Silver Surfer somptueux réalisé par Weta Digital.

60- Green Lantern – DC Comics – Martin Campbell (2011)

greenlantern-cliff-and-co

On attendait beaucoup de l’adaptation du héros DC par le réalisateur de Casino Royale, mais hélas un script trop remanié (l’original était bien meilleur), un Ryan Reynolds mal à l’aise et des choix de design étrange ( un combat final contre une espèce d’étron) condamne le film. Reste Sinestro, Kilowog et Tomar-re parfaits et un bon thème de James Newton Howard.

61- The Amazing Spider-Man Marvel Comics – Marc Webb (2012)

peter_parker_amazing_spider_man-cliff-and-co

Cette relecture de l’origine du tisseur est un film frustrant, déséquilibré n’arrivant jamais à nous transporter faute d’un ton et d’un style cohérent malgré un bon Andrew Garfield.

62- The Punisher – Marvel Comics – Mark Goldblatt(1989)

punisher-1989-cliff-and-co

Même si le film constitue une adaptation libre du personnage, on en garde un souvenir nostalgique de ce Punisher crasseux, cette réalisation du monteur suprême Mark Goldblatt (The Terminator, Commando) qui lui vaut cette place dans le top.

63- X-Men origins : Wolverine – Marvel Comics – Gavin Hood (2009)

wolverineorigins-cliff-and-co

Malgré l’implication de Hugh Jackman et un script initial solide de David Benioff (Troy, Game of Thrones) le film, complètement dénaturé par le studio, est une catastrophe où se noie l’inexpérimenté Gavin Hood qui livre un des gros budgets les plus pauvres visuellement aux effets spéciaux dignes d’un DTV.

64- Punisher War Zone – Marvel Comics – Lexi Alexander (2008)

punisher_wz-cliff-and-co.jpg

Malgré un effort pour coller au plus prés du comics , ultra-violence comprise , quelques scènes efficaces celles d’ouvertures en particulier PWZ n’est pas encore l’adaptation que mérite le personnage, Ray Stevenson n’a pas vraiment le profil du soldat affûté et Dominic West livre une énième variation du Joker de Jack Nicholson  avec 20 ans de retard.

65- Les 4 fantastiques – Marvel Comics – Tim Story (2005)

fantastic_four_cliff-and-co

Télévisuelle dans sa forme cette adaptation sitcomesque est bien loin de l’aspect cosmique du comics, Julian McMahon inoubliable Christian Troy de la série Nip-Tuck aurait pu être un bon Dr Doom si le script n’en avait pas fait un clown (même si son look final parvient à être fidèle). Reste l’entente entre Chris Evans et Michael Chiklis.

66- Blade Trinity – Marvel Comics – David Goyer (2004)

blade-trinity-cliff-and-co.jpg

David Goyer est une excellent scénariste (si, si) mais un piètre réalisateur et gâche un peu la franchise avec cet opus terne plombé par un calamiteux méchant malgré quelques passages intéressants (l’arrestation de Blade et l’infiltration de la société par les agents des vampires) et un bon Ryan Reynolds.

67- Daredevil – Marvel Comics – Mark Steven Johnson (2003)

affleckdaredevil-cliff-and-co.jpg

L’amour du matériau d’origine est un piètre substitut au talent comme le montre Mark Steven Johnson avec ce Daredevil malgré un casting où Ben Affleck est bon dans le rôle refusé par son pote Matt Damon.

68- Batman & Robin – DC Comics – Joel Schumacher (1997)

batmanandrobin-cliff-and-co

Le symbole de la dégénérescence qui guette tout Comic book movie s’il n’y prend pas garde. Couleurs criardes, stars qui cabotinent, design dictés par les compagnies de produits dérivés. un film devenu un épouvantail et qui rendra le genre radioactif pour des années.

69- Venom – Marvel Comics – Ruben Fleischer (2018)

venom-cliff-and-co

Venom est un CBM  anachronique échappé des années deux mille par on ne sait quelle faille spatio-temporelle . Copiant le  The Mask de Chuck Russell avec une esthétique de téléfilm (honte à l’excellent directeur de la photographie  Matthew Libatique de livrer une telle copie sans doute trop occupé par A Star is born) sans direction artistique, une bouillie de CGI donnant vie au héros et son adversaire (en dépit d’un design de Venom assez fidèle)  que seule la « performance » complémentent azimutée de Tom  Hardy digne du Nicolas Cage de Ghost Rider 2: L’esprit de vengeance rend étrangement potable.

70- Supergirl – DC Comics – Jeannot Szwarc (1984)

Supergirl-cliff-and-co.jpg

Les Salkind veulent appliquer la formule gagnante à la cousine de Superman, quelques stars hollywoodiennes dans des seconds rôles, Peter O’Toole au lieu de Marlon Brando dans le rôle du père de l’héroïne, Faye Dunaway en méchante mais Jeannot Zwarc (Jaws 2) n’est pas Richard Donner et malgré sa ressemblance la jeune Helen Slater (qui incarne la mére adoptive de Supergirl dans la récente série télévisée de WB) n’a pas le talent de Christopher Reeve. La naïveté de son script signé David Odell (Dark Crystal, Les Maitres de l’Univers) et ses effets spéciaux désormais vieillissants ne parviennent pas à sauver « the maiden of steel ».

71- Les 4 Fantastiques – Marvel Comics – Josh Trank (2015)

fantastic_four-cliff-and-co.jpg

Saboté par le studio et son propre réalisateur Josh Trank (le pourtant excellent Chronicle) ce reboot malgré une première partie décente et un parti-pris intéressant d’ambiance à la Cronenberg s’effondre complètement rendant la franchise radioactive pour des années encore.

72- Superman IV  – DC Comics – Sidney J.Furie (1987)

supermanIV-cliff-and-co

Si on pensait que Lex Luthor était le pire ennemi de Superman force est de constater que peu de ses adversaires ne lui ont fait plus de mal que le producteur Menahem Golan qui produit pour un budget misérable ce triste adieu de Christopher Reeve au personnage seul acteur concerné dans ce navet naïf et consternant.

73- Ghost Rider – Marvel Comics – Mark Steven Johnson (2003)

Ghost-Rider-cliff-and-co.jpg

Nicolas Cage est un authentique fan de comics de longue date, qui flirta avec un certain nombre de personnages au fil des ans, notamment le « Superman » avorté des années 90 a finalement obtenu sa chance avec Ghost Rider mais hélas pour lui malgré un design fidèle, Mark Steven Johnson confirme qu’en outre d’être un piètre scénariste, il est aussi un réalisateur médiocre ne maîtrisant pas les scènes d’action et échoue ici à maintenir une unité de ton entre le sérieux et le kitsch.

74- The Punisher – Marvel Comics – Jonathan Hensleigh (2004)

punisher-thomas-jane-cliff-and-co.jpg

Tourné en Floride pour on ne sait quelle raison fiscale, ce film à l’allure de Direct To Video où passe un John Travolta absent , n’est en rien fidèle aux comics à l’exception d’une scène tirée du run de Garth Ennis et Steve Dillon dans les comics que je vous invite à relire plutôt que de voir ce navet.

75- Spawn – Image Comics – Mark A.Z. Dippe (1984)

spawn-movie-cliff-and-co.jpg

En dépit de bons maquillages cette adaptation où cabotine John Leguizamo ressemble plus à un économiseur d’écran d’un fan boutonneux de métal qu’à une grande adaptation de comics.

76- Ghost Rider 2: L’esprit de vengeance – Marvel Comics – Mark Neveldine et Brian Taylor (2011)

ghost_rider_spirit_of_vengeancecliff-and-co.jpg

Malgré un redesign original du personnage, un Nic Cage des plus bizarres et Idris Elba, ce sombre nanar montre les limites de l’esbrouffe de la mise en scène vomitive du duo Neveldine / Taylor.

77- Elektra – Marvel Comics – Rob Bowman (2005)

Jennifer-Garner-Elektra-cliff-and-co.jpg

Rob Bowman issue de la série X-files avait montré quelques promesses avec l’adaptation cinématographique de la série et surtout son Règne du feu vite oubliées avec cette adaptation télévisuelle du personnage de Frank Miller interprétée par une Jennifer Garner bien trop lisse pour le rôle.

78- Catwoman – DC Comics – Pitof (2004)

catwoman-cliff-and-co.jpg

Ne reste que des ruines de ce spin-of de Batman qui devait un temps être adapté d’un scénario de Daniel Waters (Batman Returns) ici c’est une cat-astrophe industrielle rarement vue à ce niveau au ridicule achevé avec une Halle Berry qui fait le chat en costume de prostituée avec une mise en scene (?) qui marque le début et la fin de la carrière américaine du calamiteux Pitof.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s