Critiques Cinéma

UN COUTEAU DANS LE COEUR (Critique)

SYNOPSIS: Paris, été 1979. Anne est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs, sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie. 

Second long-métrage de Yann Gonzalez – frère d’Anthony Gonzalez, le frontrunner charismatique de l’excellent groupe de musique électronique M83Un Couteau dans le Cœur, présenté en compétition officielle au festival de Cannes 2018, place Vanessa Paradis en proie au chagrin (d’amour) dans la peau d’une productrice de pornos gays au rabais menacée par différents meurtres dans un Paris fantasmagorique, à la fin des années 70. A la fin de la projection, en dépit d’une longue standing-ovation dans la salle du Grand Théâtre Lumière, la presse semblait divisée sur le film. Qu’en est-il réellement ?

Première (bonne) surprise : Un Couteau dans le Cœur pose le (bon) ton dès son ouverture. On y découvre Anne, une quarantenaire surgissant de nulle part et interprétée par une Vanessa Paradis en larmes, se réfugier dans une cabine téléphonique pour supplier à travers le combiné Loïs, son ex compagne, de la reprendre après qu’elle l’ait quittée. Quelques instants plus tard, un jeune acteur gay est subitement et sauvagement assassiné à coups de couteau dans l’anus. L’ambiance, glauque à souhait, est celle d’un giallo. Le reste du métrage, à l’image de cette introduction soignée et séduisante, se révèle tout aussi convaincant, tant dans la forme que dans le fond. Avec cette plongée marquante dans l’univers du porno gay de la fin des 70’s – comme pouvait l’être par exemple le mésestimé La Chasse – Cruising de William Friedkin – en forme de vibrant hommage au giallo, dont il reprend l’intégralité des codes dans le récit (le whodonuit conservant les éléments du slasher, l’érotisme exagéré qui côtoie une violence ultra gore jouant à fond la carte des clichés) ou l’esthétique (les jeux de lumière surtout), le tout pimenté de meurtres barbares DePalma-esques, de dialogues mélancoliques à la Jean Rollin et de fulgurances visuelles à la Dario Argento, laissant déborder l’imaginaire attrayant de Yann Gonzalez, Un Couteau dans le Cœur constitue ainsi une belle réussite, confirmant la plupart des espoirs placés en lui après ses très prometteuses Rencontres d’après minuit.

Rassurez-vous tout de même, derrière son lot de références, le film ne manque jamais de caractère et d’originalité, se montrant capable d’être tour à tour drôle et ludique (toutes les répliques de Nicolas Maury, les tournages maisons des productions gays), terrifiant et angoissant (les apparitions du boogeyman creepy, avec ces grandes scènes d’assassinats excessivement sanglants), et même émouvant (les tourments d’Anne et la résolution émotionnelle de son arc sentimental) à travers une trame enthousiasmante et captivante. Et que dire de la mise en scène, si ce n’est qu’elle est toujours jouissive et imprévisible. Jeux de caméra très stylisés, lumières fluorescentes et crépusculaires, musique inhabituelle et envoûtante de M83, direction remarquable de Vanessa Paradis et de toute la troupe d’acteurs incarnant les jeunes comédiens gays, aux discours volontairement boursouflés (on s’amuse au passage de l’apparition remarquée du réalisateur français Bertrand Mandico dans un micro-rôle de cinéaste de pornos gays), Yann Gonzalez s’est offert les moyens « physiques » de répondre à ses idées folles et son ambition formelle, et on ne peut qu’applaudir la démarche.

Véritable ode au cinéma d’exploitation italien des 60-70’s, Un Couteau dans le Cœur en laissera sans doute hélas plus d’un sur le bas côté, ceux qui trouveront là une certaine  » pose  » et un mauvais goût mis au service du néant. Il serait pourtant injuste de ne pas saluer ici le désir de Yann Gonzalez de procurer aux spectateurs un vrai  » plaisir de cinéma  » comme on en fait trop rarement en France, avec, pour témoin possible, ce sublime générique de fin aux images fascinantes et aux sons magnétisants.

Titre Original: UN COUTEAU DANS LE COEUR

Réalisé par: Yann Gonzalez

Casting :  Vanessa Paradis, Kate Moran, Nicolas Maury…

Genre: Thriller

Sortie le: 27 juin 2018

Distribué par: Memento Films Distribution

TRÈS BIEN

Publicités

3 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s