Critiques Cinéma

DOCTOR STRANGE (Critique)

4 STARS EXCELLENT

doctor-strange-affiche-cliff-and-co

SYNOPSIS: Doctor Strange suit l’histoire du Docteur Stephen Strange, talentueux neurochirurgien qui, après un tragique accident de voiture, doit mettre son égo de côté et apprendre les secrets d’un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives. Basé à New York, dans le quartier de Greenwich Village, Doctor Strange doit jouer les intermédiaires entre le monde réel et ce qui se trouve au-delà, en utlisant un vaste éventail d’aptitudes métaphysiques et d’artefacts pour protéger le Marvel Cinematic Universe. 

Un des plus vieux projets du studio Marvel mettant en scène un héros méconnu du grand public qui a souvent du mal à maintenir une publication régulière et qui plus est réalisé par un metteur en scène à la filmographie inégale, Doctor Strange est t-il le film de trop pour le studio que ses détracteurs attendent avec gourmandise ?

L’adaptation d’une bande dessinée a l’écran est un exercice périlleux qui nécessite de faire des arbitrages entre fidélité aux canons de la série et les contraintes de la dramaturgie. Dans ce domaine peu de comics présentent plus de défis d’adaptation que Doctor Strange dont les aspects psychédéliques et le langage occulte à base d’incantations qui peuvent sembler ridicules une fois prononcées à haute voix (« Par les bandes cramoisies de Cyttorak », « Par les vapeurs du Vishanti ») constituent une équation que Marvel Studios, pourtant rompu a l’exercice, a mis du temps a résoudre (alors que le personnage est un des favoris du « grand architecte » Kevin Feige). C’est au scénariste de Prometheus (bientôt de Passengers) Jon Spaiths et au réalisateur Scott Derrickson (L’Exorcisme d’Emily-Rose, le médiocre remake de The Day the earth stood still et le plutôt bon Sinister dont le scénariste Robert Cargill a contribué au script de Strange) qu’a été confié cette périlleuse mission. Pour leur faciliter la tâche le studio a su assembler un casting composé d’acteurs prestigieux qu’on ne s’attendait pas à retrouver dans un CBM et qui élèvent par leur présence le projet : Une égérie du cinéma indépendant Tilda Swinton dans le rôle du mentor du héros (dans le comics un vieux sage asiatique), Chiwetel Ejiofor dans celui de Mordo (dans le comics la nemesis du Docteur d’origine transylvanienne), Mads Mikkelsen en méchant et dans le rôle titre a l’issue d’une longue recherche Benedict Cumberbatch. Ce casting illustre aussi la volonté du studio de faire si nécessaire des choix en rupture avec le matériau original pour l’adapter.

doctor-strange-1-cliff-and-co

Retrouvez les origines du Doctor Strange ci-dessous :

https://leschroniquesdecliffhanger.com/2016/09/16/aux-origines-comics-doctor-strange/

Le film suit le modèle désormais éprouvé dans le genre super-héroïque de l' »origin story » et nous présente Stephen Strange, neuro- chirurgien brillant mais arrogant (Benedict Cumberbatch parfait dans ce registre) qui perd suite à un accident de voiture l’usage de ses mains et la capacité d’opérer. En désespoir de cause, sur les conseils d’un patient ayant miraculeusement recouvré l’usage de ses jambes (Benjamin Bratt) grâce à un mystérieux mystique oriental, Strange s’envole pour le Népal ou il fait la connaissance de Mordo (Chiwetel Ejiofor) qui l’introduit auprès de l’Ancien (Tilda Swinton) dont il va bientôt devenir l’élève dans les arts mystiques. Il va devoir aux cotés de Mordo et Wong (Benedict Wong), armé de reliques magiques, protéger notre dimension des visées de Kaecilius (Mads Mikkelsen impavide) un élève rebelle de l’Ancien qui a conclu un pacte avec des forces maléfiques. Les histoires Dr Strange dans Strange Tales ont innové en élargissant les limites de l’univers Marvel naissant au delà de la réalité et même du monde conscient. Comme un miroir, son adaptation cinématographique cherche à étendre le MCU (Marvel Cinematic Universe pour les intimes) au-delà des aspects technologiques ou spatiaux vers une dimension cosmico-mystique.

Marvel's DOCTOR STRANGE..L to R: Doctor Christine Palmer (Rachel McAdams) and Doctor Stephen Strange (Benedict Cumberbatch)..Photo Credit: Jay Maidment..©2016 Marvel. All Rights Reserved.

Vous avez pu voir dans les bandes-annonces des images qui rappellent Matrix ou Inception et cette parenté visuelle est cohérente car ces œuvres partagent avec Doctor Strange des concepts où les protagonistes s’éveillent à des réalités qui vont au-delà de leur perception. Déjà en 2004 une mini-série publiée par Marvel et signée par J. Michael Straczynski (Babylon 5 , Sense 8) avait tenté de moderniser l’origine du personnage en s’inspirant de Matrix (qui par certains cotés avaient repris des éléments de Strange), c’est d’ailleurs dans cette série qu’a été introduit le concept repris dans le film qu’incantations et sortilèges sont tels des programmes permettant de réécrire la réalité. D’autre part la familiarité de ces codes visuels permet de faire entrer le grand public dans l’univers de Docteur Strange avant que le film n’en révèle des dimensions encore plus extrêmes et pour le coup complètement en accord avec les visions psychotropes de Steve Ditko. Cette « inspiration » relèverait du plagiat si Derrickson et ses équipes d’effets spéciaux n’apportaient pas de nouvelles contributions. Ces scènes qui voient s’affronter les sorciers en plein Manhattan sont d’une ampleur dantesque repoussant les limites de la « recomposition Inceptionienne ». Un affrontement à Hong-Kong s’appuie sur une idée brillantes encore jamais vue à l’écran. Le si décrié Scott Derrickson les illustre d’une main sure rendant l’action toujours lisible même au summum de la frénésie.

Marvel's DOCTOR STRANGE..L to R: Mordo (Chiwetel Ejiofor) and Doctor Stephen Strange (Benedict Cumberbatch)..Photo Credit: Jay Maidment..©2016 Marvel. All Rights Reserved.

Malgré quelques adaptations nécessaires du point de vue de la dramaturgie, en particulier celles relatives au personnage de Mordo pleinement justifiées à nos yeux car les set-ups et pay-offs de chaque personnage sont particulièrement efficaces, le canon du comics est célébré, les références abondent. En particulier une séquence qui voit Strange défendre son Sanctum Sanctorum New-Yorkais de l’assaut des zélotes de Kaecilius (dont l’acteur artiste martial Scott Adkins) se concluant par un fight sur le plan astral, transporte le fan ravi de voir des concepts et images iconiques traduits à l’écran. Le même sentiment prévaut quand Derrickson nous fait visiter une dimension bien connue des fans du Sorcier Suprême et rend un hommage direct aux dessins de Ditko. De même la résolution du conflit dans le troisième acte, devenu le point faible des films de super-héros, est originale et complètement représentative du personnage (elle pourrait tout à fait être issue d’un comics signé Roy Thomas) permettant au film de se distinguer de ses pairs.

Marvel's DOCTOR STRANGE..L to R: Mordo (Chiwetel Ejiofor) and Doctor Strange (Benedict Cumberbatch)..Photo Credit: Film Frame ..©2016 Marvel. All Rights Reserved.

Les comédiens sont tous excellents. Benedict Cumberbatch sait doser parfaitement arrogance, humour et héroïsme et on n’a aucun mal à imaginer Tilda Swinton en Sorcière Suprême millénaire. L’entente des deux comédiens est parfaite autant dans les aspects burlesques – la toujours difficile relation maitre oriental-élève occidental – que dans des moments plus émotionnels. Chiwetel Ejiofor apporte à Mordo un supplément d’humanité qui donne une dimension plus importante à son personnage. Là encore ses échanges avec Cumberbatch sont parfaitement dosés entre camaraderie et rivalité. On pourrait reprocher au film un humour parfois incongru dans cette atmosphère mystique (toutefois dans les proportions habituelles du studio et il faut le dire souvent drôle), de s’appuyer sur une formule très conventionnelle, de gaspiller le talent de Mads Mikkelsen dans un personnage utilitaire (mais on comprend qu’il ait été choisi pour lui insuffler un supplément de menace) et de sacrifier le personnage féminin interprété par Rachel McAdams (de loin la plus mal servie). Le score de Michael Giacchino (qui signe également la nouvelle fanfare de Marvel Studios) est réussie, en particulier son thème principal, mix improbable entre le thème de la série Sherlock et des guitares de rock progressif à la Queen ou Pink Floyd. A noter que Doctor Strange, grâce à des éléments soigneusement mis en place s’intégrera parfaitement dans la trame narrative qui va nous mener à Infinity War… Conclusion : Doctor Strange transcende sa structure familière d’ « origin-story » grâce à son imagerie psychédélique qui introduit de nouvelles dimensions, d’excellents personnages et des comédiens sensationnels dans l’univers Marvel.

doctor-strange-affiche-cliff-and-co

Titre Original: DOCTOR STRANGE

Réalisé par: Scott Derrickson

Casting :  Benedict Cumberbatch, Mads Mikkelsen, Tilda Swinton,

Chiwetel Ejiofor, Rachel McAdams, Benedict Wong…

Genre: Fantastique, Action

Sortie le: 26 octobre 2016

Distribué par: The Walt Disney Company France

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s