Critiques Cinéma

LA BRIGADE (Critique)

SYNOPSIS: Depuis toute petite, Cathy rêve de diriger son propre restaurant. Mais à quarante ans, rien ne s’est passé comme prévu et elle se retrouve contrainte d’accepter un poste de cantinière dans un foyer pour jeunes migrants. Son rêve semble encore s’éloigner… ou pas ? 

Le réalisateur de La Brigade, Louis Julien Petit aime filmer la question de la précarité économique et sociale, et quand celle-ci est aussi massive, il reste toujours l’humanité. Ces partis pris récurrents du réalisateur se voient notamment dans Discount (2013), Carole Matthieu (2016), et bien sûr dans Les Invisibles (2019) avec le succès que l’on sait. La comédie sociale contre le déterminisme, avec l’idée du collectif pour y répondre. Louis Julien Petit cite Ettore Scola, comme référence en la matière, le cinéaste italien, entre autres très engagé dans la défense des marginaux. Pour la construction de La brigade, Louis Julien Petit rencontre une cuisinière qui travaille dans le Sud Est de la France, et qui donne des cours de cuisine à des jeunes migrants. Il en ressort persuadé que la solution de l’intégration passe d’abord par l’éducation. Le réalisateur et son actrice Audrey Lamy étaient encore habités par Les invisibles et en promotion du film à l’étranger quand Louis Julien Petit lui envoie le scénario. Pour le rôle de Cathy (Audrey Lamy donc), le cinéaste dit avoir pensé à Erin Brockovich, seule contre tous (2000) sur le côté personnage haut en couleurs et décalé. Audrey Lamy aura travaillé en immersion plusieurs mois dans une brigade avant le tournage, pour apprendre la « Poésie de l’épluchage de pommes de terre ». Ce préalable semblait indispensable car dans le film, elle est en position de transmettre un savoir, un « métier-passion ». Audrey Lamy s’est dite saisie et troublée par la sincérité des jeunes acteurs amateurs avec qui elle a joué dans La Brigade. Persuadée, comme lui a dit François Cluzet, qui joue Lorenzo, le directeur du foyer des migrants dans le film : « Il n’y a pas de bons acteurs, mais que des bons partenaires. » Dans La Brigade, il est finalement question – et c’est d’emblée un postulat atypique-, d’une rencontre entre la grande cuisine et l’univers de ce que l’on appelle les MNA…. Mineurs Non Accompagnés. Qui sont en fait dans une forme de transition, en attente soit d’intégration par le biais d’une formation, mais avec le risque d’une expulsion, y compris si les examens osseux déterminent leur majorité. Deux sujets qui font souvent la une, à bien y regarder, entre les multiples émissions culinaires à la télé, mais également un traitement médiatique de la question de ces jeunes, souvent sous fond de polémiques très politiciennes. Le dernier tiers du film notamment s’engage sur cette voie, non sans une ironie douce-amère assez plaisante.


Comme souvent avec ce type de comédie sociale en général et avec le cinéma de Louis Julien Petit en particulier, il émerge de La brigade, une belle générosité et une grande énergie. L’engagement est total, et l’envie, en chorale, de jouer est manifeste. Il s’agit bien d’un collectif, qui dans les codes classiques de la rencontre va se nourrir à tout point de vue d’ailleurs dans le film, pour proposer au final quelque chose qui va les dépasser, les sublimer. Mais le gros problème du film est qu’il ne suffit pas d’opter pour un sujet profondément humain pour composer une œuvre qui deviendrait mécaniquement « Un grand moment d’humanité », comme l’écrirait un jeune diplômé en Master Cinéma et Audiovisuel. Il y a même comme cette désagréable impression, que sous couvert de la comédie sociale et du cinéma vérité, certains sujets deviennent très bankable, alors que l’on peut en effet partager l’aspiration et les convictions d’un réalisateur, tout en demeurant exigeant cinématographiquement. S’il est clairement intéressant de parler du sort des mineurs non accompagnés sur un volet autre que celui du prisme du raccourci, il n’est pas non plus certain que l’exposition de bons sentiments comme c’est le cas dans La brigade serve véritablement les intérêts du sujet.


Car quand même par moment, à force de tartiner, ben ça dégouline un peu… L’omniprésence de cette volonté d’empathie permanente génère une immense impression de déjà-vu. On enfile un peu les perles comme à la garderie, dans un « Feel good movie » poussé à une forme de paroxysme et d’extrême. De fait, l’humour est affaire de subjectivité, preuve en est que la salle, lors de la projection a très souvent rit, là où votre serviteur, clown triste, était de marbre… Tant mieux, il faut prendre du plaisir en ces temps troublés. Pour autant, pour tenter d’objectiver et se permettre d’affirmer sur un mode factuel que les vannes du film ne fonctionnent pas vraiment, il suffit de constater que c’est un humour déjà vu et entendu au bas mot au moins 1000 fois au cinéma. Si ça sent parfois un peu le réchauffé dans la cuisine de La brigade, avec un scénario qui tient quand même sur un post-il, il demeure cette énergie qui pourra être largement contagieuse pour nombre de spectateurs, et c’est une très bonne nouvelle.


Audrey Lamy est bien sur convaincante car pleinement engagée, mais il y aura sans doute comme une nécessité à rapidement changer de registre, au risque de s’enfermer quelque peu dans ce type de rôle, qui peut entraîner de la lassitude et même parfois une forme de surjeu. Il est par contre très plaisant de retrouver Chantal Neuwirth dans le rôle de Sabine, beaucoup plus sympa et humaine que la terrible prof de physique castagneuse d’élèves en arrière classe dans l’iconique Profs (1985). La brigade rencontrera sûrement son public, et quelque part, il faut l’espérer car le film vulgarise et rend public un sujet brûlant qui mérite un autre traitement que celui existant aujourd’hui. Ce n’est pas toujours suffisant pour faire un bon film de cinéma, mais si un certain message fonctionne et passe, c’est évidement à saluer.

Titre Original:  LA BRIGADE

Réalisé par: Louis-Julien Petit

Casting : Audrey Lamy , François Cluzet , Chantal Neuwirth…

Genre: Comédié

Sortie le:  23 mars 2022

Distribué par: Apollo Films

MOYEN

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s