Critiques Cinéma

ROUGE (Critique)


SYNOPSIS: Nour vient d’être embauchée comme infirmière dans l’usine chimique où travaille son père, délégué syndical et pivot de l’entreprise depuis toujours. Alors que l’usine est en plein contrôle sanitaire, une journaliste mène l’enquête sur la gestion des déchets. Les deux jeunes femmes vont peu à peu découvrir que cette usine, pilier de l’économie locale, cache bien des secrets. Entre mensonges sur les rejets polluants, dossiers médicaux trafiqués ou accidents dissimulés, Nour va devoir choisir : se taire ou trahir son père pour faire éclater la vérité. 

En décembre 2015, certaines figures du gouvernement français se sont heurtées au sujet du scandale des boues rouges de l’usine Altéo de Gardanne. En effet, l’infrastructure produisant en masse de l’alumine a été de manière fulgurante au centre de l’attention lorsque le préfet et Manuel Valls ont renouvelé l’autorisation pour Altéo de déverser leurs déchets « filtrés » en mer. Ce à quoi la ministre de l’écologie de l’époque, Ségolène Royal, a trouvé à redire, clamant que les rejets sont toujours toxiques. La problématique de l’histoire est ici politique. La ministre de l’écologie d’un côté tente de défendre la biodiversité locale et l’intégrité de la nature, le premier ministre de l’autre ayant un point de vue économique et humain sur le sujet – l’annulation de l’autorisation revenant à faire fermer l’usine, privant ainsi tous ses ouvriers d’un emploi. Cette dualité, c’est celle qu’emprunte Farid Bentoumi pour son nouveau long-métrage, s’inspirant de ce fait divers comme de tant d’autres qui lui ressemblent et qui continueront de se produire encore et encore partout à travers le monde. Dans Rouge, nous suivons Nour, jeune infirmière quittant son hôpital après un accident et engagée comme contrôleuse sanitaire de l’usine chimique de son père. Lorsqu’elle remarque des irrégularités dans les suivis médicaux des employés et une conscience écologique très incertaine, Nour se confrontera à son père et s’improvisera malgré elle lanceuse d’alerte avec l’aide d’une journaliste indépendante déterminée à faire exploser la vérité.



Dans ce brûlot politique et écologique qui déchire une famille autour d’une question éthique et pragmatique, Bentoumi déploie une énergie rare et puissante, donnant à Rouge une allure de thriller nerveux et implacable qui impressionne par son ampleur. Par son tracé narratif relativement simple mais très habilement mis en scène avec un réalisme impressionnant, le long-métrage secoue par son impact et ses confrontations entre deux personnages qui se heurtent au point de vue de l’autre. Nour et son père se dessinent alors comme deux figures classiques issues d’une tragédie universelle et déchirante qui apporte son lot de scènes émouvantes et haletantes. Parce que Rouge se découpe autant comme un thriller à la mécanique (trop) bien huilée que comme un polar réaliste et à l’âpreté étouffante, secouant son spectateur dans sa plongée fataliste à l’intérieur d’une gigantesque chaîne d’incompréhension et d’inactions qui ont conduit à un état écologique injustifiable. Mais Rouge se veut avant tout une confrontation politique, plaçant les tracts de partis et les prochaines élections au centre du débat, comme si la nouvelle génération de dirigeants était déterminante pour l’entièreté de la suite des vies de tous les employés de l’usine.



Et l’impact de ce récit anxiogène et assurément toxique est aussi grandement dû à un superbe casting, mené par une exceptionnelle Zita Hanrot, renversante de justesse et d’émotions, rendant l’entrée dans le propos du film d’autant plus facile que Nour est très rapidement attachante. Elle se retrouve alors plongée de force dans une relation d’amour-haine intense avec un Sami Bouajila lui aussi remarquable d’interprétation, donnant à son personnage une véritable profondeur. Chaque personnage est d’une précision chirurgicale, jetant le manichéisme aux ordures pour déployer au cœur de son film un réalisme saisissant.



Déversant son rythme effréné et sa caméra auscultant les moindres mouvements de ses personnages, Rouge est une étude de cas fracassante, fascinante et exacerbée par des comédiens remarquables. Par sa mise en scène épurée, Farid Bentoumi signe un grand film aux aspérités rougeâtres, dépeignant autant l’angoisse latente d’une catastrophe qui se déroule dans l’envers du décor sans que personne ne réagisse qu’une lutte familiale idéologique à la dimension tragique flamboyante. Rouge est une véritable réussite de style, couronnée d’un propos écologique et thématique cruellement dans l’air du temps, conférant à ce long-métrage à l’exécution terriblement efficace un air de thriller écologique français majeur qui attend patiemment d’avoir des spectateurs pour pouvoir enfin lancer son alerte une bonne fois pour toutes.

Titre Original: ROUGE

Réalisé par: Farid Bentoumi

Casting : Zita Hanrot, Sami Bouajila, Céline Sallette

Genre: Thriller

Sortie le: 11 août 2021

Distribué par: Ad Vitam

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s