Critiques Cinéma

INTRIGO : MORT D’UN AUTEUR (Critique)

SYNOPSIS:  Dans sa villa perdue sur une île grecque, le célèbre romancier Alex Henderson reçoit Henri Martins, apprenti écrivain venu chercher les conseils du maître. Henri entame la lecture de son manuscrit : l’histoire de David Schwarz qui apprend, lors d’un voyage avec sa femme, qu’elle le quitte pour un autre. Au fil de sa lecture, la frontière entre réalité et fiction devient de plus en plus ténue.

Intrigo : Mort d’un auteur est le premier volet d’une future trilogie (Dear Agnes et Samaria devraient en effet arriver prochainement), elle-même adaptée des écrits de l’auteur suédois Håkan Nesser. Avec Intrigo le réalisateur Daniel Alfredson (également au scénario), principalement connu du grand public pour les adaptations de Millénium 2 : La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette et Millénium 3 : La Reine dans les palais des courants d’air, revient au thriller. Si ce premier volet d’Intrigo débute sous les meilleurs auspices, l’entreprise va peu à peu s’avérer déceptive. Le long métrage suit les traces de David Moerk (Benno Fürmann) venu demander des conseils littéraires au grand romancier Alex Henderson (Ben Kingsley). Tandis que de prime abord ce dernier ne semble pas forcément emballé à l’idée de jouer l’oreille attentive il se prend néanmoins rapidement au jeu, David lui lisant un certain nombre de passages de son histoire. Des extraits illustrés à l’écran où le personnage principal du roman est également interprété par Benno Fürmann, laissant planer le doute sur la limite entre fiction et réalité. Un procédé qui n’est pas sans rappeler le fabuleux Nocturnal Animals de Tom Ford. La comparaison s’arrêtera là.


Bien que le postulat d’Intrigo demeure intriguant et tienne globalement en haleine, le spectateur comprend peu à peu que le voyage (qui perd tout de même de son intérêt au fil du film) ne trouvera qu’un réel sens lors de son dénouement. C’est en cela que survient le premier gros souci : la qualité du film est beaucoup trop liée à celle de sa conclusion, cette dernière ayant la lourde tâche de donner un sens au Schmilblick. Nous ne pouvons pourtant pas dire que le final d’Intrigo soit des plus excitants quand bien même il se voudrait ingénieux. Entre son début plutôt réussi, et sa conclusion, le film s’avère ainsi en dents de scie.

Les réactions des personnages, réels ou fictifs, ne sont pas toujours très réalistes, sans que nous ne comprenions avec certitude si les dialogues sont aux fraises ou si la volonté des scénaristes d’insuffler dans la tête du spectateur un sentiment de douce paranoïa justifie tous les potentiels écarts. Dans tous les cas, les deux intrigues parallèles perdent peu à peu de leur efficacité jusqu’à nous laisser sur notre faim, sans compter que l’ensemble fait preuve d’une certaine mollesse. Une tentative qui nous laisse toutefois curieux des suites à venir, Intrigo premier volet relevant davantage de l’anecdote que du réel plantage. Nous serons là pour observer si la formule tend à se bonifier. A découvrir sur Canal+ dans la case Canal+ Première.

Titre Original: INTRIGO : DEATH OF AN AUTHOR

Réalisé par: Daniel Alfredson

Casting: Benno Fürmann, Ben Kingsley, Veronica Ferres…

Genre: Policier

Sortie : le 12 mai 2021

Distribué par: Canal+

2,5 STARS MOYENMOYEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s