Critiques Cinéma

UN ÉLÉPHANT CA TROMPE ENORMEMENT /NOUS IRONS TOUS AU PARADIS (Critique)

le rendez vous ciné club

5 STARS CHEF D'OEUVRE

Ce texte a été publié initialement en 2013 et a été revu et corrigé pour les 40 ans d’Un éléphant ça trompe énormément.

un-elephant-ca-trompe-enormement-affiche-cliff-and-co

SYNOPSIS: Etienne, Simon, Daniel et Bouly ont quarante ans et sont inséparables, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur et le pire, ce sont les femmes : la leur, celles des autres, et d’autres encore qui passent, qui s’installent, qui restent ou qui les quittent, et les entraînent dans des aventures rocambolesques, cocasses et cruelles.

nous-irons-tous-au-paradis-affiche-cliff-and-co

SYNOPSIS: Quelques temps se sont écoulés depuis Un éléphant ça trompe énormément. Etienne, Simon, Daniel et Bouly ont toujours la quarantaine. Les affaires vont bien, mais leurs problèmes demeurent les femmes, qui n’ont fait que changer de visage. Etienne, qui poursuit son éducation sentimentale, se retrouve tout à coup pris dans le terrible engrenage de la jalousie : son épouse Marthe cache un secret que les amis d’Etienne vont bientôt découvrir.

Dans le cinéma français des années soixante-dix, période on ne peut plus florissante en terme de créativité, Yves Robert est un cinéaste qui aura marqué de son empreinte le cinéma populaire. Après Le grand blond avec une chaussure noire et sa suite, entrecoupés d’un Salut L’artiste, hommage au métier de comédien, Un éléphant ça trompe énormément arrive en 1976 sur les écrans. Point d’orgue de la collaboration entre Yves Robert et Jean-Loup Dabadie, le film est un formidable instantané de la France Giscardienne, en même temps qu’un vrai film de copains vu par le prisme de la comédie. Racontant les travers de ces hommes pour qui l’amitié n’est pas un vain mot, l’atermoiement de leurs relations amoureuses, leurs petits et grands mensonges et leurs attitudes volages, Yves Robert et Jean-Loup Dabadie, mieux que personne, racontent l’amitié et ses soubresauts, n’oubliant jamais derrière les gags hilarants, intemporels et réjouissants, d’avoir un point de vue et un réel discours, plus profond qu’il n’y parait au premier abord.

V.LANOUX,G.BEDOS,J.ROCHEFORT,C.BRASSEUR

Servi par un quatuor d’interprètes absolument extraordinaire entouré d’une pléiade de seconds rôles impeccable, Un éléphant ça trompe énormément, est une perle en terme de rythme et de qualité narrative. Les tribulations de cette bande de potes qui se retrouve chaque semaine sur un court de tennis et qui dans le tourbillon d’une quarantaine rugissante ont conservé leur âme de gamins est un modèle du genre. Parvenant merveilleusement à faire passer la chaleur humaine, la force des sentiments et le ciment de la relation qui les unit, Yves Robert et Jean-Loup Dabadie excellent dans cette peinture précise et délicieuse grâce à des dialogues qui sont de vrais bonheurs et parvenant à trouver constamment le bon équilibre entre humour et sensibilité. Souvent copié, jamais égalé, Un éléphant ça trompe énormément c’est l’amitié traitée avec justesse et sincérité transcendé par une réalisation, des dialogues et une interprétation empreints de grâce.

nous-irons-tous-au-paradis-1-cliff-and-co

L’année d’après, dans Nous irons tous au paradis le versant sera un tout petit peu plus sombre, avec quelques scènes versant carrément dans la forte émotion et apportant ainsi une empreinte traversée d’encore plus de vérité. Les quatre comédiens forment la plus belle bande de copains qu’on puisse imaginer: Entre un Jean Rochefort qui atteint des sommets dans la fantaisie, un Claude Brasseur vecteur d’émotions, mais jamais le dernier pour une tranche de rires, un Victor Lanoux macho de haut vol et un Guy Bedos dont la plus belle histoire d’amour est avec…sa mère, le casting est extraordinaire et garant d’un équilibre jamais pris à défaut! Les seconds rôles sont loin d’être anodins et ils ont tous leurs moments inoubliables (Christophe Bourseiller, Danièle Delorme, Marthe Villalonga…) Dans ce second opus, Yves Robert et Jean-Loup Dabadie font entrer la vie dans l’écran de façon drôle, sincère et tendre. Concordance entre un propos, une ambition narrative et formelle (la musique de Vladimir Cosma est irrésistible) et une symbiose entre des acteurs à leur meilleur, Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis forment un diptyque aux qualités multiples que le passage des ans n’aura pas flétri et qui touchera tous ceux pour qui les films de potes sont des morceaux de cinéma d’anthologie qui laissent passer la vie des autres pour raconter un peu la leur.

Les 20 meilleures répliques d’Un éléphant ira au paradis à retrouver ci-dessous sur le site de la revue Schnock: http://larevueschnock.com/les-20-meilleures-repliques-dun-elephant-ira-au-paradis/

 

un-elephant-ca-trompe-enormement-affiche-cliff-and-conous-irons-tous-au-paradis-affiche-cliff-and-co

Titre Original: UN ELEPHANT CA TROMPE ENORMEMENT / NOUS IRONS TOUS AU PARADIS

Réalisé par: Yves Robert

Casting : Jean Rochefort, Victor Lanoux, Guy Bedos,

Claude Brasseur, Marthe Villalonga, Danièle Delorme…

Genre: Comédie

Sortie le: 22 septembre 1976 / 09 novembre 1977

Distribué par: Gaumont Distribution

5 STARS CHEF D'OEUVRECHEF-D’ŒUVRE

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s