Critiques

LES DISPARUS DE LA FORÊT NOIRE (Critique Mini-Série) Autant un thriller addictif qu’un sujet profond…

SYNOPSIS: Près de la frontière franco-allemande, au coeur de la Forêt noire et de la base militaire binationale; 12 corps sont retrouvés dans un charnier. Toutes les victimes sont des hommes, aussi bien français qu’allemands. Cette macabre découverte va venir raviver des souvenirs que Camille Hartmann (Hélène de Fougerolles), une juge d’instruction hors pair, croyait enfouis. Très vite, une évidence se dessine : cette affaire est intimement liée à l’accident de voiture tragique qui a bouleversé la vie de Camille un an plus tôt. Cette nuit là, Camille a perdu la mémoire et a été mise sur la touche. Déterminée à connaitre la vérité et à faire la lumière sur son passé, elle revient en tant que témoin clé sur le terrain aux cotés d’Eric Maes (Grégory Fitoussi), un inspecteur franco-allemand en charge de l’affaire. Ensemble, ils découvrent que ces meurtres, perpétrés depuis plus de 30 ans, ont un lien direct avec les événements qui ont lieu le soir de l’accident…

Un casting ultra excitant, un pitch accrocheur, ce serait faux de dire que Les disparus de la Forêt Noire n’avaient pas généré pour nous un à-priori favorable dès que l’on a eu connaissance du projet. Et pourtant, ce nouveau polar allait-il pouvoir transcender un genre qui n’en finit pas d’être essoré par notre fiction française ? Comment encore parvenir avec des histoires de crime, d’amnésie, d’enquête, à générer la surprise et à créer l’addiction. Entendons-nous bien, nous n’allons pas vous vendre Les disparus de la forêt noire comme la mini-série la plus renversante depuis des années, elle a des qualités intrinsèques bien réelles mais aussi des défauts qui en font une œuvre perfectible à bien des égards mais qui, de manière très intelligente parvient à ménager ses effets jusqu’à son climax final.

Produite par Carole Della Valle et Nagui, créée par Julien Vanlerenberghe et Stéphane Pannetier (Infiniti), Les disparus de la Forêt Noire démarre par une enquête maligne et tordue comme on les aime (on pense notamment à l’excellente première saison de la série d’Hervé Hadmar et Marc Herpoux Les témoins) le tout dans une ambiance de néo noir extrêmement prenante. On est dans du polar de qualité qui sait déjoue les attentes du téléspectateur, de fausses pistes en découvertes faramineuses. Très bien construite, dotée d’une écriture fine et ciselée on est d’emblée embarqués dans un récit classique mais qui se suit avec plaisir, par ailleurs magnifié par des décors très télégéniques.

Pourtant, il n’empêche que les deux premiers épisodes nous laissent à leur terme un sentiment mitigé comme si, aussi tendus et réussis soient-ils on n’avait pas la sensation d’avoir vécu quelque chose de véritablement inédit, ni de très novateur et le rythme sinusoïdal explique peut-être ce sentiment. Un sentiment qui va s’estomper dès l’épisode 3 où l’intrigue glisse dans un genre parallèle au thriller avec maestria. Embrassant avec talent un virage qui devient quasiment sociologique sans qu’on l’ait vu venir, les enjeux et la tension prennent une ampleur inattendue et sont vus par un nouveau prisme encore plus malin que ne l’était la partie purement polar. On est un peu surpris de voir condensé cette thématique foisonnante qui se substitue à l’enquête pure et simple sur les deux derniers épisodes, obligeant ainsi l’intrigue à trouver une résolution un peu rapidement. L’écriture que l’on trouvait fine et ciselée devient alors une véritable masterclass au service d’un sujet fort qui devient le cœur de la série.  Qui plus est la fin de la série se dote d’une scène finale extrêmement gonflée.

Portée par une réalisation efficace signée Ivan Fegyveres, c’est aussi bien sûr grâce à sa distribution que Les disparus de la Forêt Noire tient totalement debout. Du tandem à priori improbable mais auquel on croit instantanément, (Grégory Fitoussi et Tchéky Karyo sont impeccables de bout en bout) en passant par des seconds rôles de choix (Thierry Godard, Carole Franck, Laëtitia Eido…) on est à la fête niveau interprétation. Hélène de Fougerolles  est un peu plus en retrait, son talent n’étant pas en cause, mais son personnage met trop de temps à sortir de sa coquille pour vraiment être totalement charismatique, sans que ça nuise pour autant un instant à l’équilibre de la série. Au final on est autant devant un thriller que d’un sujet plus profond et la synthèse de tout ça c’est qu’on est surtout devant une très bonne série et c’est bien là l’essentiel.

Crédits: TF1 / TV CONSEIL / BANIJAY

4 réponses »

  1. Pourquoi l’histoire se passe (soit disant) en Allemagne, car faire croire que des acteurs français sont des allemands est ridicule, heureusement on leurs a mis des brassards Polizei!
    Ça nuit à la crédibilité de la série
    Le commissaire Dupin doit bien rigoler

  2. Série qui coche un des problèmes sociétaux en vogue aujourd’hui. Rien n’est crédible et tout se termine en hysrérie ridicule. Mais il n’y a donc plus de réalisateurs de séries ou de films capables de, simplement, nous distraire sans nous plonger une fois de plus dans les abîmes de l’actualité ressassés quotidiennement ? Pensent-ils faire des chef-d’oeuvres parce-qu’ils cochent les cases, diversité, féminisme, genrites, écologie etc…? Nous spectateurs, ne désirons pas prendre des leçons de « bien pensance », nous désirons seulement nous distraire, oublier nos soucis et si c’est possible rire de temps en temps. Série médiocre, dommage pour les acteurs.

    • Les désirs des téléspectateurs que vous citez comme étant les vôtres sont tout à fait louables, mais ils ne sont peut être pas ceux de TOUS les télespectateurs. Que vous n’aimiez pas cette série parce que son traitement et l’approche de son sujet vous ont déplu c’est totalement légitime mais n’est-ce pas un peu exagéré d’en faire une généralité? 😉

  3. Mal fichu, dialogues assez ridicules, interprétation médiocre… Qu’allais-je faire dans cette galère ?
    Les allemands parlent français, entre eux? Enfin où est la mise en scène ??

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s