Critiques Cinéma

JE M’APPELLE BAGDAD (Critique)

SYNOPSIS: Bagdad est une skateuse de 17 ans qui vit à Freguesia do Ó, un quartier populaire de la ville de São Paulo, au Brésil. Bagdad skate avec un groupe d’amis masculins et passe beaucoup de temps avec sa famille et avec les amis de sa mère. Ensemble, les femmes qui l’entourent forment un réseau de personnes qui sortent de l’ordinaire. Lorsque Bagdad rencontre un groupe de skateuses féminines, sa vie change soudainement. 

A travers l’imagerie du skateboard transparaît toute une génération pour laquelle elle correspond à un véritable mode de vie. Figure désormais nostalgique car caractéristique inhérente de l’adolescence des années 90 déjà mis à l’honneur par le lumineux 90’s de Jonah Hill en 2018, le skater porte en lui tout un lot de significations qui trouvent un sens tout particulier dans le coming of age movie. Pendant cette période transitoire et par conséquent floue du passage à l’âge adulte, les personnalités se forgent, testent leurs limites et découvrent des territoires jusque-là inexplorés. C’est cette direction que prend la cinéaste brésilienne Caru Alves de Suza avec son deuxième long-métrage de fiction qui se plonge la tête la première dans une adolescen²ce pauliste qui slalome entre les barrières des genres et de la société. Comme le laisse habilement deviner le titre, Je m’appelle Bagdad suit Bagdad, une jeune skateuse des quartiers populaires de Sao Paulo qui vit entourée de femmes à la maison, et d’hommes aux skateparks qu’elle fréquente.



A travers une lecture quasi documentaire apporté par le naturel de ses dialogues, la sobriété de sa mise en scène et sa caméra extrêmement mobile, Caru Alves de Suza nourrit son film d’une véritable lumière, montant un récit au réalisme limpide pour raconter une histoire riche en fantaisie. La metteuse en scène incorpore dans ses personnages un sens pointu de la réplique bien sentie et d’une recherche constante de liberté pour mener à bien sa trajectoire d’émancipation d’une génération en quête d’aventures. Le long-métrage prend aussi le parti de traiter la question de l’identité dans un monde régit par les étiquettes, proposant en protagoniste une jeune femme à l’allure androgyne entourée par ces femmes atypiques chez elle et ces garçons aux looks classiques à l’extérieur. Ça sera la rencontre avec d’autres skateuses qui bouleversera ce petit monde, rabattant les cartes d’un équilibre qui n’était pas si impartial – tout compte fait. Malgré tout, le véritable propos du film met du temps avant de paraître évident, donnant vite l’impression pendant toute la première partie qu’il peine à démarrer. Si le déroulé commence vite à tourner en rond, tout finit par se débloquer dans le dernier tiers, peut-être le plus limpide du film quant aux thématiques féministes face au patriarcat qu’il développe.


Dans ce docu-fiction à la lisière du conte initiatique inventif et réaliste, Caru Alves de Suza fait briller un ensemble de comédiens et comédiennes assez remarquable, à commencer par la lumineuse et puissante Grace Orsato qui donne au film son aura tout particulier qui fait son intérêt. Elle est entourée par Helena Luz, Karina Buhr, Carlota Joaquina, Gilda Nomacce et William Costa pour venir créer autour de cette impétueuse et explosive Bagdad un vrai vent de fraîcheur rendant l’expérience de visionnage d’autant plus attachante.


Coming of age movie agréable et audacieux qui sort ses planches à roulettes pour saisir cette génération indomptable qui se confronte aux barrières de la société pour mieux tenter de les abattre, Je m’appelle Bagdad est un film séduisant et pertinent qui s’aventure dans un dialogue assurément dans l’air du temps tout en revenant à ce qui fait la base du film d’adolescence. Alors, caméra au poing, rock dans les oreilles et cercle familial dense, Caru Alves de Suza nous emporte dans un quartier brésilien décidément bien plus familier que ce qu’on imagine au premier regard.

Titre Original: MEU NOME E BAGDA

Réalisé par: Caru Alves de Souza

Casting : Grace Orsato, Helena Luz, Karina Buhr …

Genre:  Drame

Sortie le: 22 septembre 2021

Distribué par: Wayna Pitch

BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s