Critiques Cinéma

SENTINELLE SUD (Critique)

SYNOPSIS: Aux lendemains d’une opération clandestine qui a décimé son unité, le soldat Christian Lafayette est de retour en France. Alors qu’il essaie de reprendre une vie normale, il est bientôt mêlé à un trafic d’opium pour sauver ses deux frères d’armes survivants. La mission dont ils sont les seuls à être revenus n’était peut-être pas celle qu’ils croyaient… 

La guerre, où qu’elle soit, est multiple, destructrice et encline à bouleverser des vies partout à travers le monde. La période dans laquelle on vit s’entête à constamment nous le rappeler, c’est pourquoi il est évident que le cinéma accompagne l’idée. Pour son premier long-métrage co-écrit avec Nicolas Silhol et Noé Debré, Mathieu Gerault accompagne la trajectoire d’un jeune soldat de retour du front qui fait face aux ravages que la guerre laisse derrière elle, ravages qui n’ont jamais de frontières. Sentinelle Sud suit donc Christian Lafayette (un nom lourd de symboles bleu blanc rouge) qui revient sur le territoire français après plusieurs années en Afghanistan. Alors que là-bas une embuscade parmi leurs camarades a fait des dégâts humains et matériels considérables, Lafayette tente de trouver une espèce de stabilité dans sa vie, mais se retrouvera sans le vouloir au cœur d’un trafic d’opium et d’un secret encore plus grand pour lequel des gens hauts placés seraient prêts à tuer. Première chose qui détonne en comparaison avec les autres films du genre, Sentinelle Sud évoque la guerre sous tous ses aspects sans jamais la montrer. En gardant l’entièreté du déroulé de l’intrigue sur le territoire français, Gerault propose de disséquer la façon dont les traumatismes de ces conflits à l’autre bout du monde sont insidieusement violents et redoutablement présents au sein du pays et de ses institutions. Lafayette, jeune combattant meurtri, épuisé et largué par de longs mois de guerre, est un point d’accroche assurément singulier pour mener cette histoire qui évacue le spectaculaire malsain afin de laisser la place à l’interprétation du spectateur. Il faudra attendre la quasi-fin du parcours pour avoir un court aperçu de cette fameuse embuscade évoquée aux quatre coins du film comme un traumatisme vivace et lourd chez ses survivants rapatriés en France. Mais encore une fois, la séquence ne sera pas montrée à l’écran, mais seulement entendue en hors-champ, préférant laisser la caméra sur le regard désespéré, endolori et fatigué de ce jeune Lafayette portant sur ses épaules le poids écrasant des erreurs de son pays et de l’impartialité absurde de la guerre.




Niels Schneider, qui campe ce personnage principal, est simplement excellent dans son portrait limpide, émotionnel et rugueux d’un soldat coupé en deux qui cherche dans son désespoir et dans le champ de bataille qu’est devenu sa vie à retourner à la maison. Une quête de l’équilibre mise en branle par une série d’évènements impromptus qui vont le mettre en face des conséquences directes de ces conflits internationaux au cœur duquel il n’est qu’un pion parmi d’autres.

A côté de lui, Sofian Khammes est lui aussi brillant dans ce point de vue parallèle du traumatisme, nourrissant une interprétation impressionnante de réalisme et de sensibilité. Thomas Daloz explore avec son rôle les conséquences psychologiques les plus violentes de la guerre, dans la peau de ce jeune revenu détruit du front, ne quittant désormais plus sa chaise roulante malgré le fait qu’il n’en ait pas besoin. India Hair compose, elle, un personnage touchant en forme de point de repère, alors que le génial Denis Lavant campe ce « Père » commandant à la responsabilité floue.


En filmant les aspects les plus traumatiques de la guerre sans ne jamais céder au sensationnalisme, Sentinelle Sud est un film puissant à l’aura moderne sur les incertitudes latentes qui parcourent les troupes de retour sur le sol français. Une recherche constante de l’équilibre et du calme alors que les souvenirs des balles, de ces camarades tombés au combat et des explosions peinent à être recouverts par l’alcool, la drogue et les basses assourdissantes d’une boîte de nuit. Christian, Mounir et Henri représentent alors une France nouvelle qui s’auto-détruit, hantée par un spectre monstrueux qui ne partira pas tant que les mêmes erreurs seront commises encore et encore.

Titre Original:  SENTINELLE SUD

Réalisé par: Mathieu Gerault

Casting: Niels Schneider, Sofian Khammes, India Hair

Genre: Drame, Thriller

Sortie le: 27 avril 2022

Distribué par: UFO Distribution

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s