Critiques Cinéma

ERASERHEAD (Critique)

5 STARS CHEF D'OEUVRE

eraserhead affiche cliff and co

SYNOPSIS: Un homme est abandonné par son amie qui lui laisse la charge d’un enfant prématuré, fruit de leur union. Il s’enfonce dans un univers fantasmatique pour fuir cette cruelle réalité.

Quarante ans après sa première sortie en salle, la ressortie du premier film de David Lynch dans une magnifique version restaurée 4K , nous offre l’occasion de redécouvrir ce chef-d’œuvre dont les visions successives ne peuvent suffire à en épuiser la richesse. Eraserhead, nous emmène et nous perd dans un labyrinthe mental, celui de l’esprit de son réalisateur, lequel, durant cinq années, aura dû se battre pour obtenir le financement, puis la distribution de son film et a imprimé sur la pellicule ses visions et ses angoisses d’homme et d’artiste. Il en résulte un grand film mental à la fois angoissant, fascinant et absurde, empruntant autant à l’expressionniste allemand, qu’au cinéma d’horreur et au cinéma muet. Auteur du scénario, David Lynch a également été fortement influencé par La Métamorphose de Franz Kafka et Le Nez de Nicolas Gogol, empruntant les mêmes chemins qu’eux pour nous parler de notre monde et de nos peurs. C’est au travers du récit de Henry interprété par Jake Nance, qui deviendra l’un de ses acteurs fétiches, que Lynch nous immerge dans cet univers industriel dans lequel il se plait sans cesse à brouiller nos repères, à faire s’entrelacer rêve et réalité en utilisant toute la large palette de ses talents.

eraserhead image cliff and co 1.png

Expérimental et exigeant Eraserhead l’est indiscutablement sans pour autant négliger la narration qui permet de ne pas décrocher de ce trip cinématographique qui ne tourne pas à l’exercice d’auto satisfaction. Henry est un personnage qui fascine dès sa première apparition à l’écran, dont l’allure, le visage et la coupe de cheveux ont imprimé la mémoire des cinéphiles et, au delà, d’un assez large public, y compris parmi ceux qui n’auront jamais vu le film. Perdu dans un monde kafkaïen dont il s’échappe par les rêves, son quotidien se trouve bouleversé lorsqu’ invité à dîner chez ses beaux parents, sa belle mère lui annonce non seulement qu’il a mis enceinte sa fille mais qu’elle a même déjà accouché. Ce bébé prématuré n’a en réalité rien d’un petit poupon et c’est son arrivée qui fait basculer Henry et le film dans une hallucination sans fin. Peut être est-il la projection des angoisses d’Henry qui ne le comprenant pas et ne sachant pas comment s’en occuper le voit comme un petit monstre (de nombreuses rumeurs ont circulé sur son apparence, dont celle, démentie qu’il s’agirait d’un fœtus de veau embaumé) qui ne cesse de pleurer, toujours est-il que ce nouveau né semble provenir d’un cauchemar dont on ne peut échapper. Devant un tel film, de nombreuses interprétations sont possibles et, à notre sens, aucune ne peut véritablement faire foi, d’autant que David Lynch a toujours pris soin de ne pas trop s’étendre sur ce sujet, voulant laisser à chaque spectateur la possibilité de se faire sa propre opinion. On peut tout aussi bien vivre cette expérience en lâchant totalement prise, pour se laisser embarquer dans une pure fiction qui malgré ses éléments disruptifs se suit sans aucune difficulté, ou voir en Henry le doppelganger de Lynch dont il relaie les angoisses, notamment liée à son rapport très particulier à la ville de Philadelphie où il fit une partie de ses études. L’environnement urbain du film, très industrialisé, sans âme, est une vision cauchemardesque ou dystopique d’une ville qui n’offre aucun horizon à ses habitants. Eraserhead parle aussi de la peur d’une paternité non désirée et de phobie sociale mais ces thématiques apparaissent plus clairement après la vision du film tant celle-ci vous capte et vous plonge dans un univers détaché du réel, un cauchemar éveillé.

Eraserhead image cliff and co 2.jpg

Comme pour tout premier film, on peut aussi repérer les thématiques et la grammaire cinématographique que l’on retrouvera tout au long de la filmographie de David Lynch: l’importance des rêves comme échappatoire dans le quotidien de  ses personnages , la folie qui finit par les gagner, la figure récurrente de la femme fatale (incarnée dans Eraserhead par la voisine de palier d’Henry), le travail constant sur le son qu’il soit au soutien de l’ambiance de la scène ou soit un élément disruptif, le travail sur la longueur des plans. De ce point de vue, Eraserhead est indiscutablement un film matriciel, même si le terme à tendance à être employé à torts et à travers dès  lors qu’il s’agit de revenir sur le premier film d’un cinéaste. Peu de premières œuvres sont empreintes d’une telle radicalité et réalisées avec autant d’assurance et comme pour les autres grandes œuvres de David Lynch, on emporte avec soi des scènes entières d’Eraserhead. Destiné au départ à n’être que l’un des derniers Midnight Movies, ces films diffusés à un public averti par quelques cinémas spécialisés, Eraserhead a depuis bénéficié de l’immense aura de son réalisateur pour être redécouvert par un large public. Cette nouvelle sortie est une formidable vitrine pour ce qui est à nos yeux, l’un des films les plus aboutis de David Lynch.

eraserhead affiche cliff and co

Titre Original: ERASERHEAD

Réalisé par: David Lynch

Casting : Jake Nance, Charlotte Stewart, Allen Joseph …

Genre: Fantastique, Drame, Horreur

Date de sortie: 7 juin 1978

Date de reprise: 31 mai 2017

Distribué par: Potemkine Films

5 STARS CHEF D'OEUVRE

CHEF-D’ŒUVRE

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s