Critiques Cinéma

LE TOURBILLON DE LA VIE (Critique)

Les grands tournants de notre existence sont parfois dus à de petits hasards. Si Julia n’avait pas fait tomber son livre ce jour-là, aurait-elle croisé Paul ? Ou sa vie aurait-elle pris une toute autre direction ? Nos vies sont faites d’infinies possibilités. Pour Julia, il suffit d’un petit rien tellement de fois ; tous ces chemins qu’elle aurait pu suivre, toutes ces femmes qu’elle aurait pu être… Choisit-on son destin ? A quoi tiennent l’amour ou le bonheur ?

C’est une œuvre très personnelle que livre ici le réalisateur Olivier Treiner, qui reprend le hasard fou d’une rencontre il y a 20 ans dans un café. Lui séchait les cours pour rédiger une dissertation et avait squatté la table favorite de celle qui allait devenir sa femme et qui a écrit avec lui Le tourbillon de la vie. « Les grands tournants de notre existence sont dus à de petits hasards« . Cette assertion tel un leitmotiv du film, si elle n’est pas nouvelle, fait pourtant l’objet d’une sublime démonstration d’Olivier Treiner qui réussit « le film d’émotions » qu’il appelait de ses vœux. Oui, Le tourbillon de la vie est une ode magistrale à la tyrannie des destins qui s’entrecroisent… La seule permanence dans le hasard fou de l’existence est bien l’amour qu’on porte aux siens… On sait que la vie est une histoire de pneu crevé, d’un passeport qui tombe, d’une file d’attente qui peut être différente en fonction d’un simple événement, et alors une rencontre qui change un destin s’opère, ou pas. C’est l’effet papillon, c’est passer à côté du plus beau, croiser le pire sans le savoir, c’est le charme et le drame de nos glorieuses incertitudes. C’est aussi une seule vie pour d’infinies possibilités. Avec ce message finalement hautement porteur d’espoir, au regard des multiples destins possibles de Julia, que la réussite du jour peut porter en elle les germes du drame de demain, mais qu’à l’inverse, un trauma, une catastrophe aujourd’hui peut permettre et promettre le meilleur pour plus tard. C’est un véritable message de relativisation de ce qui nous arrive au quotidien. Le destin emportera tout de toute façon, d’où l’urgence à aimer fort, bien et loin.

Oui, Le tourbillon de la vie, ça frappe en plein cœur, avec des existences sensibles qui vont s’unir, se frôler ou finalement ne jamais se parler. Le film nous dit que la vie est autant une chance qu’une folie, et chaque situation, chaque destinée de Julia vient tout en empathie nous questionner, nous bouleverser, et profondément nous toucher. Les quelques naïvetés sont savamment assumées et les longueurs n’en sont pas vraiment, tant le rythme est haletant et tant les multiples vies de Julia s’enchaînent jusqu’à l’ivresse de nous perdre, mais peur importe en réalité, car c’est bien la constance du lien qui va au fond tout le temps prédominer. La mise en scène permet aussi de ne jamais s’ennuyer, tant les croisements spatiaux et temporels sont subtilement et audacieusement amenés. La lumière pénétrante est comme permanente et elle permet de sublimer une photographie à l’image déjà tellement moderne et pure à la fois. Le directeur de la photographie, Laurent Tangy s’est inspiré autant des films de Paul Thomas Anderson que de David Fincher, ça se voit, et c’est une réussite. Tout est un peu sidérant de justesse dans Le tourbillon de la vie, à l’image d’une bande son de Raphaël Treiner, (frère du réalisateur) certes très présente, mais qui fait naître une authentique émotion.

Et puis, il y a un ange. Et puis il y a « une » génie, oui comment ici ne pas le féminiser. Et puis il y a une actrice qui est ici toutes les actrices à la fois. Dans cette infinité de destins, il y a Lou De Laâge, d’un engagement démultiplié, d’une sensibilité à tomber, d’une émotion à fleur de peau. Elle est renversante, et nous amène partout tout le temps. C’est un bonheur d’interprétation. Son réalisateur ne dit pas autre chose : « Au-delà d’être une comédienne exceptionnelle, c’est une actrice caméléon » : elle a une faculté assez miraculeuse de ne pas toujours se ressembler et de pouvoir jouer à la fois la douceur et la violence, elle peut incarner la jeunesse mais elle a aussi une voix grave magnifique qui lui permet de jouer la maturité.Et de surcroit accompagné par un casting totalement au diapason, avec en tête un Grégory Gadebois qui dès qu’il touche quelque chose, le transforme en or. Avec d’autres comme Alex Lutz ou Bouli Lanners, il cultive une vérité, un lâcher-prise et une humilité dans une chaude présence, qui fait oublier l’acteur et montre l’homme dans sa beauté originelle.

Dans un registre équivalent, la délicieuse Isabelle Carré, toujours aussi convaincante et rayonnante, l’indispensable Denis Podalydès, dont la seule présence fait déjà savoir que le film est grand. Au final, Le tourbillon de la vie emporte évidemment tout sur son passage. A l’image de l’enchanteresse cérémonie d’ouverture du 48ème festival de Cannes du 17 mai 1995, où Vanessa Paradis et Jeanne Moreau nous comblaient d’émotion avec un autre tourbillon de la vie. On y retrouve la même grâce, la même élégance, le même délicieux vertige qui se voit, et surtout qui se vit en salles, pour un film éminemment sensoriel et car clairement, c’est aussi le tourbillon de votre vie, comment s’en priver…

 

 

Titre Original: LE TOURBILLON DE LA VIE

Réalisé par: Olivier Treiner

Casting : Lou de Laâge, Raphaël Personnaz, Isabelle Carré, …

Genre: Drame

Date de sortie: 28 Décembre 2022

Distribué par: SND

TOP NIVEAU

1 réponse »

  1. Un film magnifique de sensibilité, de justesse, de pudeur et d’émotion.
    Magistralement interprété par des comédiens solides.
    Un film qui nous fait réfléchir sur la vie, notre vie, nos choix de vie, sur ce qui est vraiment important dans notre existence, existence qui a besoin d’amour pour avancer.
    A voir et à revoir. Bravo!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s