Critiques Cinéma

SONIC 2 LE FILM (Critique)

SYNOPSIS: Bien installé dans la petite ville de Green Hills, Sonic veut maintenant prouver qu’il a l’étoffe d’ un véritable héros. Un défi de taille se présente à lui quand le Dr Robotnik refait son apparition. Accompagné de son nouveau complice Knuckles, ils sont en quête d’une émeraude dont le pouvoir permettrait de détruire l’humanité toute entière. Pour s’assurer que l’émeraude ne tombe entre de mauvaises mains, Sonic fait équipe avec Tails. Commence alors un voyage à travers le monde, plein de péripéties. 

La production du premier opus de Sonic aura été une aventure aussi mouvementée et étrange que le film lui-même. Après avoir fait brûler Internet avec une première bande-annonce dévoilant le look atroce du hérisson bleu de Sega, Paramount s’était empressé de faire charbonner encore plus ses techniciens de post-production pour corriger le tir – même si 2 ans après, on en est toujours à se demander comment quelqu’un a pu être ok avec le design qu’ils prévoyaient pour Sonic. Malgré ces péripéties, le film fut un joli succès au box-office et chez le public jeune, engageant donc la production d’un second opus immédiatement après sa sortie (avec ses deux scènes de teasing post-générique, à savoir l’arrivée de Tails et l’image du Dr Robotnik délesté de ses cheveux et arborant enfin sa culte moustache, il y avait déjà volonté affichée de relancer les aventures du hérisson supersonique sur grand écran). Sonic 2 suit le héros éponyme dans une nouvelle phase de sa vie qui ressemble fortement à l’adolescence. Se glissant en cachette la nuit hors de sa chambre installée dans le grenier de Tom et Maddie Wachowski pour aller jouer le justicier à Seattle en arrêtant des braqueurs et autres criminels, Sonic se fait remettre les pendules à l’heure par Tom qui lui dit que le moment où il pourra devenir un héros ne se choisit pas. Alors que les deux humains partent à Hawaï pour assister à un mariage, laissant Sonic et le chien seuls à la maison, le Dr Robotnik fait son grand retour sur Terre après avoir été chassé de la planète à la fin du premier volet. Mais cette fois, il est accompagné par Knuckles, un échidné rouge à la recherche d’une émeraude qui détient le plus grand pouvoir de l’univers… Aidé par le nouvel arrivant Tails et ses gadgets ingénieux, Sonic aura peut-être bientôt à devenir un héros, pour de vrai.


Dans cette suite, toujours réalisée par Jeff Fowler, l’univers de Sonic se déploie en suivant la ligne directrice des premiers jeux via son intrigue principale, l’intégration de tous nouveaux personnages classiques de l’univers et quelques clins d’œil qui rappelleront des souvenirs aux fans. En adaptant peu ou prou l’intrigue de Sonic the Hedgehog 3 qui voyait Sonic et Tails collaborer face au Dr Robotnik décidément toujours aussi méchant ayant à sa botte via une habile manipulation le terrible Knuckles, le film s’embarque donc dans un tour de piste pour présenter les deux personnages iconiques des jeux, à savoir le renard volant et constructeur de gadgets à deux queues et l’échidné rouge aux points saillants qui fait figure d’antagoniste à son arrivée avant de (désolé spoiler) devenir un membre originel de l’équipe de Sonic. Avec deux nouveaux personnages en CGI à son actif et l’introduction de l’Emeraude-mère composée de 7 gemmes surpuissantes (vous avez dit McGuffin ?), Sonic 2 joue à forger son petit univers partagé façon MCU et ses gemmes d’Infinité ou Dragon Ball avec les fameuses 7 boules de cristal (en l’occurrence, c’est la référence du jeu d’origine). Dans cette idée, cette suite mute en film d’aventures entrecoupée de moments parfaitement inintéressants de comédie américaine particulièrement ratés – notamment autour du mariage et du couple Rachel-Randall qui s’accapare une partie non négligeable du film pour bâcler leur sous-intrigue platement avant de les extraire du scénario à la moitié. Les phases d’aventure, clairement pas parfaite, font globalement le travail malgré des clins d’œil lourdauds aux classiques du genre et aux inspirations des décors, qui nous font parfois nous demander si Ryan Reynolds et ses blagues méta n’aurait pas une part dans la production du film. On s’amusera quand même de voir quelques scènes qui feront plaisir aux fans, comme la descente de montagne enneigée tirée des jeux, les séquences de temple qui font écho à certains décors de la saga, et d’autres allusions marrantes (Sonic qui reprend sa respiration dans l’eau en avalant une bulle d’air). Malgré des effets spéciaux souvent aux fraises qui donnent une étrange impression lorsque les humains et la bande à Sonic apparaissent dans le même cadre, Sonic 2 fait un travail regardable et même plutôt sympathique dans son climax tout droit sorti d’un Shonen, mais dont l’effet arrive bien tard dans la structure du film où on a largement trouvé le temps de s’ennuyer pendant l’heure et demi d’allers-retours entre Sonic qui imite Tom Cruise dans Risky Business et les dramas affectifs d’un personnages secondaire dont on n’a sincèrement pas grand-chose à faire.



Comme pour le premier volet, le casting n’est pas très marquant à l’exception du toujours génial, même dans les pires navets, Jim Carrey qui embrasse entièrement l’excentricité du barré Dr Robotnik en faisant de lui un Eggman toujours très frais dans l’intrigue de cet opus (même si le scénario ne lui offre rien de très saisissant). Ben Schartz, Idris Elba et Colleen O’Shaughnessey donnent leurs voix au trio animalier Sonic-Knuckles-Tails, alors que reviennent dans leurs rôles James Marsden, Tika Sumpter et Natasha Rothwell.

Prenant après le buddy-movie très bancal fait par le premier volet une apparence de film d’aventures façon road movie, ce Sonic 2 fonce à toute berzingue dans la catégorie «  blockbuster pour enfant vaguement oubliable et pas très fin  » avec un brin plus de réussite que son prédécesseur tout de même, avouons-le volontiers. On ne tirera rien du scénario morcelé entre ses 14 sous-intrigues dont la moitié ne servent que de remplissage inutile et inconsistant, des effets spéciaux en combat constant contre les trois créatures en CGI et les humains qui persistent à tourner autour, et une mise en scène insipide qui manque cruellement de couleurs (erreur bête pour un film avec un hérisson bleu, un échidné rouge et un renard orange au casting, mais bon). On gardera la fin du film, plutôt chouette dans son déroulé et dans ce qu’elle apporte aux fans de la saga, et les quelques références subtiles (ou non) au médium original qui montrent bien qu’en dépit des apparences, des gens ont joué aux jeux dans les studios de production. Et puisqu’on n’arrête pas un hérisson supersonique, un troisième volet semble d’ores et déjà en route à la vue d’une scène mid-credits extrêmement prévisible mais qui enthousiasmera les amateurs de la saga de Sega (le jeu de mot n’est pas volontaire, mais comme il est sympa, on va terminer la critique sur ça).

Titre Original:  SONIC THE HEDGEHOG 2

Réalisé par: Jeff Fowler

Casting : Malik Bentalha , Marie-Eugénie Maréchal , Emmanuel Curtil…

Genre: Animation, Famille, Aventure

Sortie le:  30 mars 2022

Distribué par: Paramount Pictures France

MOYEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s