Actus

Alors, on regarde quoi ce soir ? (Sélection Sorties Vidéo Juin 2021)

Ce mois-ci nous vous proposons 5 films du siècle dernier qui vont combler les amateurs de beau et de grand cinéma… Un film noir et tragique de 1948, un surprenant Alain Jessua de 1979, un petit chef d’œuvre de 1973, un Truffaut en mode Hitchcock de 1964 et un western spectaculaire de 1960 avec et par John Wayne. Des classiques, des découvertes, des surprises, de quoi passer de très bonnes soirées sur son canapé une fois les bleus éliminés (ce qui rime avec « ça ne va pas tarder « … mais si ils gagnent l’euro je vais passer pour un… (Note du Rédacteur en chef: BLEU ?)  Bon visionnage !

Marché de brutes (1948)

Réalisé par Anthony Mann

Avec : Dennis O’Keefe, Claire Trevor, Marsha Hunt, Raymond Burr

Durée : 1h19

Date de sortie : Le 15 juin 2021 chez Rimini Éditions

SYNOPSIS: Joe Sullivan brûle d’envie de sortir de prison. Il décide de s’adresser au truand Rick Coyle, qui lui doit de l’argent. Rick accepte de l’aider à s’évader. En réalité, il s’agit d’un piège…

Film noir tragique, romantique et violent, aux personnages perdus entre l’ombre et la lumière de leur chemin, Marché de brutes préfigure déjà les futurs westerns d’Anthony Mann. Porté par une voix off mélancolique et une ambiance désespérée, le film du futur réalisateur de Winchester 73, Les Affameurs ou L’Homme de la plaine est une œuvre classique, mais souvent brillante dans la réalisation, empreinte d’une réelle sensibilité qui vient compenser les quelques faiblesses du scénario. La version proposée en blu-ray chez Rimini est une édition restaurée de très belle facture qui redonne tout son éclat à la photographie de John Alton. Bref, sans être un chef d’œuvre absolu, Marché de brutes est un excellent film noir qui aura toute sa place dans votre Blu-raythèque.

Le saviez-vous ? John Alton, le directeur de la photographie, avait déjà travaillé avec Anthony Mann sur La Brigade du suicide et collabora ensuite à nouveau avec lui à plusieurs reprises (Incident de frontière, Le livre noir et La Porte du diable…) mais également avec Vincente Minnelli sur (entre autres) Un Américain à Paris film pour lequel il reçut l’Oscar de la meilleure photographie. Il termina sa carrière en 1960 avec Elmer Gantry que nous avions sélectionné dans notre rubrique de décembre 2019 :

Alors, on regarde quoi ce soir ? (Sélection Sorties Vidéo Décembre 2019)

Les Chiens (1979)

Réalisé par Alain Jessua

Avec : Gérard Depardieu, Victor Lanoux, Nicole Calfan, Fanny Ardant, Pierre Vernier

Durée : 1h40

Date de sortie : Le 30 juin 2021 chez Studiocanal (Make My Day !)

SYNOPSIS: Henri Ferret, un jeune médecin, vient s’installer en banlieue parisienne Très vite, il reçoit la visite de nombreux patients blessés par des morsures de chiens Des chiens de garde que les habitants ont achetés à un éleveur charismatique afin de se protéger des agressions nocturnes.

Avec Les Chiens, Alain Jessua pointe (déjà) du doigt les dérives sécuritaires provoquées par la peur de l’autre, par le sentiment d’insécurité qui pousse ici une partie de la population à acheter des chiens agressifs pour se protéger. Et, petit à petit, la petite délinquance qui a provoqué cette paranoïa devient moins dangereuse que la réponse bestiale de la meute des bien-pensants d’une société qui se déshumanise. Devant le regard médusé du docteur Henri Ferret, interprété par un excellent Victor Lanoux, la raison s’égare et les tensions s’attisent autour d’un éleveur de chien charismatique qui récupère (et exploite) politiquement la peur des habitants, ce qui nous renvoie aux scores faramineux d’un front national d’aujourd’hui qui joue sur le même registre. La peur, l’effet de groupe, l’envie de vengeance, la récupération politique, autant de thèmes traités avec brio par Alain Jessua dont l’œuvre n’a jamais été autant d’actualité. A découvrir dans la collection Make My Day chez Studiocanal.

Le saviez-vous ? Parmi les rôles secondaires on aperçoit Fanny Ardant. Les Chiens n’est que son second film au cinéma, 3 ans après Marie-Poupée de Joël Séria. Si elle apparaît l’année suivante dans Les Uns et les Autres de Claude Lelouch, c’est en 1981 avec La Femme d’à côté de François Truffaut que sa carrière est définitivement lancée.

Ne vous retournez pas (1973)

Réalisé par Nicholas Roeg

Avec : Julie Christie, Donald Sutherland, Hilary Mason

Durée : 1h50

Date de sortie : Le 15 juin 2021 chez Potemkine Films

SYNOPSIS: Quelques mois après la mort accidentelle de leur fille, Laura et John Baxter se rendent à Venise. Mais la ville, ténébreuse et menaçante, devient le théâtre d’événements sordides.

Étrange cauchemar que cette parabole fantastique de Nicholas Roeg inspiré d’un roman de Daphné du Maurier. On y suit un couple en reconstruction, après la mort accidentelle de leur fille, dans un Venise labyrinthique et inquiétant, où se perd petit à petit le personnage incarné par le formidable Donald Sutherland, aveugle face aux visions qui le hantent et aux indices qui parsèment la ville. Ne vous retournez pas est un petit bijou qui navigue (en gondole) entre le drame et le film d’horreur, tout du moins son atmosphère, et qui nous invite à une formidable et dérangeante expérience cinématographique, sublimée par un montage qui frise le génie. Une œuvre majeure qui continue encore aujourd’hui d’inspirer de nombreux réalisateurs et qui mérite d’être redécouverte ou découverte par les jeunes générations. Un must.

Le saviez-vous ? Park Chan-wook, réalisateur d’Old Boy ou Mademoiselle a déclaré à de nombreuses reprises que Ne vous retournez pas est l’un des deux films avec Vertigo de Hitchcock qui lui ont donné envie de devenir cinéaste. Deux films pour lui indissociables comme le jour et la nuit, l’un, Vertigo, est un rêve diurne et l’autre, Ne vous retournez pas est un cauchemar nocturne…

La peau douce (1964)

Réalisé par François Truffaut

Avec : Françoise Dorléac, Jean Desailly, Nelly Benedetti, Daniel Ceccaldi

Durée : 1h58

Date de sortie : Le 2 juin 2021 chez Carlotta Films (Édition Prestige limitée)

SYNOPSIS: Pierre Lachenay, âgé d’une quarantaine d’années, est marié. Il habite le XVIe arrondissement de Paris avec sa femme Franca et leur petite fille Sabine. Au cours d’un voyage à Lisbonne où il donne une conférence sur Balzac, Pierre rencontre Nicolas, une jeune hôtesse de l’air. Il la revoit à Paris et devient son amant. La vie de Pierre bascule, car il ne sait pas mentir. Il se sépare de sa femme. Désormais libre, il va demander à Nicolas de l’épouser.

Le plus hitchcockien des films de François Truffaut, La peau douce, a longtemps été mal aimé, alors qu’il s’agit sans doute de l’une des meilleures œuvres du réalisateur. Cette histoire d’adultère, de triangle amoureux et de lâcheté d’une grande noirceur, filmée comme un thriller d’Alfred Hitchcock est un petit bijou glacial et captivant, grâce entre autres au charisme de la formidable et solaire Françoise Dorléac et à la justesse de Jean Desailly en petit bourgeois qui se lance dans une histoire d’amour trop grande pour lui… C’est parfois drôle, touchant, mais aussi ironique, méchant, mordant, presque cynique et souvent triste. Un grand film que nous propose Carlotta dans une Édition Prestige et avec un master Haute Définition qui rend hommage à l’œuvre de Truffaut.  

Le saviez-vous ? Présenté à Cannes en 1964, La Peau douce y reçu un accueil glacial. Il fut en grande partie éclipsé par Les Parapluies de Cherbourg, grand prix du Festival, et son actrice principale… Catherine Deneuve.

Alamo (1960)

Réalisé par John Wayne

Avec : John Wayne, Richard Widmark, Laurence Harvey, Frankie Avalon

Durée : 2h35

Date de sortie : Le 16 juin 2021 chez ESC Editions

SYNOPSIS: En 1836, après la rébellion de la province mexicaine du Texas, 185 civils américains, dont Davy Crockett et Jim Bowie se réfugient dans le monastère d’Alamo transformé en fort et résistent jusqu’à la mort aux 7 000 soldats mexicains dirigés par le général Santa Anna…

Alamo est une fresque spectaculaire et grandiose réalisée par John Wayne qui dû se battre de longues années afin de pouvoir monter ce projet d’envergure. 4000 figurants, 1500 chevaux, un casting prestigieux, de John Wayne en personne au formidable Richard Widmark (Le Carrefour de la mort, Les Cheyennes…) en passant par Laurence Harvey (Roméo et Juliette) ou Linda Cristal, on pense par moment au cinéma de John Ford, l’un des maîtres de John Wayne d’ailleurs présent sur le plateau. Le réalisateur réussit son pari, glorifier le courage du peuple américain, en multipliant les scènes d’action, et en y ajoutant une pointe d’humour, de l’émotion et du lyrisme, sans hésiter à prendre quelques libertés avec la vérité. Une œuvre héroïque et tragique à découvrir dans une version cinéma remasterisée chez ESC accompagnée de la version longue du film en SD.

Le saviez-vous ? Alamo est le premier film que John Wayne réalise seul. Huit ans plus tard, en 1968 il met en scène un second film, Les Bérets verts, qui soutient l’intervention américaine au Vietnam et qui provoque à sa sortie de nombreuses manifestations.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s