Critique Blu-Ray

LES ENQUÊTES DU DEPARTEMENT V : L’EFFET PAPILLON (Critique Blu-Ray)

SYNOPSIS: Marco, un adolescent de 14 ans sans domicile, est arrêté à la frontière danoise alors qu’il a en sa possession le passeport d’un fonctionnaire porté disparu. Peu avant s’être volatilisé, l’homme en question, accusé d’agressions pédophiles, avait bénéficié d’un classement sans suite de son dossier… L’inspecteur Carl Mørck et son équipe du Département V sont chargés de l’affaire mais Marco, traumatisé, refuse de leur parler. Détenteur d’informations compromettantes, il s’enfuit pour échapper à la mort…

Les Enquêtes du département V : L’Effet papillon, autrement appelé Les Enquêtes du département V : l’Effet Marco (Marco effekten), est un thriller germano-danois réalisé par Martin Zandvliet. Il suit 4 premiers épisodes (tout en pouvant totalement se regarder indépendamment) : Miséricorde  (2013), Profanation (2014), Délivrance (2016), Dossier 64  (2018). Ils s’inspirent des romans policiers du Danois Jussi Adler-Olse, au nombre de 8 pour le moment, et un neuvième à venir fin Septembre de cette année. Grande nouveauté dans ce cinquième volet qui nous intéresse, le casting s’est vu remanié, avec Ulrich Thomsen qui remplace Nikolas Lie. Très perturbant pour celles et ceux qui ont été tenu en haleine par les quatre premiers épisodes de la franchise, ça passera crème pour les autres. La modification a de quoi être déstabilisatrice car l’inspecteur est ainsi vieilli, mais aussi potentiellement plus proche de l’état d’esprit du roman initial, avec un recentrage justement autour de Mørck. Il n’empêche qu’il est attachant Carl Mørck, (malgré le bruit insupportable de son machouillage intempestif de chewing-gum) qui comme beaucoup d’autres avant et après lui, refoule ses névroses au travail, dans un engagement à fleur de peau. D’emblée, l’intrigue est prenante, même si elle va vite se perdre car notamment, les ficelles narratives manquent parfois cruellement d’originalité…


Le flic désabusé, l’intrigue à tiroirs, la petite amourette qui apaise la noirceur, le poids des procédures, le pot de terre contre le pot de fer… Cet ensemble, même banal, peut s’avérer intéressant, selon la mise en scène. Mais la façon ici de le déployer est un peu trop démonstrative et bavarde… C’est dans l’ensemble un manque de finesse et de subtilité qui nuit à l’histoire et la rend assez banale dans notamment son ventre mou, expression qui prend de fait tout son sens. Pour autant, malgré cette forme de prévisibilité, l’ensemble se tient, et surtout, on est quand même sacrément happé par cette atmosphère très scandinave dans une torpeur captivante. C’est ici entre autres tout le travail de la photographie d’Aske Foss, dans une succession de véritables tableaux qui servent parfaitement la narration, avec un brin de mélancolie, dans la vision décadente du monde, porté par l’inspecteur Mørck. La bande son, dirigée par Sune Martin, est assez étonnante et fait mieux qu’accompagner l’intrigue.



Cette ambiance pesante et très esthétique finalement, s’impose comme une véritable marque de fabrique de la culture du Nord de l’Europe en général et de la franchise des Enquêtes du Département  V en particulier. On pense ici, avec un rythme moins haletant quand même au fascinant Millénium le film (2009) dans ce qui nous permet d’être finalement tenu en haleine sur la longueur. Ce cinquième opus tient beaucoup sur ce qui agite à l’intérieur notre inspecteur. Ses intuitions, sa ténacité, mais aussi les brulures internes qui lui tiraillent autant les neurones que les entrailles. C’est un parti-pris qui diffère sans doute L’effet papillon de ses pères et pairs, moins axé sur la complicité des enquêteurs, mais davantage centré sur l’intériorité du personnage principal, et de ce point de vue, l’épisode est réussi. Sa noirceur ne nous envahit pas pleinement, car il conserve un dévouement sans faille, une envie de justice inaltérable, qui crée une belle alliance avec le spectateur. L’évolution de celui qui détient toutes les clefs, Marco est assez intéressante également. Dans bien sûr une histoire sous forme de thriller singulier, en nuançant, il est tout de même un peu comme un emblème et une évidente métaphore de ce que vivent beaucoup d’exclus, de migrants, et notamment de Roms, dont il fait partie, dans sa façon de n’être toléré nulle part et dans cette impossibilité de faire confiance à l’autre. Sans intention divulgatrice, le dénouement autour de sa situation est intéressant.



L’ensemble du casting livre des prestations tout à fait honorables et intéressantes. Mais clairement à l’image du film qui se tourne vers son inspecteur, l’interprétation dans le rôle de ce dernier d’Ulrich Thomsen emporte une totale adhésion. Il est impeccable dans les tourmentes, et aussi très convaincant dans sa détermination. Il est une PME à lui tout seul, il porte l’histoire sur lui, et même avec le bruit pénible de ses chewing-gums, on n’en perd pas une miette. Au final, Les Enquêtes du Département V, l’Effet Papillon se regarde plus pour sa forme, hyper prenante, que pour son contenu, hyper prévisible. Mais clairement, on passe un moment agréable, très bien pour une soirée sans prise de tête, car le moment est globalement chouette.

 

 

Titre Original: MARCO EFFEKTEN

Réalisé par: Martin Zandvliet

Casting : Ulrich Thomsen, Zaki Youssef, Sofie Torp…

Genre: Thriller

Sortie le: 15 décembre 2021 sur Canal+

Sortie en DVD & Blu-Ray le : 1er juin 2022

Distribué par: Wild Side Video

BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s