Critiques Cinéma

LE VISITEUR DU FUTUR (Critique)

SYNOPSIS: 2555. Dans un futur dévasté, l’apocalypse menace la Terre. Le dernier espoir repose sur un homme capable de voyager dans le temps. Sa mission : retourner dans le passé et changer le cours des événements. Mais la Brigade Temporelle, une police du temps, le traque à chaque époque. Débute alors une course contre la montre pour le Visiteur du Futur… 

Après des années de gestation et plusieurs versions de scénarios visant à trouver l’équilibre adéquat entre demeurer fidèle aux plus belles heures de la série et être accessible à des néophytes, Le Visiteur du futur débarque enfin sur nos écrans. Avec toujours le très talentueux François Descraques aux commandes (qui ne fait que confirmer encore une fois la maîtrise de son sujet), le film est un nouvel exemple, après Kaamelott l’année dernière, d’une série qui a piraté son format pour s’installer dans la case cinéma. Moins médiatisée et populaire qu’une Kaamelott (il faut dire que Le Visiteur du futur est née sur internet et non sur une grande chaîne), sûrement aussi moins impactante et moins dense, la licence vient néanmoins de faire un tour de force au cinéma : le film a pour nous largement dépassé qualitativement parlant, notamment en termes d’équilibre, de pertinence et de générosité, ce que nous avait offert Kaamelott durant l’été 2021. Le Visiteur du futur n’est donc ni plus, ni moins que l’exemple parfait de ce que devrait être la transposition de l’univers d’une série au cinéma : une parfaite homogénéité entre du neuf et du vieux mais aussi une générosité sans faille qui profite réellement de la case cinéma pour faire palpiter le spectateur. Contrairement au long métrage Kaamelott qui manquait cruellement à l’écran de ressorts fantastiques pour nourrir son monde de fantasy (soyons clairs, l’univers dépeint dans le film était très pauvre à ce niveau), Le Visiteur du futur est rempli d’effets spéciaux généreux (et de très bonne qualité, ce qui est d’autant plus incroyable car nous supposons que le budget n’a pas été faramineux et bien en deçà d’un film d’Alexandre Astier) visant à faire vivre puissamment son monde. Retour sur la belle surprise de la rentrée.




On prend (presque) les mêmes et on recommence. Après quatre saisons dont la dernière date de 2014 (et oui, déjà, le temps passe si vite…), nous voilà enfin de retour dans le futur au sein d’un film que nous n’attendions pas puisque son annonce relevait davantage d’une surprise qu’autre chose. A l’exception de Justine Le Pottier, toute la fine bande est de retour avec en tête les fameux Raph (Raphaël Descraques, le petit frère de François), le Docteur Henry Castafolte (impeccable Slimane-Baptiste Berhoun), Mattéo (Mathieu Poggi) et bien sûr notre fameux Visiteur toujours joué par l’incroyable et génial Florent Dorin. L’occasion donc de revoir des gens talentueux qu’on ne croise définitivement pas assez souvent. Deux nouvelles têtes viennent toutefois se greffer à l’ensemble : Arnaud Ducret (qu’on n’imaginait pas là) et Enya Baroux (la fille d’Olivier, qu’on ne connaissait pas). Que dire à part qu’il ne s’agissait que de très bonnes idées de casting ? Pour les vieux de la vieille du Visiteur du futur, nous ne présentons plus les anciens personnages. Pour les nouveaux, vous n’aurez qu’à aller les découvrir au cinéma. Mais attardons-nous tout de même sur les deux arrivants majeurs cités ci-dessus : Arnaud Ducret et Enya Baroux. L’un nous a démontré qu’il avait décidément largement de quoi capter notre attention lorsqu’il choisissait un projet qualitatif, l’autre nous a fait découvrir un futur talent qui nous l’espérons sera propulsé par le film. Car c’est ici que Le Visiteur du futur arrive à être incroyablement pertinent : que l’on ait vu ou non la série il est extrêmement aisé d’entrer dans l’univers du film grâce à un mélange de personnages savamment huilé et orchestré. Cette facilité d’accès se retrouve d’ailleurs à tous les autres niveaux.



Un tour de force qu’avait vraiment eu du mal à réaliser Kaamelott qui, piétinant un peu dans la semoule, laissait alors sur le bord de la route une partie des fans de la première heure et une autre bonne partie cette fois de gens qui n’avaient jamais regardé les aventures de la légende arthurienne. Le Visiteur du futur se paie ainsi le luxe de balayer ce risque de schisme avec une facilité déconcertante. Ainsi, quand bien même vous n’auriez jamais vu ou pas eu le temps de revoir le show avant la sortie cinéma, nulle inquiétude cela ne sera en aucun cas préjudiciable. Au-delà de l’homogénéité de l’ensemble, de la qualité des décors, de celle des effets spéciaux, ou même du casting tout bonnement parfait, le film arrive aussi très justement à agencer comédie et drame et donc à nous faire rire à petite dose, nous amuser quand il le faut ou au contraire à nous faire perler la petite larme au moment opportun. Après une scène d’ouverture mettant en scène Mcfly et Carlito (rassurez-vous, on ne les voit pas longtemps), qui il faut l’avouer posait bien les bases et nous a bien fait rire, nous avions quand même quelques craintes quant au fait d’assister à des gags toutes les deux minutes. Il n’en est rien. Le film assume sa gravité lorsque cela est nécessaire et ne coupe pas son rythme ou son ton inutilement.




Bien que la promotion du film (avec son affiche tristement moche voire limite kitsch, les présences de Mcfly et Carlito qui juste par leur existence semblent donner de l’urticaire à beaucoup de gens, ou même encore le fait qu’Arnaud Ducret ait l’un des rôles principaux alors qu’il est plutôt réputé pour jouer dans de mauvais films et faire le clown dans Vendredi tout est permis) risque malheureusement de jouer en défaveur du film, nous espérons réellement que le bouche à oreille et la curiosité des gens suffiront à faire de cette audace française un succès qui serait largement mérité. Et pourquoi ne pas en profiter pour voir ou revoir la série initiale ou même pour découvrir les autres formats tels que la trilogie de mangas la Brigade Temporelle ? En tout cas si vous n’allez pas voir Le Visiteur du futur au cinéma, voilà ce qui va se passer : vous passerez à côté d’une des plus belles transpositions d’une série au cinéma et vous vous priverez de surcroit d’un excellent film. Félicitations François Descraques, vous le méritez.

Titre Original:  LE VISITEUR DU FUTUR

Réalisé par: François Descraques

Casting: Florent Dorin, Arnaud Ducret, Enya Baroux…

Genre: Science Fiction, Comédie

Sortie le : 07 Septembre 2022

Distribué par: KMBO

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s