Critiques Cinéma

IT FOLLOWS (Critique)

CANNES 2014 AFFICHE MINI

SEMAINE-DE-LA-CRITIQUE CANNES2014EN COMPETITION

Les tweets de sortie de projo:

tweet it follows

4,5 STARS TOP NIVEAU

it follows affiche

SYNOPSIS: Pour Jay, 19 ans, l’arrivée de l’automne devait rimer avec école, garçons et weekends au bord du lac. Mais après un rapport sexuel d’apparence anodin, elle se retrouve confrontée à d’étranges visions et l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Accablés par cette malédiction, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à l’horreur qui ne semble jamais loin derrière.

Déjà venu à La Semaine de la Critique en 2010 présenter son premier long-métrage, l’excellent The Myth of The American Sleepover, le réalisateur David Robert Mitchell vient cette fois défendre son second opus, It Follows, qui s’annonce clairement comme le buzz de cette sélection. Si The Myth of the American Sleepover – toujours inédit dans nos contrées – montrait avec une vraie douceur quatre adolescents en quête d’amour durant la dernière nuit de l’été – It Follows change radicalement de ton – tout en conservant certains motifs (des héros adolescents, la saison de l’automne débutante) – puisqu’il s’agit d’un film d’horreur, du moins un long-métrage « 50% doux, 50% agressif » si l’on en croit son réalisateur. Un auteur est né. Avec It Follows, David Robert Mitchell, toujours aussi fasciné par ces ado égarés, poursuit le pattern de The Myth of the American Sleepover en conservant les grands thèmes tout en renouvelant le style et le genre. Le cinéaste aborde ainsi les craintes adolescentes (la peur du dépucelage et plus largement du sexe, l’absence des adultes, les transformations corporelles) sous l’angle du film d’horreur dans un monde crépusculaire, rappelant évidemment le pavillon banlieusard d’Halloween (John Carpenter, grande référence), où le rapport sexuel est tantôt perçu comme une malédiction, tantôt comme une délivrance (parfois en même temps). Le clin d’œil à Carpenter ne s’arrête pas là : David Robert Mitchell rend hommage au style et à la mécanique du maître de l’horreur avec des plans parfois quasi identiques à ses œuvres (un somptueux panoramique 360° dans une école par ici, un travelling latéral par là). Autres influences : Ring et sa suite, avec l’idée de fond d’une transmission de malédiction, des gens nus à la place de la terrorisante Sadako, ainsi qu’un final dans une piscine très similaire dans la structure et le sens du découpage à celui de Ring 2. Cette séquence fait également beaucoup penser à Tourneur, metteur en scène régulièrement cité par David Robert Mitchell comme senseï.

it follows 2D’un autre côté, on se réjouit que David Robert Mitchell utilise à bon escient et de manière ultra maîtrisée les plus vieux codes des films de frousse pour faire flipper. Dans un cinéma d’horreur dominé par la roublardise, It Follows se distingue ainsi par une adhésion au premier degré aux forces surnaturelles. Cela le démarque nettement, et brillamment, de la production courante. Rares sont les scènes de violence ou les effusions de sang : It Follows fonctionne essentiellement à l’aide de ressorts horrifiques archaïques, de jeux de mise en scène et de quelques concepts connus comme l’utilisation de longs plans fixes obligeant le spectateur à scruter le détail susceptible de le faire frissonner. Dernière distinction, déjà évoquée plus haut dans ces lignes : le côté transgenre, qui place It Follows comme un fantastique teen-movie, au-delà du film d’horreur classique. Un cauchemar doux et poétique, composé de plusieurs morceaux sublimes, notamment grâce à une musique terriblement envoûtante façon BO de Drive (ou les synthé de … Carpenter dans Halloween!). Côté casting : Maika Monroe et Keir Gilchrist ne devraient pas tarder à percer tant ils sont excellents. Petit bémol par contre avec les personnages secondaires, mal caractérisés, et campés par des acteurs au jeux inégaux. On ne souhaite que du bonheur en salles pour le cinéaste David Robert Mitchell, qui signe avec It Follows un second film incroyable : un teenage movie horrifique flippant et poétique.

it follows affiche

Titre Original: IT FOLLOWS

Réalisé par: DAVID ROBERT MITCHELL

Casting: Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto,

Olivia Luccardi, Lili Sepe, Jake Weary…

Genre: Epouvante-horreur

Sortie le: 04 Février 2015

Distribué par : Metropolitan FilmExport

4,5 STARS TOP NIVEAUTOP NIVEAU

3 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s