Critiques Cinéma

CRIMINAL SQUAD (Critique)

SYNOPSIS: Chaque jour, 120 millions de dollars en liquide sont retirés de la circulation et détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles. Un gang de braqueurs multirécidivistes va tenter l’audacieux tout de force de mettre la main dessus. Mais, ils vont se heurter à une unité d’élite de la police qui n’a pas l’intention de jouer dans les règles de l’art. Tous les coups sont permis pour coincer ces gangsters prêts à tout. 

On pourrait se fier aux apparences et ne voir en Criminal Squad que ce qu’il semble être à savoir une série B comme basique. On pourrait craindre de n’y voir qu’un ersatz de ces films d’action ou de ces polars qui fleurent bon la nostalgie des années 80 et 90 mais qui au final n’en exhalent qu’un parfum frelaté. On pourrait se méfier d’y retrouver un Gerald Butler qui ne s’est pas toujours distingué par des choix de carrière extrêmement pertinents. On pourrait croire à tout ça et ne même pas prendre la peine de vérifier par nous-mêmes et on se priverait alors d’un polar noir et malin, parfaitement bien ficelé et qui, s’il rappelle certains hits du genre, ne se contentent pas de les singer mais leur rend au contraire hommage avec une redoutable efficacité et un respect patent. Ajoutez à cela des fusillades percutantes, un suspense haletant, un Gerald Butler sec, buriné et bien entouré et L.A magnifiquement shootée et Criminal Squad a tout du braquage réussi.

criminal squad 1 cliff and co

Premier film de Christian Gudegast (coscénariste de La Chute de Londres déjà avec Butler) qu’il a mis dix ans à monter, le scénario est l’œuvre de Gudegast et de Paul Scheuring qui avaient déjà écrit ensemble Un Homme à part (2003) avec Vin Diesel. Scheuring, connu pour être le créateur de la série Prison Break, a déjà démontré qu’il était malin et capable de trousser un récit sophistiqué (il a aussi montré ses limites après la première saison de la série) et on retrouve notamment dans Criminal Squad son sens du rebondissement et des fausses pistes. D’emblée nous sommes plongés au cœur de la Cité des anges et la ville est magistralement filmée avec des plans aériens splendides faisant écho sans peine au fabuleux Heat de Michael Mann dont on retrouvera des échos à plusieurs moments du métrage notamment dans la capacité de Gudegast à filmer les gunfights avec percussion, le tout accompagné d’un découpage et d’une lisibilité qui ravissent le spectateur et le tient harponné à son siège. Le classique de Mann ne sera pas le seul à être cité sciemment ou non (on pense notamment à Training Day, à l’excellent Triple 9 et aussi à un autre classique dont on taira le titre afin de laisser le suspense intact). Le film reste extrêmement classique dans son avancée narrative et distille ses coups d’éclat avec une parcimonie bienvenue sans avoir besoin de les empiler pour atténuer un récit qui manquerait de chair. Rien qu’en cela, Criminal Squad s’affranchit des séries B uniquement bourrines et s’ancre nettement plus dans le haut du panier des films de braquage.

criminal squad 2 cliff and co

Le film s’avère extrêmement jouissif dans ses moments de tension, et nous en met plein la vue en terme de pyrotechnie et d’impact. Le jeu des comédiens lui, n’en devient pas pour autant shakespearien mais Gerald Butler, Pablo Schreiber et 50 Cent entre autres font preuve d’un charisme assez renversant pour atténuer certaines situations où leur justesse pourrait être prise en défaut. On regrettera par contre le recours à deux personnages féminins ainsi qu’à un environnement familial totalement dispensables dans l’utilisation qui en est fait. Leur présence aurait pu se justifier si elle avait fait avancer l’histoire ou l’avait impactée en terme d’enjeu dramatique mais le peu de fois où l’histoire s’y réfère s’avère tellement anecdotique que l’on s’interroge sacrément sur leur nécessité, si ce n’est de donner aux flics et aux gangsters une humanité dont leur caractérisation sommaire les avait expurgée.

criminal squad 3 cliff and co

Tout ceci fait qu’au final, Criminal Squad, long de 2h20 a bien vingt minutes de trop au compteur. Fort heureusement ça n’impacte ni notre patience, ni notre enthousiasme pour une histoire qui, bien que classique, trouve les artifices pour nous maintenir en haleine. La réalisation de Gudegast, magnifiée par la très belle photographie de Terry Stacey et le bénéfice d’un montage carré du vétéran Joel Cox, un fidèle de Clint Eastwood, permettent au film d’assurer le spectacle. Et on appréciera fortement la déférence à un genre que le réalisateur ne prend pas de haut et embrasse avec une belle conviction. En plus d’offrir à Gerald Butler ce qui est sans doute son meilleur rôle, Criminal Squad renoue avec ces films qui ont fait notre bonheur de spectateur en restant à hauteur d’hommes et sans braquer ses projecteurs sur ses effets visuels au détriment de sa malignité narrative. De la série B qui devient triple A.

Titre Original: DEN OF THIEVES

Réalisé par: Christian Gudegast

Casting : Gerald Butler, Pablo Schreiber, 50 Cent  …

Genre: Thriller, Policier

Sortie le : 21 février 2018

Distribué par: Metropolitan FilmExport

EXCELLENT

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s