Critiques Cinéma

UN BEAU MATIN (Critique)

SYNOPSIS: Sandra, jeune mère qui élève seule sa fille, rend souvent visite à son père malade, Georg. Alors qu’elle s’engage avec sa famille dans un parcours du combattant pour le faire soigner, Sandra fait la rencontre de Clément, un ami perdu de vue depuis longtemps… 

Après avoir présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2021 Bergman Island, Mia Hansen-Løve y est revenu en 2022 avec Un beau matin qui était en lice à la Quinzaine des Réalisateurs. Avec ce nouveau film, la réalisatrice de L’avenir aborde de front deux sujets à priori éloignés l’un de l’autre : la maladie d’un parent et comment l’accompagner du mieux possible et le retour à l’amour après la disparition de son conjoint. Si les sujets paraissent dissemblables ils ne le sont pourtant pas autant qu’ils le semblent car les deux thématiques se rejoignent à l’intersection du questionnement sur comment parvenir à faire son deuil et comment supporter l’absence tout en poursuivant sa vie. Si le film est immédiatement ancré dans la quotidienneté et escorté d’un réalisme parfaitement représenté à l’écran, il faut un léger temps d’adaptation pour comprendre où la réalisatrice veut vraiment en venir tant son film dans son premier tiers est pareil à un assemblage de vignettes ce qui n’est en rien péjoratif, mais dilue quelque peu la mise en place de la dramaturgie. On comprend ensuite que ce qui est au cœur d’Un beau matin c’est aussi comment parvenir à prendre les bonnes décisions, celles qui vont directement impacter nos vies et celles de nos proches. Avec l’air de ne pas y toucher, Mia Hansen-Løve parle de sujets essentiels, de ceux qui revêtent une importance capitale et dont on pense qu’on ne parviendra pas à se dépêtrer.

Un beau matin avec ses deux thèmes centraux,  et son aspect balançoire donne à Mia Hansen-Løve l’opportunité de signer un film personnel et doté d’une belle sensibilité. Elle s’est en partie inspirée de la maladie de son père pour écrire son scénario et déclare avoir voulu faire en sorte d’explorer «  la façon dont peuvent dialoguer deux sentiments opposés, un deuil et une renaissance, le fait de les éprouver simultanément. »  Et c’est la grande réussite du film de parvenir à faire cohabiter ses deux récits sans que l’un prenne le pas sur l’autre. Avec tantôt une émotion et une tristesse qui saisit devant la mémoire et la vue de ce père qui s’effritent et avec la tendresse filiale la plus pure qui soit, Sandra (Léa Seydoux) accompagne Georg (Pascal Greggory) qui souffre d’une maladie dégénérative dans la quête d’un dernier asile supportable. De l’autre une joie et un appétit amoureux qui ramène vers la lumière quand elle rencontre Clément (Melvil Poupaud) et que la passion avec cet homme marié embrase ses sens.

En choisissant Léa Seydoux, la réalisatrice qui explique avoir écrit pour elle le rôle de Sandra, raconte que la comédienne a « beaucoup été regardée comme objet de désir » et que son apparence  et sa manière d’être sont ici beaucoup  plus simples. En effet, force est de reconnaitre que la star est d’une infinie simplicité  et que sans artifices, elle reste  tout aussi séduisante et lumineuse. Elle est par ailleurs remarquable tant l’émotion qu’elle déploie est touchante et que la retenue puis le lâcher prise qu’elle finit par embrasser lui confèrent une magnifique aura.

Autour d’elle, Pascal Greggory est formidable avec un personnage ultra casse-gueule, qu’il incarne avec une sensibilité et une humanité qui vous classent un homme et un comédien hors normes. Melvil Poupaud en love interest réussit une jolie composition et son alchimie avec Léa Seydoux est autant palpable que sensuelle. On retrouve aussi une Nicole Garcia un brin fantasque en ex-femme et l’on découvre une jeune comédienne à grand potentiel, Camille Leban Martins. Avec sobriété et délicatesse Un beau matin nous interpelle sur les choix qui nous incombent. Et Mia Hansen-Løve  signe autant une réflexion sociétale qu’un film sur la reconstruction amoureuse avec un trio magistral .
 
 
 

Titre original: UN BEAU MATIN

Réalisé par: Mia Hansen-Løve

Casting: Léa Seydoux, Pascal Greggory, Melvil Poupaud …

Genre: Drame, Romance

Sortie le: 05 Octobre 2022

Distribué par : Les Films du Losange

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s