Critiques

HORS SAISON (Critique Mini-Série) Une singularité et une atmosphère qui lui sont propres…

La mini-série a de nouveau le vent en poupe depuis quelques années et devant l’avalanche de propositions il n’est pas rare de devoir faire face à des désillusions autant qu’à de bonnes surprises inattendues. Avec Hors saison c’est plutôt la bonne surprise qui prévaut grâce notamment à une écriture assez maligne qui parvient à nous tenir en haleine sans nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Avec son casting surprenant de prime abord et une vraie maitrise des rebondissements (l’équipe de scénaristes comprend entre autres Sarah Farkas, Marine Flores-Ruimi, Claire Kanny, Ami Cohen…), Hors Saison avance ses pions avec un rythme singulier qui préfère se focaliser sur les avancées de l’enquête quitte à prendre son temps plutôt que de centrer son récit sur une action artificielle et une succession de twists dont la plupart ne seraient que des fausses pistes destinées à perdre le téléspectateur.

Ici la méticulosité semble être le maitre mot mais si la vraisemblance n’est pas l’apanage de l’ensemble de la structure narrative, l’efficacité du suspense, les conflits moraux auxquels l’héroïne est confrontée sont particulièrement intéressants et intrigants. La mise en scène de Pierre Monnard n’est pas ostentatoire et reste à bonne distance sans afféteries superflues et les personnages confèrent à l’intrigue le sel nécessaire pour nous agripper.

Au rayon des interprètes on retrouve Marina Hands dans un personnage de mère et de flic dont la vie personnelle va vite interférer dans son enquête. La pensionnaire de la Comédie Française qu’on a vu impeccable dans Mytho sur Arte, dévoile ici d’autres facettes de son talent. Elle est totalement crédible dans tous les compartiments du jeu et sait insuffler tension et émotion en équilibrant les curseurs à volonté. Son binôme, Sofiane Zermani (le rappeur connu sous le nom de Fianso) qui nous avait épaté dans la série Les Sauvages, confirme un talent hors-normes. Aussi à l’aise dans la peau d’un flic qu’il était brillant dans un personnage trouble dans la série de Rebecca Zlotowski, il se pare d’un jeu tout en intensité, fiévreux par moments avant de laisser percer la carapace par quelques sourires désarmants. Il devrait continuer à crouler sous les propositions et par devenir réellement incontournable. On émettra quelques réserves sur le personnage interprété par Jean-Hugues Anglade, non par la performance du comédien mais plus sur les motivations d’un personnage qui peine à exprimer tout son potentiel dramatique. A leurs côtés, Cyril Metzger, Anna Pieri Zuercher, Nicolas Wanczycki, Christian Gregori sont assez convaincants et il est intéressant de voir un casting dont les interprètes ne passent pas constamment d’une série à l’autre, amenant une certaine fraicheur non négligeable alors que les thrillers de ce style sont légion.

Si Hors saison suit en effet le sillage d’un genre balisé dont Les Rivières Pourpres est devenu un des emblèmes de la chaine,  la série parvient à trouver sa singularité et à faire éclore une atmosphère qui lui est propre. Suffisant pour donner envie au téléspectateur de suivre de bout en bout les péripéties mitonnées par les créateurs qui réservent par ailleurs une surprise à mi-parcours, relançant ainsi l’intérêt d’un programme tout à fait recommandable.

Crédits: France 2 / AKKA FILMS / Gaumont /  Radio Télévision Suisse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s