Critiques

FACE AU DOUTE (Critique Mini-Série)

SYNOPSIS: Maladivement rétive à la diplomatie comme à la chaleur humaine, Hana, infirmière vieillissante et désargentée se retrouve accusée d’avoir tuée une de ses patientes. Au fil des déboires judiciaires de Hana, l’État de droit tchèque ne sombre pas mais vacille drôlement, malmené par les ambitions personnelles, le battage médiatique, la privatisation rampante des services publics et la corruption ordinaire.

Podezrení, renommée en France Face au doute, est une mini-série tchèque passée plutôt inaperçue dans nos contrées. Diffusée sur Arte et disponible jusqu’au 30 septembre sur arte.tv, elle met en scène Hana (Klára Melíšková, totalement taillée pour le rôle, il suffit d’observer son visage glacial et son regard plus transperçant que des balles de revolver) une infirmière accusée d’avoir tué une patiente malgré dix-neuf ans, pourrions-nous dire de « bons et loyaux services ». Les guillemets sont de mise car Hana est une femme imbuvable, antipathique, désagréable à la limite du détestable. Quoique non, elle est bel et bien détestable. Tout le monde a déjà croisé une Hana dans sa vie, à l’école, dans un magasin ou encore au travail. Personne n’aime les gens comme Hana. Cela fait de cette dernière la coupable idéale que personne n’a envie de défendre. Voire même que la population aime enfoncer davantage lorsqu’elle en a l’occasion.

Nous comprenons rapidement à la lecture de l’écran titre que cette supposée « histoire vraie » n’est en réalité qu’un argument marketing puisqu’il est bien précisé qu’elle est librement inspirée de faits réels et que tout est plus ou moins fictif. Nul besoin d’aller trifouiller en dehors de la mini-série pour voir de quoi il retourne, prenons la pour ce qu’elle est : une fiction à part entière. Hana est donc comme nous le disions : dans de beaux draps. Détestée de tous, victime de diffamation, de rumeurs et de faits supposés avérés accablants, l’infirmière déchue semble livrée à elle-même. Heureusement elle pourra compter sur sa fille Tereza (Denisa Barešová, excellente jeune actrice qui porte elle aussi la série sur ses épaules) et sur un avocat sorti de derrière les fagots (Miroslav Hanuš). Ce dernier est d’ailleurs étrangement caractérisé, tantôt personnage compétent et plutôt charismatique, tantôt bougre singulier un peu à la masse, le juste milieu n’est jamais véritablement trouvé, le cantonnant au final à un rôle et une interprétation assez classique, voire presque insipide. N’est pas The Night Of qui veut (petite pensée pour l’incroyable avocat que jouait le génial John Turturro). Et à ce petit jeu de la potentielle innocente/coupable détestée de toute part et défendue par un sombre inconnu qu’elle n’a initialement pas choisi, la série est loin de briller.

Entendons-nous, les quatre épisodes se regardent sans traîner les pieds : l’ambiance rend le show facile d’accès, tout comme la galerie de personnages loin d’être désagréable. Mais l’ensemble est fonctionnel, calibré, déjà-vu et donc ne nous fais aucunement frétiller au cours de cet exposé par tranche de 52 minutes. Jusqu’aux dernières secondes tout est dramatiquement linéaire et attendu…puis le générique de fin débarque et il est temps d’éteindre la lumière en sachant pertinemment que lorsque nous la rallumerons le lendemain matin nous aurons déjà oublié jusqu’à l’existence même de cette histoire, ou presque. Oui le spectateur s’attachera à sa façon à Hana, oui le spectateur voudra savoir si elle est coupable ou s’il s’agit d’un complot de vilains cols blancs ou d’une tierce personne…mais le voyage autant d’ailleurs que l’arrivée, ne se fera que par le prisme de procédés éculés et déjà éprouvés bien plus efficacement ailleurs.Quitte à regarder une histoire mettant en scène une paria vilipendée par toutes et tous, et qui se retrouve en plein milieu d’un procès du jour au lendemain, préférez largement le formidable Là où chantent les écrevisses, actuellement en salle. Vous ne le regretterez pas. Pour Face au doute en revanche le doute est difficilement permis…vous ne louperez rien.

Crédits: Arte

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s