Critiques

LE FLAMBEAU, LES AVENTURIERS DE CHUPACABRA (Critique Saison 2 Épisodes 1×01-1×04) Toujours aussi drôle et divertissante…

SYNOPSIS: Au revoir la villa et bonjour Chupacabra. Après LA FLAMME, Marc et 15 autres candidats vont devoir s’affronter et survivre sur une île déserte. Épreuves physiques, manipulations mentales et trahisons émotionnelles seront les ingrédients de ce cocktail tropical.

En octobre 2020, sans crier gare, La Flamme débarquait sur nos écrans avec un humour absurde, un casting cinq étoiles et un Jonathan Cohen complètement habité (par quoi on l’ignore, mais habité). La saison parodiait des émissions de télé-réalité comme Le Bachelor. Aujourd’hui la série revient sous le titre Le Flambeau avec une ambition très apparente : parodier Koh-Lanta. Cette dernière n’est plus à présenter : émission phare de TF1, Koh-Lanta a fêté ses vingt-ans d’existence l’année dernière lors d’une saison anniversaire. Le programme, source inépuisable de détournements allant de l’incontournable remix du Ah ! de Denis Brogniart par le génial Khaled Freak jusqu’aux memes et aux tweets en pagaille, représente de plus en plus le symbole d’une histoire largement scriptée où retournements de situation, coups de couteau dans le dos et stratégie s’entremêlent jusqu’à plus soif. La saison anniversaire Koh-Lanta : La Légende avait été une muse incroyable pour internet puisque celle-ci s’était conclue sur un incroyable fiasco à base de triche et d’absence de gagnant. L’émission qui donne l’impression d’être diffusée en continu toute l’année réalise ainsi déjà une bien belle performance en matière de what the fuck et de drôleries bien achalandées. Jonathan Cohen propose de faire plus drôle. Challenge accepted.
 
 
Avant de s’immerger dans le vif du sujet, précisons un point important : Le Flambeau est bien la suite directe de La Flamme. Même si le programme parodié change, que Marc fait une blague sur le multivers dans la bande annonce et que certains personnages ne devraient a priori pas figurer dans cette saison 2 si nous tenons compte des évènements précédents, tout s’avère expliqué : il s’agit bien des mêmes personnages, après les péripéties de La Flamme. Le casting, entre anciens et nouveaux protagonistes est toujours aussi dantesque. Cette année à la présentation, l’incroyable Vincent Dedienne laisse sa place à Jérôme Commandeur. Le bougre est convaincant même si son personnage de présentateur n’est pour l’instant pas au niveau de celui de son prédécesseur. Côté retours, et donc en tant que candidats, nous pouvons compter sur Leïla Bekhti (Alexandra la psychopathe alias « MARC, je t’aime ! »), Ramzy Bedia (le coach Tony Tonic), Camille Chamoux (Chataléré), Adèle Exarchopoulos (Soraya, laissée pour morte dans La Flamme), Ana Girardot (Anne, que Marc déteste plus que quiconque au monde) ou encore Géraldine Nakache (Marina, devenue policière). Ce grand monde est rejoint par Sébastien Chassagne (Soso, l’enfant bulle, nous n’avons pas le cœur à vous narrer cette nouvelle facétie pour ne pas vous gâcher la surprise mais nous sommes heureux de retrouver cet acteur que nous avons adoré dans Irresponsable, Doxa, et Une Belle Histoire), Gérard Darmon (Philippe Machette) qui avait déjà travaillé avec Jonathan Cohen sur Family Business, Laura Felpin (Annick, le « sac à crottes » avec des cheveux qui sentent le cheval), Jonathan Lambert (Hervé, gourou de la secte de Saint-Jean-de-Luz), Yvick Letexier alias Mister V (qui joue ici William, un influenceur), Natacha Lindinger (Carole, l’ex-femme de Tony Tonic), Kad Merad (Patrice dit Patoche, l’acolyte de Philippe Machette) ou encore Thomas Scimeca en Yvan le complotiste. Et bien évidemment Jonathan Cohen, notre Marc national. La tribu pourra toujours compter sur le Dr. Juiphe (Pierre Niney, toutefois peu présent lors de ces quatre premiers épisodes, peut-être du fait d’un emploi du temps chargé), toujours là pour écouter s’épancher les candidats (enfin surtout Marc) malgré une absence de compétence évidente. Le Flambeau maintient donc le cap prestigieux qu’il avait déjà fixé lors de sa saison précédente.
 

Difficile de parler du Flambeau sans spoiler, nous resterons donc évasifs sur son contenu précis. Néanmoins le téléspectateur aura tout à fait ce qu’il est venu y chercher. D’un côté les codes de Koh-Lanta sont présents et poussés à l’extrême, à base d’épreuves alambiquées, de sombrero d’immunité, de construction du camp, de stratégie, et d’élimination. La saison est aussi l’opportunité de continuer à tracer le destin des personnages tout en changeant la dynamique et en jouant avec : Marc n’est plus le candidat au centre de l’attention, ce n’est plus lui qui décide qui reste et qui part, et il n’a plus le luxe d’une villa pour réaliser ses caprices. Une idée que la série tend à exploiter au maximum. Certaines storylines laissées en suspens peuvent donc perdurer, en particulier celles liées au personnage de Soraya : Marina compte enfin lui avouer son amour, mais Marc entend bien lui aussi tenter sa chance avec celle qui était présumée morte. Difficile de dire ce qu’exploitera ou non le show lors des cinq prochains épisodes car énormément d’éléments sont disséminés ici et là, certains juste pour la blague, mais peut-être pas que. La lubie d’Yvan à voir des complots partout ou la secte de Hervé et sa communauté des enfants de Saint-Jean-de-Luz qui semblent savoir où se cache Xavier Dupont de Ligonnès, regorgent de potentiel pour pouvoir pousser les indicateurs d’absurdité à leur maximum.
 
 

Ces quatre épisodes (sur les neufs prévus, comme pour la première saison) du Flambeau font clairement mouche. Au niveau de La Flamme dont elle est la suite directe, cette parodie en reprend les codes tout en y injectant l’humour toujours aussi absurde de Jonathan Cohen. S’amusant à jouer d’un côté avec l’émission dont elle s’inspire et la saison dont elle est la suite, Le Flambeau est toujours aussi drôle et divertissante, regorgeant de punchlines, d’échanges sans queue ni tête, de méchanceté bien placée et de protagonistes totalement à la ramasse. Nous ne savons pas à ce stade si elle souffrira des mêmes pertes de vitesse que pouvait avoir son aînée ni si elle nous offrira des fulgurances équivalentes (l’épisode de la Jean-Guile reste et demeurera un coup de maître). A découvrir ce jour et nul doute que vous serez nombreuses et nombreux à tenter l’aventure afin de découvrir qui sera le dernier candidat à conserver son flambeau électrique allumé. 

Crédits: Canal +/ Making Prod

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s