Critiques

YOU (Critique Saison 3) Frustrés sur le finish…

SYNOPSIS: Désormais mariés et parents d’un petit bébé, Love et Joe essaient de vivre normalement dans les faubourgs cossus de Madre Linda. Mais les habitudes ont la peau dure…

On avait quitté Joe Goldberg en étrange posture à la fin de la saison 2 de You. En effet, loin d’être une jeune femme fragile et inoffensive comme le fut Beck, il s’avère que Love, le nouvel love-interest de Joe, était aussi psychopathe que lui ! Tuant sans remords la seule ex toujours en vie de Joe, et clôturant la décevante seconde saison de la série avec une autre bombe – sa grossesse. Loin des grandes villes de New-York et Los Angeles, on retrouve donc quelques mois plus tard Joe et Love installés en banlieue, avec le petit Forty (en hommage au frère de Love) vivant ses premiers mois. Avec un postulat rappelant Dexter et Desperate Housewives, la question se pose alors : comment  You  allait-elle se réinventer pour sa saison 3 ?

Comment mettre en scène un couple de tueurs et jeunes parents par-dessus le marché ? On se souvient de la magistrale saison 4 de Dexter (dont le retour se fait d’ailleurs ce mois-ci, par une amusante coïncidence), et de l’humanité qu’Harrison éveillait en Dexter – si toutefois le doute était permis. Ici, dès le premier épisode, You remet les pendules à l’heure et continue de subvertir tous les tropes que la série s’amuse à détricoter avec grossièreté, certes, mais avec un malin plaisir. Exemple probant avec l’excellent personnage joué par Michaela MacManus – et dont la trajectoire qui entre en collision avec celle de Joe va bouleverser la petite existence voulue tranquille de ce couple maudit. Le roller-coaster qui s’ensuit n’est malheureusement pas sans défauts : la thérapie de couple est sous-exploitée malgré la présence de l’excellente Aylet Zuhrer, les nouveaux personnages manquent d’épaisseur (notamment Theo, de plus en plus proche de Love), les allers-retours constants entre Joe et Love finissent vite par lasser. Joe aime-t-il Love ou non, que ressent-il réellement en un temps record pour sa bibliothécaire Marienne, le tout reste relativement confus et parfois bien trop long ; un ou deux épisodes en moins n’auraient pas été de trop.

Cela étant, on se délecte toujours autant de l’humour noir, apporté comme d’habitude par la voix-off de Joe, mais aussi par une nouvelle catégorie de personnages : les parents de banlieue. Apportant leur lot d’irritabilité et d ‘hypocrisie, ils incarnent aussi une nouvelle génération de personnages dont il est facile de se moquer, puisqu’ils sont pour la plupart des anti-vax. A la fois savoureux puisqu’illustrant l’absurdité et la dangerosité de leur discours, ils sont aussi une vitrine sur l’actualité – la saison 3 ayant été tournée post-COVID. Parmi les voisins, le couple formé par Sherry et Cary sort évidemment du lot. Parfait mélange de faux féminisme et de fausse déconstruction de masculinité toxique, on prend presque plus de plaisir à les suivre eux que le couple Love et Joe qui n’a de cesse de faire du surplace.

La question initiale de la saison, on ne l’oublie pas. Mais au-delà de l’attachement coupable que l’on ressent désormais pour la série, on attendait autre chose de cette conclusion. Parce qu’elle ne répond pas à rien et qu’elle se contente, comme Joe dans sa vie, d’esquiver la réponse. Là où la saison 3 était presque aussi pertinente que Dexter sur les mêmes problématiques, la fin de saison de You donne l’impression de vouloir effacer les progrès faits et de revenir à un statu-quo frustrant. Frustrant quand on sait en plus que la série aura une saison 4 – et que l’épisode final donne des clés assez évidentes sur l’endroit où elle se déroulera. A-t-on envie de voir Joe revenir à ce qu’il était en saison 1, voire en début de saison 2 ?

La réponse dépendra de chacun, mais malgré ses qualités toujours aussi présentes, et une réelle amélioration par rapport à la saison 2, on ressort frustrés sur le finish par une saison 3 qui n’a pas réussi à assumer l’évolution de ses personnages sur le long terme… Ou même à les garder vivants suffisamment longtemps.

Crédits : Netflix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s