Critique Blu-Ray

LES MARIES DE L’AN DEUX (Critique)

SYNOPSIS: En 1793, un homme qui a fait fortune au Nouveau Monde revient en France pour divorcer: il retrouve sa femme dans le camp des royalistes.

Le frisson quand retentit le générique de Michel Legrand, ce sentiment de retrouver les émotions liés à ces fameux films du dimanche soir qui procurèrent tant de plaisir aux écoliers qui s’apprêtaient à aller se coucher, avant que ne reprenne le lendemain une longue semaine d’école. Les mariés de l’An Deux est typiquement l’un de ces films qui longtemps après leur exploitation en salles, firent les beaux jours des chaines de télévision qui usèrent et abusèrent des rediffusions qui participèrent à en faire des films cultes pour toute une génération de téléspectateurs, et ce même si le film de Jean-Paul Rappeneau fut un beau succès en salles. Comédie d’aventures trépidantes, il marque les retrouvailles après Le voleur, entre un Jean-Paul Belmondo au faîte de sa gloire et une Marlène Jobert qui collectionnait alors les premiers rôles après les succès de Dernier domicile connu et Le passager de la pluie. Réalisé en 1971, second film de Jean-Paul Rappeneau après La vie de château, coécrit avec Claude Sautet et Maurice Clavel et mis en musique par un Michel Legrand inspiré, Les mariés de l’An Deux regorge de scènes savoureuses entre comédie et aventure. Véritable métronome de l’action, constamment en équilibre entre mouvement et subtilité, la mise en scène de Rappeneau est un modèle d’élégance. Son scénario fait également la part belle à une nuée de seconds rôles magnifiquement écrits et interprétés, conformément à une tradition française qui n’est plus aussi répandue de nos jours. On y trouve pèle mêle Sami Frey, Laura Antonelli, Patrick Préjean,Michel Auclair, Charles Denner, Julien Guiomar ainsi que l’immense Pierre Brasseur. Et on peut même y apercevoir Patrick Dewaere dans un petit rôle.

Le rythme du film est toujours aussi vif, les choix de mise en scène et de montage favorisant ce sentiment d’être toujours en mouvement même lors de scènes plus posées. Mais, plus de quarante ans après sa sortie, Les mariés de l’An Deux, malgré ses qualités intrinsèques, accuse un léger coup de vieux. On est certes devant un classique, mais des artifices qui fonctionnaient à l’époque nous laissent aujourd’hui sur notre faim comme cette séquence où, drogué, Belmondo est pris de fous rires incontrôlables où encore lors des malaises feints par Marlène Jobert, qui sentent quand même le vaudeville à plein nez. Mais c’est faire la fine bouche, car la virtuosité de Jean-Paul Rappeneau couplée à l’énergie de ses interprètes, font que Les mariés de l’an deux reste un divertissement haut de gamme que la collection Gaumont Classiques réhabilite aujourd’hui.

LES BONUS : Le documentaire Un capitaine dans la tempête (32′) produit par Gaumont en 2004 fait intervenir de nombreuses personnalités qui ont participé au film et qui racontent les énormes difficultés rencontrées lors du tournage. Mélangeant des images d’archives et des témoignages contemporains, ce documentaire est un vrai must qui regorge d’anecdotes (dont une savoureuse à propos de…Warren Beatty).

Le documentaire inédit Legrand-Rappeneau, allegro brillante (27′) croise les témoignages de Jean-Paul Rappeneau et de Michel Legrand, contrebalancés par l’éclairage de Stéphane Lerouge. Certaines anecdotes sont fascinantes notamment quand Michel Legrand explique sa manière d’écrire des musiques de films, et Stéphane Lerouge explique magnifiquement le travail du compositeur. Rappeneau lui est toujours aussi passionnant quand il parle de son travail.

Bande annonce

Les Mariés de l’An Deux (Blu-Ray)
Sortie le 13 Juin 2012

Réalisation : Jean-Paul Rappeneau
Distribution : Gaumont Vidéo
Genre : Aventure
Avec : Jean-Paul Belmondo, Marlène Jobert, Laura Antonelli, Michel Auclair, Charles Denner, Julien Guiomar avec Pierre Brasseur et Sami Frey

Bonus :
« Un capitaine dans la tempête » (32 min)
Documentaire de Nicolas Bouvet et Sébastien Fabioux, avec les témoignages de Jean-Paul Rappeneau, Bernard Stora, Willy Holt, Marlène Jobert, Sami Frey, Jean-Paul Belmondo, Pierre Gillette, Nadine Muse et Michel Legrand.

« Legrand-Rappeneau, allegro brillante » (27 min)*
Documentaire de Pierre-Henri Gibert, avec les témoignages de Michel Legrand, Jean-Paul Rappeneau et Stéphane Lerouge.

– Bande-annonce *

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s