Critiques Cinéma

EAUX PROFONDES (DEEP WATER) (Critique)

SYNOPSIS: Vic et Melinda Van Allen est un couple aisé de la Nouvelle-Orléans dont le mariage s’écroule sous le poids de la rancœur, de la jalousie et du doute. Alors que leurs provocations et manipulations mutuelles s’intensifient, les choses se transforment rapidement en un jeu du chat et de la souris mortel lorsque les amants de Melinda commencent à disparaître. 

Curieux cas que ce Deep WaterEaux profondes  en VF. Signé Patricia Highsmith, ce roman a d’abord eu les faveurs d’une adaptation française en 1981 avec Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant. En voici une deuxième, cette fois signée Adrian Lyne, parmi les patrons du thriller érotique américain dans les années 80 et 90 – jusqu’à son arrêt en 2002 avec Infidèle. Début 2020, le tournage peut commencer, mais c’est sans compter le COVID… Et la romance ultra-médiatisée entre ses deux stars, Ben Affleck et Ana de Armas ! Si leur relation n’a pas duré, dans l’esprit du public, ce Deep Water est devenu le rare témoignage d’une romance qui aura autant fait rire que réagir. Un destin maudit pour ce film, qui outre la rupture de ses co-stars et son absence de promotion, aura aussi payé le prix de son arrivée directe sur Hulu et Prime Video au lieu d’une sortie cinéma en bonne et due forme. Mais que vaut le résultat final de cette drôle d’entreprise, qui lorgne ironiquement du côté de Gone Girl ? Adapté à notre époque, ce Deep Water version 2022 ne déroge pas à l’idée initiale : piégé dans une relation libre, seule condition pour éviter le délitement de son mariage, Vic perd pied au fur et à mesure que sa femme Melinda s’aventure avec ses amants. Mais les choses s’enveniment lorsque les amants de Melinda meurent progressivement dans leur entourage…


Un thriller sur fond d’autopsie conjugale, voilà une promesse intéressante. Surtout qu’avec ironie, Patricia Highsmith analysait les fondations toxiques du mariage et de la famille nucléaire telle qu’on la connaît. Vic et Melinda sont des personnages absolument détestables pour des raisons différentes et la bonne nouvelle, c’est que Ben Affleck et Ana de Armas se donnent à fond dans l’exercice : rarement De Armas vous sera antipathique à ce point, et c’est rafraîchissant de voir l’actrice cubaine dans ce type de rôles, notamment après sa scène remarquée dans No Time to Die. Le problème, c’est que c’est la seule bonne nouvelle que nous donne le film. Engoncé dans une photographie terne qui reprend en moins bien Gone Girl et Sharp Objects, Deep Water peut se targuer d’avoir un capital sulfureux qui ne décolle jamais du zéro. La mise en scène d‘Adrian Lyne est très sage, et si le film est vendu comme un thriller érotique, vous en serez pour vos frais : aucune scène n’apporte le moindre frisson charnel, et les menues scènes d’amour sont très resserrées sur le visage de ses protagonistes. Cette approche est à l’opposé de la personnalité de Melinda, toujours en quête de sexe, y compris sous les yeux de son mari, mais le montage passe plus de temps sur la mâchoire resserrée de Ben Affleck que sur n’importe quoi d’autre.


Le film se transforme en banal polar dans sa deuxième partie, qui abandonne le peu d’humour noir qu’il possédait (notamment via ses personnages secondaires qui semblent plus humains que le couple principal) pour se transformer en enquête vite résolue. Tracy Letts fait ce qu’il peut avec un rôle ingrat d’auteur sur les traces des meurtres de Vic, mais l’ensemble vire fatalement au grand n’importe quoi. Une piteuse entreprise culminant dans un final ahurissant de nullité et d’incohérence. Surtout, le script écrit par Sam Levinson (oui, le créateur d’Euphoria, qui ramène pour l’occasion Jacob Elordi dans un petit rôle) change totalement la fin de l’histoire et transforme ce conte moral en tout autre chose – une apologie du crime sans aucune espèce de subversion. C’est donc à un naufrage en bonne et due forme que nous invite Deep Water  – une piteuse adaptation de Patricia Highsmith mais aussi un film assez raté, où se loge un embryon de chronique maritale dissimulé sous la froideur de ses interprètes. On ne s’ennuie pas devant, mais on ne s’amuse pas non plus ; c’est une occasion manquée à plus d’un titre. Au moins, le générique de fin vous tirera un sourire.

Titre Original:  DEEP WATER

Réalisé par: Adrian Lyne

Casting : Ben Affleck, Ana de Armas, Tracy Letts…

Genre: Thriller, Erotique

Sortie le:  18 mars 2022

Distribué par: Amazon Prime Video France

MOYEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s