Critiques Cinéma

WHIPLASH (Critique)

5 STARS CHEF D'OEUVRE

whiplash_ver3

SYNOPSIS: Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence…

Dernier grand gagnant du festival du film indépendant de Sundance, Whiplash, premier film du jeune réalisateur Damien Chazelle, était présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du dernier festival de Cannes. En lead-role : la révélation de The Spectacular Now, le séduisant Miles Teller, promis à un grand avenir, du moins une « starisation » mondiale si l’on en croit ses prochains projets (le reboot des Quatres Fantastiques). J.K. Simmons, inoubliable patron du Daily Buggle dans la trilogie Spider-Man de Sam Raimi, est lui aussi de la partie dans la peau d’un professeur de musique de renommée. Notons enfin que ce drame, qui a séduit les festivaliers de la croisette comme jamais (plus de dix minutes de standing-ovation devant des Damien Chazelle et J.K. Simmons émus), sera également présenté au festival du film américain de Deauville. Whiplash, c’est l’histoire – assez classique mais touchante – d’un jeune et talentueux batteur de jazz, repéré par un professeur de musique prestigieux mais réputé difficile, qui enseigne au conservatoire de Manhattan et décide de le prendre sous son aile pour en faire l’un des meilleurs musiciens des États-Unis. whiplash 1Si le film de Damien Chazelle donne lieu à des numéros musicaux particulièrement réussis, transcendés par une mise en scène pimentée et impressionnante (les travellings délirants en sont le témoin probant) et des interprétations à l’unisson, l’intérêt premier réside ailleurs. Dans les dialogues évidemment, parcourus d’un humour bienvenu, mais aussi et surtout dans la caractérisation du duo de personnages centraux, ainsi que dans la liaison les unissant. Le récit a beau être assez basique dans le fond, il est en effet magnifié par un traitement hyper séduisant du genre où les répliques fusent, avec un côté cash, sans concession, assez rafraîchissant. À ce petit jeu, J .K. Simmons, sorte d’ersatz de Dr House version musique, joue une partition délicate mais redoutable, dont on imagine bien qu’elle sera récompensée aux prochaines cérémonies prestigieuses. Sa prestation remarquable ne manque en aucun cas de charisme et d’inspiration. Face à lui, Miles Teller ne démérite pas et devrait lui aussi obtenir un salut critique, et pourquoi pas, une statuette dorée sur sa cheminée.

whiplash 2Mais Whiplash n’est pas seulement un film traversé par des dialogues bien sentis, cinglants et décapants, écrits au cordeau, c’est aussi une œuvre mûre et adulte, qui balaye des thématiques aussi riches et variées que la passion de l’Art qui consume et rend fou, le rapport de domination sado-masochiste – par la transmission – entre un professeur et son élève, le dépassement de soi, la flamme qui anime un être, la marginalisation sociale comme moteur de travail, la fascination pour le talent d’un jeune premier. Il s’agit bien là de délire passionnel, qui soulève évidemment en corollaire la question du jusqu’où sommes-nous prêt à aller pour servir notre ardeur ? Le personnage incarné avec brio par Miles Teller est-il égoïste et égocentrique ? C’est en tout cas un environnement sur lequel se penche Damien Chazelle avec une énergie, un rythme, une acuité et une générosité folles. Tantôt tragique, tantôt hilarant, Whiplash évite en plus la mièvrerie et l’académisme rebutants des habituelles productions estampillées Sundance et offre des grilles de lecture subtiles sur son sujet. L’exaltant Whiplash est donc un long-métrage à ne pas rater, une authentique déclaration d’amour à la musique et à l’Art de manière plus générale. Applaudissements dans les salles françaises prévus à partir du 24 décembre prochain.

whiplash_ver3

Titre Original: WHIPLASH

Réalisé par: DAMIEN CHAZELLE

Casting: Miles Teller, J.K Simmons, Paul Reiser,

Melissa Benoist, Austin Stowell, Jayson Blair…

Genre: Drame

Sortie le: 24 décembre 2014

Distribué par: Ad Vitam

5 STARS CHEF D'OEUVRECHEF-D’OEUVRE

 

 

          

4 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s