Critique Blu-Ray

BILLIE (Critique)

SYNOPSIS: BILLIE HOLIDAY est l’une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis.
A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l’ont arrêtée….Mais le livre de Linda n’a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites … jusqu’à présent.

BILLIE est l’histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady telle qu’elle était.

Après la sortie du biopic de Lee Daniels consacré à la voix légendaire du jazz américain Billie « Lady Day » Holiday, James Erskine, réalisateur britannique spécialisé dans les films documentaires, se concentre lui aussi sur une remise en lumière de l’histoire plus que singulière de la chanteuse, mais cette fois-ci dans un film à la forme étonnante qui raconte bien plus que la chute tragique d’une icône du genre dont la voix résonne encore aujourd’hui. Mais avant de s’immiscer dans les aspects les plus intimes de la vie de Lady Day, Erskine prend comme base de sa narration une journaliste nommée Linda Lipnack Nuehl qui, à la fin des années 60, prise d’un intérêt foudroyant pour l’histoire de la chanteuse de jazz, entreprend un travail de recherche colossal pour rédiger un livre nourri par des interviews de nombreux proches, employeurs et collègues de Billie afin de pouvoir dresser un portrait complet de la Femme qu’elle était. Le livre de Linda ne verra alors jamais le jour, quand la journaliste sera retrouvée morte en bas de son immeuble. Si la thèse du suicide est toujours préférée, sa famille continue à croire à un assassinat planifié. Ainsi, ce documentaire reprend les recherches de Linda là où elle les a laissées, convoquant les enregistrements sonores de ses interviews sur des images d’archives qui nous construisent une intrigue façon film noir où le mystère et les secrets semblent insolvables. Car là où Billie est passionnant (le documentaire comme la femme), c’est qu’il présente bien plus que l’histoire de deux femmes à 20 ans d’écart en s’intéressant aux liens fondamentaux qui les mettent en parallèle. De ce fait, la mise en lumière entreprise par le documentaire en devient particulièrement vitale.


Par ce double système narratif dupliquant la structure de ses voix off et des deux histoires racontées qui se répondent, Billie se montre assez précis sur la contextualisation et sur les différents évènements qui ont marqué les vies mouvementées des deux femmes bien qu’il laisse plutôt passer à la trappe la dimension sociale et l’impact des chansons de Billie Holiday sur les Etats-Unis en général, thématiques traitées avec justesse par le biopic de Lee Daniels. De ce fait, le documentaire a souvent tendance à trop focaliser son point de vue sur Lady Day en oubliant parfois de nous dépeindre le climat qui entourait la chanteuse. Mais malgré ces quelques parts d’ombre, James Erskine monte un récit passionnant de rebondissements et de doutes qui traite des sujets malheureusement toujours d’actualité à travers la vie incandescente et singulière de la figure de jazz la plus tragique de ce dernier siècle.



Par sa technique parfois trop mécanique et peut-être trop concentrée sur des histoires précises qui oublient de remettre en contexte certains évènements, Billie est un documentaire morcelé et curieux qui finit de nous accrocher par son approche rude et violente d’une Amérique en plein naufrage politique et social dont la jeune Eleanora Fagan va faire les frais sous le nom de Billie Holiday. A travers une série d’enregistrements sonores de sa famille, de ses proches, d’agents du FBI, de propriétaires de club, d’amis, d’autres musiciens et de Billie Holiday elle-même, Erskine résume le travail de recherche considérable de Linda Lipnack Nuehl dont l’histoire n’est toujours pas tirée au clair, et qui vole parfois même la vedette à son héroïne éponyme. Un récit coupé en deux donc, qui tire son épingle du jeu par son sens de l’intime et des émotions dans ce pamphlet contre le racisme profondément humaniste. Car par cette plongée journalistique dans la vie balisée de drames et d’accidents de la chanteuse, Erskine et Kuehl exhument des vieux souvenirs capturés sur des bandes pour dresser le portrait d’une Amérique malade et particulièrement cruelle qui aura emporté dans son incroyable violence le destin de deux femmes reliées par un sens de la morale à toute épreuve.

Titre Original: BILLIE

Réalisé par: James Erskine

Casting : Billie Holiday, Tony Bennett, Sylvia Syms…

Genre: Documentaire, Musical

Sortie le: 30 septembre 2020

En DVD, Blu-Ray et Edition Prestige le 4 mai 2021

Distribué par: L’Atelier Distribution

TRÈS BIEN 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s