Critiques

PROFILAGE SAISON 4 (Critique)

PROFILAGE SAISON 4 1

Après une saison 3 de tous les dangers mais qui sut remarquablement relever la gageure du remplacement au casting de Guillaume Cramoisan par Philippe Bas, Profilage est de retour sur TF1 ce jeudi 5 septembre pour une quatrième saison. Créée en 2009 par Fanny Robert et Sophie Lebarbier, avec Odile Vuillemin dans le rôle principal de Chloé Saint-Laurent, criminologue experte, douée d’une sensibilité qui lui permet de penser comme les criminels et donc de savoir comment ils agissent, Profilage poursuit son bonhomme de chemin dans la jungle de la fiction policière estampillée TF1. La réussite de la série, qui repose sur une écriture très fine et intelligente et sur la caractérisation du personnage de Chloé Saint-Laurent, fantasque et futée, est vraiment une bonne chose, car il s’agit là d’une fiction bien loin des canons formatés en vigueur. L’interprétation d’une Odile Vuillemin toute en nuances et qui apporte à son personnage toute sa folie, confère à la série une image nettement plus actuelle que bien d’autres séries du même acabit. A la fin de la saison 3, on avait laissé Chloé sur les doutes, qu’un coup de téléphone qu’elle pensait venir de sa mère morte assassinée 20 ans plus tôt, avaient fait naitre.

profilage-saison-4-destins-croises-10966445devcg

On la retrouve au début de cette nouvelle saison, toujours taraudée par ses doutes et en proie à ses démons. D’une jeune femme complètement à côté de la plaque en saison 1, Chloé a évoluée jusqu’à cette saison se retrouver face à des choix personnels difficiles dont on ne dira rien pour ne pas déflorer la surprise. Le personnage entre dans une vraie phase de maturité et Odile Vuillemin lui donne une épaisseur et une profondeur que l’on ne soupçonnait pas. La complicité entre les comédiens est également de plus en plus palpable à l’écran. Le duo Odile Vuillemin-Philippe Bas après un temps nécessaire d’adaptation a désormais bien pris ses marques. Philippe Bas aussi à des choses à jouer, il n’est pas juste un quota muscles dans une série qui sait trousser des intrigues policières extrêmement bien ficelées. Les personnages secondaires qui les entourent notamment ceux interprétés par Vanessa Valence et Raphaël Ferret sont de plus en plus développés et les auteurs tentent tant bien que mal au cours de cette saison 4 de les sortir des caricatures qu’ils avaient tendance à représenter. Ce n’est pas encore complètement ça, mais l’énergie des deux comédiens compense relativement bien ces faiblesses récurrentes dans la fiction française, et le fait d’en savoir plus sur leurs vies personnelles, et de les voir évoluer au sein de leur sphère privée (l’arrivée de la sœur de Fred pour elle, sa famille dans l’épisode 6 Juste avant l’oubli pour lui), puis de voir leurs rapports se modifier est très intéressant et donne de la matière supplémentaire à des histoires qui sont déjà extrêmement bien construites.

profilage-saison-4-juste-avant-l-oubli-10966629nswgh

Outre l’aspect purement policier qui somme toute n’est pas plus innovant que dans bien des séries du genre, le soin apporté aux lignes narratives parallèles permet à Profilage de s’inscrire dans la durée. Tentant d’exister visuellement avec des effets de style et l’utilisation nombreuse de filtres et de couleurs saturées, ce qui n’est pas le plus réussi ici, la série parvient à innover encore une fois dans son écriture. L’un des épisodes phares de la saison Réminiscences voit une enquête se dérouler à deux époques distinctes et fonctionne comme un jeu de miroirs avec le présent. Le double épisode final offre également un cliffhanger de premier ordre qui laisse pantois et qui ne donne envie que d’une chose, découvrir la suite. Il est clair que la série se bonifie avec le temps et qu’il y a une vraie évolution des personnages. A nouveau, la série accueille de nombreuses vedettes invitées, de Catherine Marchal à Valérie Mairesse en passant par Marion Game. Le vrai bon travail d’écriture effectué, l’interprétation plus que talentueuse de Odile Vuillemin, l’incarnation même de cette dernière, une évolution bénéfique qui va crescendo, tout cela fait de Profilage l’une des bonnes séries à suivre de TF1. Pas parfaite mais suffisamment addictive pour y revenir avec toujours plus d’intérêt.

Profilage Saison 4 – 12 épisodes à partir du 5 septembre 2013 sur TF1

8 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s