Critiques Cinéma

LES SPÉCIALISTES (Critique)

SYNOPSIS : Stéphane et Paul, deux détenus en cavale, se refugient dans un mas isolé occupé par une étrange jeune femme, Laura. Provisoirement en sécurite, les deux compères vont tenter un casse d’une folle audace : subtiliser à la mafia trois milliards qui dorment dans le coffre inviolable d’un casino niçois. 

« J’avais ma route toute tracée, je suis un cinéaste de comédie… et je me rendais vaguement compte que cette envie-là était en train de s’effilocher… Donc il était temps qu’un producteur, Christian Fechner, qui a été tellement important dans ma vie professionnelle me propose un film qui n’a rien à voir avec une comédie, qui était Les Spécialistes… Fechner, quand il m’a fait venir dans son bureau, qu’il m’a dit j’ai un truc à vous dire, je ne peux pas vous le dire au téléphone, il m’a fait asseoir… Il m’a dit, je voudrais faire un film aujourd’hui avec Giraudeau, Lanvin, Côte d’Azur, le casse le plus incroyable de toute l’histoire du casse. Est-ce que ça vous dit? « 1 La proposition est à ce point tentante quand Christian Fechner la soumet à Patrice Leconte que sa réponse est immédiate. Comment refuser une telle offre ? Diriger deux des comédiens les plus charismatiques de leur génération dans un film où l’action est omniprésente, pour le réalisateur des Bronzés et de Viens chez moi j’habite chez une copine, l’opportunité de sortir de sa zone de confort et de se frotter à l’action pure est excitante. Même si pour la première fois il n’est pas à l’origine de l’écriture, pour ce septième film, l’ambition de Patrice Leconte est claire: « Faire un film de divertissement pur. Sans arrière-pensées. Et aussi de faire un film de comédiens. »2  Bruno Tardon qui a écrit le scénario du film, pour inventer ce casse invraisemblable, mais qui marche, il a commencé  par construire virtuellement dans son esprit, le coffre le plus inviolable du monde. Et une fois qu’il a bien inventé les systèmes de sécurité et qu’il en a rajouté, rajouté, rajouté pour qu’on ne puisse pas accéder à ce coffre, il s’est dit et maintenant comment je fais pour piquer l’argent. De construire Fort Knox et de se dire maintenant comment on pénètre dans Fort Knox, il avait raison de procéder comme ça… » 1 

Même si il est très content du scénario qu’il trouve extrêmement bien construit, Patrice Leconte ne peut s’empêcher d’y ajouter sa touche personnelle avec l’aide de Patrick Dewolf , son fidèle premier assistant et aussi avec Michel Blanc , qui vient filer un coup de main sur des bouts de dialogue. Mais pour Leconte, Les Spécialistes est avant tout un film de metteur en scène : « Je ne voulais pas que la mise en scène soit anodine. Comme le film est spectaculaire, je voulais que la mise en scène, à sa manière le soit aussi, que la caméra ne se fasse jamais oublier, qu’elle ne soit jamais discrète, qu’on se dise tout le temps : « C’est du cinoche! » 2  Avec son tandem, Leconte va, sans que ce soit prémédité, filer un coup de vieux aux actioners du moment, Jean-Paul Belmondo et Alain Delon, qui verront arriver ces deux jeunes acteurs dans leur pré carré avec une certaine méfiance et aussi, une certaine crainte d’être mis au rencard pour ce type d’emplois, ce qui ne manquera pas d’arriver dans les deux à trois ans qui suivront la sortie des Spécialistes. Car Les Spécialistes est un film moderne et Giraudeau et Lanvin amènent un véritable vent de fraîcheur dans le cinéma français. A ce stade de leur carrière, ils bénéficient d’une aura qui leur permet d’aller là où bon leur semble. Les deux comédiens ont appris à se connaitre en décembre 1981 à Taroudant au Maroc où à l’initiative de la Fondation Philip Morris pour le cinéma, il s’étaient tous les deux retrouvés au milieu d’une cinquantaine de personnalités du cinéma avec le temps de loisir suffisant pour vraiment faire connaissance et apprendre à s’apprécier. Ils en étaient repartis avec l’envie de faire un film ensemble. Une véritable envie qu’ils vont chercher à concrétiser et qui trouvera son coup d’accélérateur lorsqu’ils en parlent à Christian Fechner.

Bernard Giraudeau expliquait dans le magazine Première: « La différence de Christian par rapport aux autres producteurs, c’est que dès qu’on lui a parlé de notre envie, il nous a répondu : « Ok, mais n’attendons pas le sujet. Trouvons-le ! Faisons-le écrire… » »3 Les deux acteurs sont sur la même longueur d’onde et Giraudeau de poursuivre: « Avec Gérard, on avait envie d’une grande chevauchée dans la  prairie ensemble. On avait vraiment envie de s’amuser, de se faire plaisir. » 3  Lanvin ne disait pas autre chose : « On a fait comme des gosses, on s’est mis à rêver… Ce qu’on voulait, c’était la structure classique d’un film d’action mais en modernisant, à l’intérieur, par la mise en scène, par les situations et le dialogue, les rapports entre les deux mecs… »3 D’autant que Lanvin et Giraudeau sont raccords avec leur réalisateur, notamment sur la façon d’intégrer des éléments de comédie dans ce film d’action: « L’avantage de Patrice, c’est que justement, il avait l’habitude de faire des comédies et qu’il pouvait donc avoir sur ce type de film d’action qu’on voulait faire, un regard différent et lui apporter  quelque chose de neuf… » disait Giraudeau. Lanvin lui, expliquait :« On voulait tout jouer : la peur, les héros, la tendresse, la complicité, la rivalité… »3 Sur le tournage, le fait de commencer par tourner les scènes d’action notamment le saut dans les rapides, a favorisé le rapprochement entre les deux comédiens qui se sont entendus à merveille. Extrêmement complémentaires, l’alchimie entre eux est palpable à l’écran et leur tandem fait des étincelles.

Se revendiquant plus dans la lignée de Butch Cassidy et le Kid et L’arnaque que dans celle d’un Melville par exemple, Patrice Leconte réussit son coup au-delà de ses espérances. Non seulement son duo de vedettes fonctionne magnifiquement mais le travail en amont du tournage effectué avec eux a permis à ce que tous tirent dans le même sens : « On a fait des séances de lecture, de modification du dialogue, des modifications de scènes… Ils ont vraiment travaillé et ne se sont pas contentés de très bien faire les acteurs… Les grands acteurs ont une aura, une puissance… » 2 Les Spécialistes démarre à cent à l’heure et ne relâche jamais sa poigne sur le spectateur. Le film fait l’effet de monter dans un grand huit pour ne souffler à nouveau qu’à la fin  du tour. Si le film n’est pas parfait (le personnage féminin interprété par Christiane Jean manque clairement de densité et d’intérêt), l’alternance entre l’action et la comédie, le rythme tonitruant, le plaisir que l’on ressent à voir les péripéties qui s’enchainent et les deux acteurs principaux qu’on imagine heureux et passionnés par l’aventure, nous procure une vraie satisfaction de spectateur. Quant au fait que Patrice Leconte réussissait là le premier virage sérieux d’une carrière qui s’annonçait déjà des plus passionnantes, nous comblait littéralement.

1 Interview Patrice Leconte EcranLarge.com

2 Première 96 Mars 1985 Propos recueillis par Jean-Pierre Lavoignat

3 Première 94 Janvier 1985 Propos recueillis par Jean-Pierre Lavoignat

Titre Original:  LES SPECIALISTES

Réalisé par: Patrice Leconte

Casting: Bernard Giraudeau, Gérard Lanvin, Christiane Jean…

Genre: Policier, Action, Aventure

Sortie le: 13 mars 1985

Distribué par: Gaumont

EXCELLENT

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s