Critiques Cinéma

TROIS MILLE ANS A T’ATTENDRE (Critique)

SYNOPSIS: Alithea Binnie, bien que satisfaite par sa vie, porte un regard sceptique sur le monde. Un jour, elle rencontre un génie qui lui propose d’exaucer trois vœux en échange de sa liberté. Mais Alithea est bien trop érudite pour ignorer que, dans les contes, les histoires de vœux se terminent mal. Il plaide alors sa cause en lui racontant son passé extraordinaire. Séduite par ses récits, elle finit par formuler un vœu des plus surprenants. 

Parmi les propositions les plus mystérieuses et les plus attendues au centre du paysage cinématographique international de 2022, la nouvelle œuvre du réalisateur de Happy Feet et Babe 2 fait figure de proue virtuose – et ça ne s’invente pas. Si on connaît surtout George Miller pour ses excentricités filmiques et son incroyable et presque absurde diversité artistique, le metteur en scène se permet entre deux opus de sa saga Mad Max (entre l’explosif Fury Road et le futur prequel centré sur la jeunesse de Furiosa – interprétée cette fois par Anya Taylor-Joy) une parenthèse enchantée aux allures de contes des Mille et Une Nuits. Trois Mille Ans à t’Attendre est ce genre de projet trop grand et trop étrange pour être vrai. Comme un rêve dont on ne veut pas se réveiller. Le film suit au 21ème siècle une narratologue du nom d’Alithea Binnie, perpétuelle solitaire qui se plaît dans son célibat et dans son métier passionnant visant à décortiquer les histoires à travers les siècles. Alors qu’elle se rend à Istanbul pour y donner une conférence, elle trouve dans une boutique d’antiquité une mystérieuse fiole bleue et blanche qui attire son attention. Revenue à sa chambre d’hôtel, elle ôte le bouchon et libère le Djinn qui était enfermé à l’intérieur. Celui-ci lui propose 3 vœux mais Alithea est très heureuse comme ça, préférant demander au Génie de lui conter son histoire. Dans un geste passionné et gourmand en imagerie marquante à souhait, George Miller découpe son film à travers une avalanche d’histoires qui content le monde au fil des âges. Le Djinn comme protagoniste témoin des changements induits par le monde, Trois Mille Ans à t’Attendre agit comme un mini-monde en bouteille, débordant de personnages iconographiques au possibles, de décors somptueux qui mixent la CGI et les constructions réelles dans un style visuel à l’exact croisement du kitsch et du somptueux et d’histoires passionnantes qui évoquent à tour de rôle l’amour maudit, les tragédies familiales, les manipulations politiques, le tourbillon de la solitude et la magie des sciences.

Autant de bons mots dans un océan de récits, le film se montrant absolument fasciné par les histoires qu’il met en scène en proposant une myriade absolument vertigineuse d’idées scéniques, de compositions esthétiques et de trouvailles de montage (on doit la photographie à John Seale et le montage à Margaret Sixel). Les transitions à la fluidité exemplaire accompagnée par la musique hypnotisante de Junkie XL forment alors une œuvre délicieusement barrée et profondément démesurée qui brille pourtant par son gigantesque intimisme intrinsèque. C’est avant tout le portrait de toutes ces âmes voguant à travers les souvenirs qui porte le cœur du film, brillant autant par ce que l’humain peut faire de pire que par ce qu’il sait faire de plus beau. En revenant par à-coups entre deux histoires foisonnantes à la discussion d’Alithea et du Djinn dans leur sobre, blanche et moderne chambre d’hôtel (contrastant de manière brillante avec les gigantesques décors baroques et immenses aperçus dans les flash-backs), George Miller sait avec un équilibre malin garder le cap sur le récit global de sa proposition. A travers les réflexions introspectives d’Alithea (dont la nature solitaire et apathique lui construit une personnalité riche, percevant les histoires comme la conception la plus belle et la plus révélatrice de l’humanité), Trois Mille Ans à t’Attendre navigue entre tant d’eaux différentes, contant histoires après histoires les récits des enfermements consécutifs du Djinn et de sa malédiction que le destin se refuse à briser avant de rencontrer Alithea. Le film mue alors dans sa dernière partie, se transfigurant en conte moderne et intime, se drapant d’une certaine part de naïveté et d’un peu de facilité pour être pleinement à la hauteur de tout ce qui a été montré jusque-là.



Mais Trois Mille Ans à t’Attendre n’est pas véritablement le récit d’une fin, c’est même plutôt le contraire. En s’intéressant au(x) début(s) et à la façon fascinante dont les histoires et le hasard (qu’on pourrait appeler destin… ?) bâtissent le monde par leur impact, George Miller revient aux racines mêmes de l’Art et du Cinéma, à sa nature première. En visitant son monde et le Temps à travers cet Atlas de péripéties stylistiques en tout genre, Trois Mille Ans à t’Attendre est une proposition rare et symbolique, un aparté novateur inspiré et carrément étrange qui donne au duo Idris Elba-Tilda Swinton des interprétations sublimes et délicates parfaitement maîtrisées au sein de ces Mille et Une Nuits (plus ou moins) modernes.

A travers un casting de seconds rôles délicieux et charismatiques au possible, George Miller compose une œuvre d’Art aussi subtile que chaotique, une boule d’énergie totalement maîtrisée qui électrise autant qu’elle fascine. En forme de vraie déclaration d’amour aux histoires et aux mythologies qui témoignent de la vraie nature de l’humanité, Trois Mille Ans à t’Attendre réussit à être une des aventures les plus euphorisantes de l’année, un moment de cinéma en suspend qui se déguste autant que possible dans une salle de cinéma, le seul endroit assez grand pour accueillir les mondes de George Miller.

Titre Original:  THREE THOUSAND YEARS OF LONGING

Réalisé par: George Miller

Casting: Idris Elba, Tilda Swinton, Aamito Lagum…

Genre: Romande, Fantastique, Drame

Sortie le: 24 août 2022

Distribué par: Metropolitan FilmExport

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s