Critiques

LEVERAGE : REDEMPTION (Critique Saison 1 Épisodes 1×01 – 1×02) Une résurrection réussie dans son genre…

SYNOPSIS: Des escrocs professionnels, anciens associés, se retrouvent plus que jamais déterminés à dépouiller les criminels les plus riches et les grands patrons corrompus. Sophie Devereaux est une arnaqueuse-caméléon qui n’a pas son pareil pour endosser de multiples identités ; Parker est experte en cambriolage ; Eliot Spencer est un spécialiste en combat et Alec Hardison un hacker de haut vol. Pour leurs nouvelles missions, l’équipe accueille deux nouvelles recrues : Harry Wilson, un avocat d’entreprise qui cherche la rédemption après s’être rendu compte qu’il était du mauvais côté de la table pendant toute sa carrière, et Breanna Casey, la sœur adoptive de Hardison qui a un don pour les ordinateurs, la robotique et les problèmes.

Ce 5 janvier Warner TV accueille une petite nouvelle dénommée Leverage : Redemption. Si le titre vous dit quelque chose c’est parce qu’elle n’est pas si nouvelle que ça dans la mesure où s’agit d’une suite à la série Leverage. Au fil du temps nous avions d’ailleurs presque oublié l’existence de cette dernière, que nous n’avons certes jamais eu l’occasion de regarder mais qui avait su se faire connaître de nous via la présence de Christian Kane, un acteur bien connu des fans d’Angel où il a incarné Lindsey McDonald au cours des saisons 1, 2 et 5 avec une fin de parcours (celle du personnage) restée dans les annales de la série. Rassurez-vous, si comme nous vous n’avez jamais vu la série mère, rien ne vous empêchera de regarder celle-ci qui a été pensée pour accrocher aisément un nouveau public. Lorsque Leverage : Redemption débute, nous comprenons qu’un important ancien personnage est décédé récemment. Il s’agit de Nathan Ford alias Nate interprété dans la première série par Timothy Hutton. Nate était vraisemblablement le chef de l’ancienne équipe, ce qui sera peut-être une déception ou une tristesse pour les fans de la première heure de le voir enterré de la sorte. C’est en tout cas un bon prétexte pour réunir à nouveau l’équipe qui avait pris sa retraite en 2012 (comme quoi toutes les résurrections sont possibles au pays des séries télévisées). Le titre du show est d’ailleurs assez étrange car en utilisant le terme de Redemption, la série semblait amener une sorte de conclusion à son équipe plutôt que de relancer leurs occupations…à suivre.

Même si certaines choses apparaissaient préoccupantes au début du visionnage (par exemple des flashbacks visuellement atroces et nanardesques) il faut bien reconnaître que la série est très efficace. Rythme effréné, scénario aux grosses ficelles et histoires farfelues mais le tout est clairement assumé (et c’est sûrement aussi ce qui faisait le sel de l’ancienne série), personnages sympathiques et bien caractérisés…la série reprend des anciens protagonistes, puis en ajoute des nouveaux afin de se moderniser. Leverage conserve malgré tout, que ce soit voulu ou non, ce petit côté dépassé qui tente de se remettre au goût du jour avec son braquage de la semaine, mais sans réussir à le faire pleinement car même sans avoir vu la première monture on sent malgré tout que la série ressemble un peu à un show d’un autre temps. Qu’à cela ne tienne, cela lui donne un charme supplémentaire et une certaine âme même si cela risque de la desservir sur le long terme dans la mesure où elle fait un peu « série du dimanche après-midi ». 

Le concept est simple : les anciens personnages se retrouvent et font à nouveau équipe avec Sophie (Gina Bellman) qui a du mal à se remettre de la mort de Nate. Elliot Spencer (Christian Kane) revient donc en tant qu’expert des arts martiaux et prend un malin plaisir à tabasser ses adversaires à mains nues. Parker (Beth Riesgraf) est toujours la spécialiste de l’infiltration et passe son temps à faire des cabrioles tout en s’émouvant des conduits. Quant à Alec Hardison (Aldis Hodge) c’est le hacker du groupe, capable de créer de fausses œuvres d’art plus vraies que nature. Ce dernier ne semble toutefois pas voué à rester, au regard des événements de fin d’épisode 2. 

Mais avec exclusivement du vieux on peut difficilement faire que du neuf, c’est pour ça que Noah Wyle et Aleyse Shannon (amenée à remplacer Aldis Hodge) intègrent la série, achevant de constituer l’équipe 2.0. L’arrivée de Noah Wyle n’est d’ailleurs sûrement pas un hasard puisqu’en cherchant un peu on constate qu’il a joué, et ce assez récemment, aux côtés de certains membres du casting de Leverage dans Flynn Carson et les nouveaux aventuriers (annulée en 2018).  Tandis que la série débarque en France, elle en est déjà à sa seconde saison aux Etats-Unis, ce qui en fait un produit d’appel assez faible qui semble être un peu sorti de derrière les fagots. Mais après tout, pourquoi pas ? Malgré son côté attachant et loin d’être plan-plan, Leverage : Redemption a le risque de sombrer dans la répétitivité (et donc devenir plan-plan dans sa construction) et de finir par lasser le téléspectateur en usant de ficelles démesurées pour permettre aux personnages de réaliser leurs pitreries. Sur nous cela a toutefois marché au cours de ces deux épisodes, qui demeurent une résurrection réussie dans son genre, si on tient compte du fait que nous ne jugeons que dans la peau de nouveaux spectateurs (et que nous sommes tombés sous le charme de Gina Bellman). A découvrir dès ce jeudi. 

Crédits: Warner TV

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s