Critiques Cinéma

CONTES DU HASARD & AUTRES FANTAISIES (Critique)

SYNOPSIS: Un triangle amoureux inattendu, une tentative de séduction qui tourne mal et une rencontre née d’un malentendu. La trajectoire de trois femmes qui vont devoir faire un choix…

S’il est le représentant d’une sorte de renouveau du cinéma japonais moderne, Ryῡsuke Hamaguchi est un habitué des œuvres fleuves et chorales sur l’amitié, l’amour et les émotions complexes qui font vibrer les humains. Après ses succès à travers Senses, Asako I&II et plus récemment Drive my Car – une merveille de 3h qui vient de remporter l’Oscar du Meilleur Film International après un parcours impressionnant entamé après son Prix du Scénario à Cannes il y a quelques mois – et après avoir signé le scénario des Amants Sacrifiés réalisé par Kiyoshi Kurosawa, Hamaguchi se replonge dans ses thèmes habituels et ses obsessions filmiques dans un film découpé en 3 qui marque une nouvelle facette de son cinéma. Contes du Hasard et autre Fantaisies est composé de 3 histoires indépendantes qui se rejoignent par un tas de thématiques récurrentes qu’on s’amusera à déceler tout au long du visionnage. Dans la première, Meiko apprend que son amie et collègue de travail Tsugumi a rencontré un homme dont elle pense être tombée amoureuse ; dans la deuxième, Aya aide un de ses amants à fomenter une vengeance contre un ancien professeur de français et écrivain notoire ; dans la troisième, Nao revient à Tokyo et y croise en rentrant à la gare une amie du lycée avec laquelle elle reconnecte. Trois histoires qui manient ironies du sort, hasards malheureux et relations vibrantes autour de trois femmes bien différentes qui voient leur vie basculer – autant en bien qu’en mal.


Sous forme d’un triptyque à tiroirs qui se dévoilent à mesure que les trois récits prennent leurs marques dans le storytelling de cet assemblage, Contes du Hasard et autres Fantaisies est une mélodie qui bat tantôt à contretemps et tantôt en harmonie, peignant avec ses trois galeries de personnages une étude complexe des relations sociales dans un monde moderne en perpétuel changement. Si chacune de ces intrigues est posée avec une scène de dialogues introductive en apparence longuette, elles parviennent les unes après les autres à s’envoler en faisant apparaître un troisième personnage clé du récit via un pivot de la ligne narrative.

La finesse d’écriture de Hamaguchi déborde à cet égard d’humour, d’ironie et d’un jeu extrêmement malin avec son spectateur qui arrive à prendre à chaque fois. Un sens du twist humain qui fait mouche tant il est témoin de cette roue du hasard qui frappe quand on s’y attend le moins et qui remet tout ce qu’on sait d’une situation immédiatement en perspective. Et cette dynamique marche notamment dans le troisième acte, le plus précis, le plus humain et le plus charmant du film, qui le conclue avec une expérience sociale extrêmement méta sur l’impact du jeu et du cinéma dans les regrets et autres actes manqués obligatoires de la vie. Hamaguchi construit un crescendo assez virevoltant malgré son apparente lenteur, et se fait figure d’observateur d’une humanité qui subit un temps qui avance trop vite, d’un hasard qui tord ses certitudes et ses émotions et d’une notion de destin qu’elle ne contrôle certainement pas.

Dans ces trois contes indépendants aussi réalistes et impactants que poétiques et marqueurs de fantasmes inavoués, le nouveau film d’Hamaguchi laisse une place importante au mensonge (parfois involontaire, souvent intentionnel) par la figure de ces trois femmes qui jouent chacune à leur manière à être quelqu’un d’autre. La première pour ne pas aller à l’encontre de ses sentiments, la deuxième pour s’immiscer dans la vie de quelqu’un et la dernière pour épancher ses regrets affectifs passés. Par l’évolution de ces différentes figures principales (la jeune femme manipulatrice et libérée, l’étudiante mère de famille et ses fantasmes qui la poursuivent et la quarantenaire au regard sur le passé), le metteur en scène japonais établit un semblant d’univers où ces trois âmes, aussi différentes soient-elles par essence, se connectent par les coups du sort qui s’agitent autour d’elle dans une poésie étrange et dans un humour raillant ravageur. Cette « magie » citée par le premier tiers qui fait se rencontrer deux personnes liées sans le savoir, qui empêche par une livraison tardive de Blu-Ray un personnage de partir, ou qui dévoile ses secrets en cascade de la plus absurde des manières compose chez Hamaguchi un sens aigu des histoires, et plus concrètement du cinéma. Car si l’intégralité du métrage n’est pas aussi puissante que ses précédentes œuvres, Contes du Hasard et autres Fantaisies reste un cinéma précieux, habité par la grâce et la subtilité de ses dialogues et fort d’un casting extrêmement bien dirigé qui guide la lumière du hasard vers les méandres sinueux de l’émotion humaine. Porté par Kotone Furukawa, Ayumu Nakajima et Hyunri dans Magie , Shouma Kai, Aoba Kawai et Kiyohiko Shibukawa dans La Porte Grande Ouverte et par Katsuki Mori et Fusako Urabe dans Encore une fois (remarquez que dans cette dernière, le troisième personnage est symbolique et uniquement cité), Contes du Hasard et autres Fantaisies est une œuvre portée par ces petits riens qui heurtent durablement des vies, une étude de l’impact du hasard sur les relations humaines qui vacillent par un coup du sort. Et comme le destin a un sens de l’humour très spécial, Hamaguchi triture ses personnages en les prenant à leur propre jeu ou en leur permettant de renaître d’une certaine façon. En ça, ces Contes en apparences très banals sont au final aussi riches, thérapeutiques, ironiques, flottants et parfois longuets que la vie elle-même. 

 

Titre Original: GUZEN TO SOZO
 

Réalisé par: Ryūsuke Hamaguchi

Casting : Kotone Furukawa , Ayumu Nakajima , Hyunri…

Genre: Drame, Romance

Date de sortie : 06 Avril 2022

Distribué par: Diaphana Distribution

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s