Critiques Cinéma

L.A. CONFIDENTIAL (Critique)

SYNOPSIS: Los Angeles, années 50. Alors que la ville est sujette à une vague de règlements de comptes après la chute du caïd Mickey Cohen, la police criminelle se mobilise toute entière sur l’affaire de L’Oiseau de nuit, un massacre au cours duquel est tombé un ancien flic. Trois inspecteurs au style radicalement différent vont être amenés à coopérer pour démêler les fils d’une histoire plus compliquée qu’il n’y paraît..

Los Angeles est souvent considérée comme un paradis pour beaucoup. Oubliez la ville idyllique, le soleil, piscine et vie paradisiaque. Ici il est question de crime, de noirceur dans une ville sombre et gorgée de corruption. 1953, c’est la veille de Noël, les flics de la ville ramassent des cartons d’alcool gratuits pour alimenter leurs fêtes sur fond de Bing Crosby qu’on entend à la radio. Dès les premiers minutes l’ambiance des films sombres est posée, la nouvelle année passée, une série de crimes va avoir lieu, les associés de Mickey Cohen, le chef de la mafia emprisonné, sont exécutés un par un. L’intrigue principale va tourner autour de l’affaire « oiseau de nuit », un massacre dans un café avec, en autre, un policier comme victime. Dès le lendemain matin trois jeunes sont suspectés et immédiatement arrêtés, un interrogatoire musclé va s’en suivre et les aveux vont vites être crachés. Cela parait trop simple et trop rapide pour trois détectives qui soupçonnent qu’il se cache un plus gros secret derrière ce crime, pensant même qu’une taupe se cache dans le département de police. Malgré leurs profils totalement différents ils vont devoir collaborer pour faire éclater la vérité au grand jour. Le premier de ces détectives, Jack Vincennes (Kevin Spacey) est charismatique et fait preuve d’une absence de moralité, prêt à sacrifié ses amis pour faire parti du show-business, il est le plus expérimenté des trois mais est obsédé par la célébrité. Il travaille en parallèle en tant que conseiller pour une émission a succès Badge of Honor passant le plus clair de son temps avec son ami Sid Hudgens (Danny DeVito) un reporter à scandale. Alors que les deux autres savent pourquoi ils sont devenus flics, Jack a depuis longtemps oublié sa raison d’être.



Le second est interprété par Russel Crowe et se nomme Bud White, un flic avec un côté violent, brutal et très coriace. Il œuvre pour la justice avant tout en ignorant souvent la loi, surtout pour interroger des suspects, se servant uniquement de sa force brute et d’une intimidation abusive. Ce n’est pas le plus intellectuel des détectives mais il est dévoué corps et âme à son travail. Il est capable de compassion, et respecte certains principes moraux, notamment envers les femmes. Il veut les protéger et est prêt à tuer dès qu’une d’entre elle se fait agresser, une obsession pour lui depuis qu’il a vu son père battre à mort sa mère. L’officier Bud White et le lieutenant Ed Exley (Guy Pearce) ont tous les deux un sens aigu de la justice. Exley le dernier détective est son opposé, très ambitieux et pas encore corrompu, il est rigoureux et respectueux des règlements, il est malin, rusé et ne tolère en aucun cas la corruption au sein de la police. Fils de flic, il essaie d’être à la hauteur de la réputation de son père parti en héros dans l’exercice de ses fonctions. C’est un carriériste, plus politicien que flic. Il n’hésite pas à dénoncer ses collègues pour monter dans la hiérarchie et gravir les échelons, il n’est pas respecté par ses collègues, qui le considèrent comme un lâche et une mauviette. Ces trois officiers travaillent sous la coupe de Dudley Smith (James Cromwell), un capitaine qui recherche le pouvoir avant tout. Les acteurs s’en donnent à cœur joie et sont tellement complémentaires, ils agissent tous ensemble rendant le film puissant sur la forme avec une mention spéciale pour Kim Basinger, qui incarne Lynn Bracken, une prostituée appréciée pour sa ressemblance avec Veronica Lake. Son personnage est accessible, sympathique et possède surtout une identité psychologique très forte, rendant sa contribution indispensable. Par sa fraicheur et son pouvoir d’attraction sur les protagonistes du film elle évite à l’ensemble de sombrer dans les eaux troubles.



Le film a tous les attributs nécessaires pour un retour aux films noirs des années 1950, un complot criminel complexe, une montagne de cadavres, et une forte dose de misogynie, le tout avec une musique rétro et une esthétique propre à ces années-là. Un film à la fois classique et moderne, il est ce qui se rapproche le plus (à l’époque) des films de gangsters de James Cagney.

Tiré du 3e roman de la série Le Quatuor of Los Angeles de James Ellroy, série qui rassemble également Le Dahlia Noir (adapté au cinéma en 2006 par Brian de Palma), Le grand Nulle Part et White Jazz. L.A Confidential fait référence à la première gazette à scandale Confidential  de 1952 à 1957, le reporter Hudgeons est l’alter ego de Robert Harrison l’éditeur de la gazette. Le film remportera l’Oscar de la meilleure adaptation en 1998, et meilleur second rôle pour Kim Basinger. Curtis Hanson signe ici un excellent cru, un retour aux grands films de détectives sombres de la fin des années 1940, il nous immerge dans l’atmosphère nostalgique et les traditions de ces oeuvres.

Titre original: L.A CONFIDENTIAL

Réalisé par : Curtis Hanson

Casting:  Kevin Spacey, James Cromwell, Russell Crowe…

Genre: Policier, Thriller

Sortie le:  08 Octobre 1997

Distribué par : Warner Bros. France

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s