Critiques Cinéma

UNE AFFAIRE FRANCAISE (Critique Mini-Série Episodes 1×01 – 1×02) Une série d’envergure toute désignée dès l’origine….

SYNOPSIS: Le 16 octobre 1984, le petit Gregory, 4 ans, disparaît. Quelques heures plus tard, il est retrouvé mort dans la Vologne, pieds et poings liés, son petit bonnet lui recouvrant le visage. Un meurtre qui intervient au sein d’une famille persécutée depuis des années par un mystérieux corbeau, auteur de lettres et appels anonymes…  Le fait divers prend rapidement une ampleur nationale et le paisible petit village des Vosges devient le théâtre d’un emballement médiatique sans précédent. Victimes, suspects, coupables, journalistes, enquêteurs et magistrats, tous sont pris dans le tourbillon de cette affaire hors normes qui passionne les Français autant qu’elle les divise depuis plus de 35 ans, et qui a marqué la société à jamais. 

C’est une saga comme on aimerait ne jamais avoir à en vivre, une affaire qui a plus que défrayé la chronique, puisqu’elle est devenue L’AFFAIRE la plus emblématique de l’histoire des faits divers, continuant à charrier son lot de suppositions et à nourrir les fantasmes de tous ceux qui la suivent de près. On ne compte plus le nombre d’articles, de livres, de documentaires consacrés à L’affaire Gregory, du prénom de cet enfant de quatre ans retrouvé noyé dans la Vologne en 1984 et dont la famille fut tour à tour victime ou coupable et emporté dans un tourbillon médiatique à nul autre pareil. Pour reconstituer cette affaire hors normes, TF1 a donné les moyens pour que cette mini-série forcément évènementielle soit à la hauteur de l’attente suscitée. Que ce soit la forme (reconstitution, costumes, coiffures…), le fond (justesse des évènements et de leur chronologie…), la nécessaire adaptation aux contingences dramaturgiques et la distribution pléthorique choisie pour être à la tête de cette Affaire Française, toutes les étoiles semblent alignées pour que ce projet soit la série de l’année.

Série de l’année ou pas, Une Affaire Française ne laisse en tout cas pas indifférent. Car cette affaire hors normes, au-delà de narrer l’assassinat atroce d’un petit garçon est aussi une façon de plonger dans les ténèbres d’une certaine France, celle de la province, des jalousies et des mesquineries qui mènent aux conflits familiaux et aux drames les plus terribles. Cette adaptation de l’un des fait divers les plus marquants de l’histoire contemporaine française s’inscrit aussi dans une volonté de parler des marqueurs forts que la société a connu et  qui parlent aux français, friands de ce type d’adaptations  même si certains suscitent la controverse comme récemment celle consacrée au tueur en série Michel Fourniret. La série est extrêmement documentée et dépeint évidemment le calvaire des époux Villemin et de leurs proches mais elle traite également de l’aspect médiatique de l’affaire et de son traitement policier et judiciaire. De fait, la série brasse quantité de personnages dont aucun ne semble sacrifié quand bien même ils rentrent au chausse-pied dans la continuité narrative.

La distribution très prestigieuse (Guillaume de Tonquédec, Laurence Arné, Guillaume Gouix, Blandine Bellavoir, Michaël Youn, Laurent Stocker, Gérard Jugnot, Thierry Godard, Michel Vuillermoz, Michaël Abiteboul, Stanley Weber, Gilbert Melki, Lauréna Thellier, Rufus, Anne Le Ny et Dominique Blanc) réussit malgré tout à ne pas cannibaliser des personnages qui existent à l’écran par la grâce d’une écriture au cordeau signée Jérémie Guez (Sons of Philadelphia) et Alexandre Smia en collaboration avec Trân-Minh Nam. Certains sont saisissants (Blandine Bellavoir et Guillaume Gouix), d’autres confirment la dimension qu’ils ont pris depuis quelques années (Michaël Youn, Guillaume de Tonquédec…), d’autres encore sont particulièrement surprenants (Laurent Stocker, Laurence Arné, Michaël Abiteboul…) et l’ensemble s’avère très vite addictif et nous avons beau savoir que l’affaire n’est toujours pas résolue, Une affaire française est l’équivalent des meilleurs page turner qu’on puisse déguster. Si le rythme se doit parfois de ralentir pour épouser les divers rebondissements qui émaillent l’enquête, la réalisation de Christophe Lamotte (Insoupçonnable, Le jour où j’ai brûlé mon cœur…) sans jamais être démonstrative sait s’effacer pour laisser l’émotion ou la tension s’installer. En traitant ce sujet ô combien sensible, la série ne juge pas et montre au contraire pas mal d’empathie pour chacune des personnes engagées dans ce drame qui aurait pu rester un fait divers local si les français ne s’étaient pas passionnés pour cette saga et ses rebondissements continuels qui en faisaient, dès l’origine, une série d’envergure toute désignée.

 

Crédits: TF1 / Starzplay

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s