Cinémotion

CINÉMOTION Le film qui m’a le plus… Tac Tac Badaboum !

Il y a quelques années, plus précisément à la fin du siècle dernier, avec quelques compagnons cinéphiles, nous organisions à tour de rôle des nuits thématiques autour d’un acteur ou d’un réalisateur. Bref, ce soir-là c’est un ami Belmondophile, aujourd’hui scénariste mais également rédacteur sur ce site, dont je vous conseille l’excellente rubrique La Fidélité, qui nous avait concocté fort logiquement une nuit Jean-Paul Belmondo avec quelques classiques de « Bebel » en VHS ramenées de son sud natal. Il y avait Le Doulos de Jean-Pierre Melville, Le Professionnel de Georges Lautner, Peur sur la ville d’Henri Verneuil, et, pour clôturer la soirée, Le Magnifique. Je n’ai gardé que peu de souvenirs du Doulos, visionné en mangeant des pizzas congelées, des chips molles et du coca tiède (oui, nous étions étudiants), je me souviens par contre avoir beaucoup aimé Peur sur la ville, thriller efficace, et m’être vaguement endormi devant Le Professionnel (la digestion…). Puis, alors que l’aube pointait le bout de son nez, que nos brillants esprits commençaient à fatiguer et que l’odeur de pizza froide s’installait dans le studio pour plusieurs jours, nous décidâmes d’un commun accord d’ouvrir un 3ème sachet de m&m’s, et de lancer le dernier film de la soirée, que je ne connaissais pas, Le Magnifique de Philippe de Broca. L’organisateur de la soirée se tourne alors vers moi et me dit : 

  • Ça, ça va te plaire…  

Comme il m’avait dit la même chose pour Les Sœurs Soleil qu’il m’avait emmené voir au cinéma, j’ai eu de gros doutes… 

Et là, paf, effectivement c’est le choc. Je suis totalement bluffé car ne m’attendais pas à découvrir une parodie française aussi réussie, une comédie délirante qui n’a rien à envier aux ZAZ de la grande époque. Moi qui suis fan du cinéma de l’absurde, de Mel Brooks aux Monty Python, je n’imaginais pas avoir un tel coup de cœur devant cet OSS avant l’heure, ce pastiche brillant d’un film d’espionnage avec un Jean-Paul Belmondo dans l’un de ses meilleurs rôles. Un scénario signé Francis Veber (qui n’est pas crédité en raison d’un différend avec Philippe de Broca), Philippe de Broca et Jean-Paul Rappeneau, une réalisation inventive et énergique, des acteurs formidables et des scènes cultes. Ce film est un ovni dans le cinéma français, une comédie décalée, atypique et surprenante. Et contrairement à Borsalino, qui a failli remplacer Le Magnifique lors de cette soirée, l’œuvre de Philippe de Broca n’a pas vieillie et reste un indémodable et éternel plaisir de cinéma jubilatoire ! 

Rendez-vous prochainement avec le film qui m’a le plus…déçu !  

On résume : 

Le film : Le Magnifique  
Le réalisateur : Philippe de Broca  Scénario : Francis Veber, Jean-Paul Rappeneau, Philippe de Broca 
Le casting : Jean-Paul Belmondo, Jacqueline Bisset, Vittorio Caprioli, Jean Lefèbvre 
L’année : 1973 
Entrées France : 2 803 412  
Le pitch : Un modeste écrivain tente d’achever le dernier épisode des extraordinaires aventures du héros qu’il a créé, celui d’un agent secret invincible, en prêtant à ses personnages les traits de ceux qu’il côtoie dans la réalité.  

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s