Critiques Cinéma

LA BALANCE (Critique)


SYNOPSIS: L’indicateur de la 13e Brigade Territoriale a été assassiné. L’inspecteur en chef Palouzi doit absolument savoir pour pouvoir recruter en sécurité une nouvelle « balance », et enquêter sur les agissements du caïd Massina. Dédé, un ancien lieutenant du truand vivant avec une prostituée, semble être le bon choix.

Dans les années 80, le polar français traditionnel a tendance à connaitre une certaine métamorphose liée entre autre à une recherche de réalisme et de représentation plus en phase avec son époque, des enquêteurs souvent plus jeunes et qui délaissent les costumes trois pièces pour les jeans et les baskets. « Un jour, un ami m’invite à une fête… Mon ami m’informe de la présence d’un flic parmi les invités et me demande de deviner lequel. Dès que je voyais un homme élégant en costume, je pensais avoir trouvé mais ce n’était pas le cas. Le policier était en fait un jeune mec de mon âge, en jean baskets. Cette anecdote représente tout à fait la vision que les Français et moi-même avions des flics. Cela venait du cinéma où on y voyait toujours un Delon, un Belmondo ou un Lino Ventura très « classe », en costume trois pièces. Ce genre de films était bien sûr directement inspiré des films noirs américains. Cette soirée m’a permis d’ouvrir les yeux sur le vrai flic de base français »*1 Deuxième long métrage de Bob Swaim après La nuit de Saint-Germain-des-prés qui mettait en scène Nestor Burma (le héros de Léo Malet) sous les traits de Michel Galabru, La Balance a signé un nouvel élan du polar français, où le réalisme et l’authenticité étaient les maitres mots. Ethnologue de formation, Bob Swaim a passé plusieurs mois au sein d’une brigade territoriale (l’équivalent de la DPJ) car il souhaitait voir ce qu’était la police française en 1982. Il y fait la connaissance de Mathieu Fabiani, inspecteur à l’époque avec lequel il co-écrit le scénario de La Balance. « En 1982, il faut montrer les flics tels qu’ils sont : en jean et tee-shirt avec des Ray-Ban et un walkman... »*2 En adoptant le point de vue des policiers, en décrivant leurs méthodes pas toujours traditionnelles et en montrant les quartiers pauvres où ils interviennent, La Balance fait souffler un vent nouveau sur le polar hexagonal.

 » J’ai choisi des acteurs peu connus ou carrément anonymes à l’époque. Nathalie Baye, Philippe Léotard, Richard Berry, Florent Pagny, Tchéky Karyo... »*1 Avec cette distribution hétéroclite, La Balance propose des visages souvent neufs qui facilitent le processus d’identification et évitent de rattacher les comédiens à des rôles antérieurs. Richard Berry, sans doute le plus connu de tous à l’époque se souvient: « J’ai eu très envie de faire ce film car il y avait un aspect nouveau du polar, le démarrage d’une nouvelle approche du polar… la vitesse d’exécution…  » Pendant près de 4 mois avant de faire Une chambre en ville, il a suivi le flic qui a inspiré son personnage… Pour Nathalie Baye, le déclic a été différent même si elle a d’abord refusé le film en raison de sa rupture récente avec Léotard avant de se raviser: « Le fait d’avoir avant le tournage du film rencontré beaucoup de prostituées : des filles formidables, inintéressantes, intelligentes, idiotes, marrantes… Des filles comme tout le monde, quoi ! Et tout d’un coup j’ai regardé le film différemment… aussi le fait de mettre des perruques et des robes fendues » *3 Philippe Léotard qui a tourné dans les courts-métrages de Bob Swaim obtient le rôle de Dédé un an avant le début du tournage mais son addiction à l’alcool lui vaudra une mise au point par Bob Swaim sur le plateau sur lequel il lui arrivait d’arriver ivre. Une mise au point qui fera de l’effet puisque Bob Swaim affirme qu’ensuite le comédien sera un excellent professionnel. Choisi pour sa renommée et parce que les producteurs souhaitaient sur l’affiche un nom porteur, la participation de Maurice Ronet qui a d’abord refusé le rôle apporte au film une caution de sérieux supplémentaire. Malheureusement le comédien sera emporté par la maladie peu de temps après le tournage.

Le succès du film est au-delà de toutes les espérances. Bob Swaim est même dépassé par les évènements. « Philippe décroche le césar du meilleur,acteur, Nathalie celui de la meilleure comédienne et le long métrage est élu meilleur film lors de la même cérémonie. Tous ces acteurs sont devenus des vedettes par la suite. La Balance a connu un succès monumental, je ne pourrai même pas citer toutes ses nominations… je ne pouvais absolument pas imaginer un tel succès ! » Pourtant, force est de constater que si l’intention était des plus nobles, elle sonne par moments comme trop appuyée entre bons mots rigolards et modernité par trop apparente. Mais l’humanité des principaux interprètes qui chacun  s’approprie son personnage en lui conférant une impressionnante vérité permet au film d’imposer son ton et  sa singularité. De Philippe Léotard en mac amoureux et looser magnifique à Richard Berry en flic pugnace et malin en passant par Nathalie Baye en pute fragile et grande gueule, le trio central donne à La Balance son tempérament et sa gouaille. Quant à Bob Swaim, il se charge avec brio des séquences d’action à la fois violentes et tendues qui font de La Balance un film rapide, poignant et efficace. Un film qui a du style et un précurseur de ce néo polar qui fit des ravages dans les années qui suivirent sans oublier quelques notes d’humour saupoudrées ça et là qui achèvent d’apporter une certaine authenticité.

Mêlant à la fois l’influence du cinéma français et du cinéma américain, le film est enveloppé d’une modernité qui explique sans doute sa capacité à capter l’air du temps et à toucher un public relativement large. Si il est très ancré dans son époque, il n’en reste pas moins très réussi et avant-gardiste d’une vague de polars qui déferlera par la suite sur les écrans pour renouveler un genre sinon moribond, du moins qui avait du mal à se propulser hors d’un classicisme systémique.

*1 Interview Bob  Swaim Cinema Direct (par Isabelle Laurent) – 04/2010

*2 Suppléments Blu-Ray La Balance Ed Le Chat Qui Fume

*3 In Première 68 Novembre 1982

 

 

Titre Original: LA BALANCE

Réalisé par: Bob Swaim

Casting: Nathalie Baye, Philippe Léotard, Richard Berry…

Genre: Policier

Sortie le:  10 Novembre 1982

Distribué par: AAA

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s