Critiques Cinéma

MONSIEUR RIPOIS (Critique)

SYNOPSIS: Mr Ripois, un français exilé à Londres, est un Don Juan. Sa femme catherine, lasse de ses infidélités, part pour Edimbourg pour préparer son divorce. Pendant ce temps, André, entre plusieurs liaisons opportunistes, s’éprend de Patricia, une amie de sa femme, et utilise pour la séduire de nombreux stratagèmes

Inspiré du roman autobiographique M. Ripois et la Némésis (1950) de Louis Hémon, qui raconte l’histoire d’un exilé français prêt à tout pour s’élever socialement, et usant des femmes à des fins purement émancipatrices et égotiques, Monsieur Ripois, le film est par ailleurs l’une des premières coproductions cinématographiques entre la France et la Grande-Bretagne. René Clément, le réalisateur, surnommé le « Rossellini Français » opte pour l’usage du flash-back, afin d’essayer de mieux comprendre la personnalité au bas mot ambigüe, voire assez misérable de son personnage principal.  Monsieur Ripois  a reçu le prix spécial du jury au Festival de Cannes en 1954. En sachant qu’une heure avant de rendre le palmarès public, Jean Cocteau, président du dit jury, réussit à convaincre les autres membres, de ne pas laisser partir bredouille le film de René Clément Celui-ci dira plus tard dans une belle humilité : « Chacun de mes films est la somme de tout ce que j’ai appris auparavant dans tous les domaines ». Le cinéma de Clément est novateur, comme on le verra ici, et aussi singulièrement éclectique.  Les dialogues sont signés Raymond Queneau, dont on retrouvera plus tard tout le talent dans Zazie dans le métro  (1959), tout en se calant à l’ambiance et l’humour « So british » qui émane de Monsieur Ripois. Catherine Ripois, la femme d’André plante d’emblée le décor : « Si elles ne cèdent pas, elles l’ennuient. Elles l’ennuient encore plus en lui cédant. Et ça depuis toujours, et ça sera toujours ainsi  », avec un zoom avant sur elle, qui vient dans cette vérité universelle et troublante montrer tout son désespoir.  Son indécrottable séducteur de mari dragouillera même au téléphone l’opératrice du fameux service des abonnés absents !! Un chasseur sentimental qui traque toutes ses proies dans les rues londoniennes. Une sorte de Jack L’éventreur du Cœur !!  

monsieur Ripois
1954
real Rene Clement
Gerard Philipe
Natasha Parry
COLLECTION CHRISTOPHEL © Transcontinental Films

 

Sa psyché semble se rapprocher de celle de Tom Ripley, quelques années plus tard dans Plein soleil (1960) du même réalisateur, qui décidément aime s’attaquer sans concessions à la psychologie masculine dans ce qu’elle peut avoir de plus vil. Mais son rapport à l’amour et aux femmes fait également penser à Les femmes des autres (1963) dans cette même immaturité, qui confine à l’affligeant. Il tombe amoureux comme l’on tombe d’une chaise, pour reprendre Benabar dans la très belle Je suis de celles (2003). C’est comme un Don Juan abject, qui tente de profiter d’une société patriarcale pour assouvir ses fantasmes et évoluer sereinement malgré ses obsessions. Non pas que Monsieur Ripois soit la pire des crapules, ou directement très vulgaire méchant ou ours, comme Jean dans Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) de Pialat, mais il est surtout pathétique et stratège à la fois, incapable d’aimer sans arrière-pensée. La mise en scène, à l’image de la technique du flash-back est un véritable acte filmique qui se distingue par une belle audace de Clément. Au chapitre de son esprit novateur, lors de ses déambulations dans les rues de Londres, la camera est cachée et filme donc un Londres pris « sur le vif » et anticipe ainsi sur ce qui fera entre autre la patte de la nouvelle vague, ne leur en déplaise… 

monsieur Ripois
1954
real Rene Clement
Gerard Philipe
Valerie Hobson
COLLECTION CHRISTOPHEL © Transcontinental Films

 

André Ripois dit à Patricia qu’il n’est plus le même et qu’il l’aime, elle, comme jamais il n’a aimé quiconque. Elle lui répondra à quel point il est « impossible ». Ce qui est poignant et même assez consternant est l’auto-conviction de Ripois. Il est sans doute sincère dans l’expression de son sentiment amoureux, mais son machiavélisme et sa cupidité semblent suffisamment ancrés pour ne pas que le spectateur puisse lui accorder le moindre crédit, la moindre empathie. Mais le propos n’est pas binaire ni manichéen, tant le personnage de Ripois est autant attachant par petit moment qu’insupportable la plupart du temps. Le réalisateur nous envoie là une certaine idée de la complexité, qui n’est pas déplaisante. Le cynisme ira jusqu’au bout du bout de la dernière seconde du film. 

monsieur Ripois
1954
real Rene Clement
Gerard Philipe
Joan Greenwood
COLLECTION CHRISTOPHEL © Transcontinental Films

 

Natasha Parry, dans le rôle de Patricia, comme Valerie Hobson dans celui de Catherine Ripois transmettent une belle émotion, celle d’une forme d’exaspération commune, celle des femmes blessées et trahies, elles sont belles, fortes et livrent une prestation d’une grande densité. Gérard Philippe viendra avec Monsieur Ripois comme sciemment casser son image de jeune premier toujours très gentiment amoureux, sans bien sûr aucun caractère irrémédiable. Il est formidablement à sa place dans ce rôle de séducteur. Sa prestation vous trottera dans la tête, et la prochaine fois que vous entendrez parler d’un séducteur, il n’est pas impossible que le visage de Gérard Philippe s’illumine en vous. Au final, Monsieur Ripois se regarde avec plaisir, tant il faut avoir à cœur de recontextualiser l’audace du propos de Clément, la finesse de l’écriture, dans une avant-garde qui n’est pas sans pouvoir soulever le débat de l’intégration de Monsieur Ripois comme pionner de la Nouvelle Vague. Au-delà, c’est surtout un vrai bon moment de cinéma qu’il s’agisse ou non d’une découverte.  

Titre original: MONSIEUR RIPOIS

Réalisé par: René Clément

Casting: Gérard Philipe, Natasha Parry, Valerie Hobson…

Genre:  Comédie dramatique

Sortie le: 19 mai 1954

Reprise le : 08 juin 2022

Distribué par : Les Acacias

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s