Fiction Unitaire

DOUTES (Critique Fiction Unitaire) Une fiction de qualité…


SYNOPSIS: Une journaliste de télévision à l’apogée  de sa carrière voit sa vie bouleversée  par les révélations d’une jeune femme.

Ce vendredi vous pourrez retrouver sur Arte la fiction Doutes (déjà disponible sur Arte.tv et YouTube) portée par Muriel Robin, Elodie Wallace et Olivier Claverie. Ce huis clos a la particularité d’avoir été initialement écrit et pensé par Elodie Wallace (qui y interprète également le personnage de Jeanne) pour être mis en scène sous forme de pièce de théâtre. C’est finalement à la télévision que les idées prennent forme tout en gardant une partie de leur ADN d’origine : le téléfilm a lieu exclusivement en intérieur, dans un décor sombre et terne, à l’abri de toute lumière naturelle, donnant une sensation immédiate de claustrophobie. Muriel Robin a résumé dans une interview  » C’est du théâtre filmé, ou un film théâtralisé, aux choix ! « . Nous penchons plutôt pour la seconde solution : si la barrière entre le téléspectateur et les comédiens est bien réelle de par la distance viscérale instaurée par son format, une atmosphère atypique s’en dégage, en faisant un objet particulier. Un ton tout à fait pertinent eu égard à la thématique de l’histoire. Ainsi Agnès Baer (Muriel Robin) est la présentatrice d’une émission d’investigation produite par son mari Gabriel (Olivier Claverie). D’emblée le téléspectateur comprend qu’il s’agit d’un couple en apparence soudé et très influant au sein des médias ; Agnès s’apprête d’ailleurs à recevoir un prix honorifique pour l’ensemble de sa carrière. Puis un jour, tandis qu’Agnès attend une candidate pour lui faire passer un entretien afin de devenir assistante de production, Jeanne (Elodie Wallace) débarque et par un concours de circonstances se retrouve embauchée en se faisant passer pour Manon, la candidate qui devait être initialement reçue. Agnès ne se doute pas que Jeanne va lui faire des révélations qui vont instaurer en elle le doute, et la perspective de voir sa vie exploser en éclats. Un pavé dans la mare qui n’ébranle pas seulement une vie mais aussi quelque part justement une pièce de théâtre : Agnès et Gabriel vivent tous les deux avec un masque, y compris en privé, tous deux enfermés dans leurs ambitions professionnelles et l’image qu’ils renvoient socialement, évoquant leurs faits d’armes en privé comme s’ils brandissaient des trophées.




Réalisé par François Hanss, Doutes suit un monde post #MeToo où la parole des victimes de viols et d’agressions sexuelles s’est un peu plus libérée et où lesdites victimes semblent avoir davantage de place pour s’exprimer. D’une durée de seulement 1h07, le téléfilm a le mérite d’aller droit au but sans chercher à gagner du temps ou à prendre davantage d’exposition qu’il ne lui en faut pour traiter son propos : les révélations de Jeanne sont-elles fondées ou s’agit-il d’une affabulatrice ? Agnès doit-elle faire confiance et montrer de l’empathie face à une potentielle victime qui risque de détruire sa vie et son mariage ? Que se passe-t-il dans la tête d’un violeur, souvent banalement résumé à « un monstre », au moment de passer à l’acte ? Autant de questions qui trottent dans la tête d’Agnès après que Jeanne y ait plantée la petite graine vampirique du doute. Et si c’était vrai ? La véracité des évènements sera remise en cause jusqu’au dénouement qui sortira enfin le téléspectateur des eaux troubles dans lesquelles il était coincé, lui aussi ne sachant qui croire avec certitude.


Au centre du récit un casting exemplaire : Muriel Robin, Elodie Wallace et Olivier Claverie sont respectivement impeccables dans leurs rôles, apportant chacun énormément de nuances dans leurs interprétations. Olivier Claverie qui joue Gabriel, acteur de théâtre et habitué des seconds rôles au cinéma et à la télévision arrive parfaitement lorsqu’il le faut à susciter l’inquiétude, la noirceur mais aussi l’innocence nécessaires à la création d’une ambivalence ressentie par Agnès et les spectateurs face à sa culpabilité présumée. Elodie Wallace arrive quant à elle aisément à faire de Jeanne une victime présumée qui pourrait tout aussi bien être déséquilibrée. Au milieu de tout cela, Muriel Robin a des réactions plus vraies que nature et démontre qu’elle était définitivement taillée pour ce rôle à contre-emploi. Dans les défauts nous pourrons tout de même mettre en avant quelques éléments un poil gênants. D’une part si la durée du téléfilm est quelque part l’une de ses forces comme nous le disions plus haut, c’est aussi peut-être une faiblesse : le récit est assez intense mais aurait peut-être gagné à faire monter un peu plus la mayonnaise avant le bouquet final. D’autant que ce rythme soutenu qui ne s’embarrasse donc pas de détails laisse quand même quelque peu circonspects : ce n’est pas parce que cela va vite que nous ne voyons rien. Ainsi nous avons du mal à comprendre comment Jeanne peut réussir à travailler plusieurs mois pour Agnès sous une fausse identité (sauf erreur de notre part, tout travail nécessite de fournir un certain nombre de documents servant entre autres à recevoir un salaire…). Ensuite l’une des « subtilités » du final (que nous ne spoilerons pas) est un peu trop grosse une fois réellement contextualisée pour paraître crédible. Dommage que ces éléments viennent un peu ternir le tout. Enfin les différentes aspérités des personnalités des personnages ne sont peut-être pas suffisamment mises en avant pour laisser planer le doute si efficacement que cela.

Doutes est une fiction de qualité. Si elle ne marquera pas nécessairement les esprits, elle demeure une tentative originale de traiter un thème peu évident, en tentant tout comme Jeanne le propose à Agnès via l’angle d’attaque de son numéro d’émission de rentrée, de prendre les choses un peu différemment et de ne pas banalement refaire ce qui a déjà été proposé ailleurs. A découvrir également pour les excellentes prestations de Muriel Robin, Elodie Wallace et Olivier Claverie.

Crédits: Arte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s