Critiques Cinéma

ENVOLE-MOI (Critique)

SYNOPSIS: Thomas passe ses nuits en boites et ses journées au lit, jusqu’au jour où son père, le docteur Reinhard, lassé de ses frasques, décide de lui couper les vivres et lui impose de s’occuper d’un de ses jeunes patients. Marcus a douze ans et vit seul avec sa maman. Il souffre depuis sa naissance d’une maladie grave qui rythme ses journées, entre le centre d’accueil médicalisé où il est scolarisé et des séjours répétés à l’hôpital. Cette rencontre va bouleverser le quotidien de l’un et de l’autre, et tout simplement changer leur vie. 

Il y a dans le cinéma de Christophe Barratier une fibre pour le cinéma populaire qui ne se dément pas depuis Les Choristes en passant par Faubourg 36La Nouvelle Guerre des Boutons. Dès qu’il s’en est un peu éloigné en embrassant le fait divers avec L’Outsider, et malgré les qualités de ce dernier, le public était moins présent. Avec Envole-moi, il s’est entouré des talents de scénaristes d’Alexandre De La Pattelière et Matthieu Delaporte pour un film qui s’inscrit dans ce sillon qui lui a déjà si bien réussi, d’un cinéma chaleureux, sans esbroufe superflue et qui suit une ligne de conduite généreuse dont il fait son leitmotiv. En adaptant le film du réalisateur allemand Marc Rothemund, Dieses bescheuerte Herz, (2017) tiré d’une histoire vraie, Alexandre De La Pattelière et Matthieu Delaporte (avec Anthony Marciano et Barratier lui-même) ont tissé une histoire sincère et sensible croisée avec un récit initiatique entre un jeune homme qui brûle la vie par les deux bouts et un enfant qui se consume sans pouvoir laisser son cœur s’emballer comme il le voudrait. Entre ce jeune adulte immature et cet enfant handicapé va se nouer une relation d’amour et d’amitié, où l’un et l’autre vont se donner ce qui leur manquait respectivement. Un regard et une attention.

Avec Envole-Moi, on retrouve certaines des préoccupations du tandem De La Pattelière – Delaporte et notamment quelques éléments qui traversaient leur dernière réalisation, Le meilleur reste à venir comme le sens de l’amitié passée sous le joug de l’épreuve et révélateur de la force des sentiments qui peut lier deux personnalités dissemblables. Comme dans Le meilleur reste à venir d’ailleurs, la crainte de voir un film dégoulinant de pathos et de scènes lacrymales est là sur le papier, mais,  leur nature et leur sens du tempo font que les scénaristes nous gratifient d’une histoire qui, en partant d’une situation émotionnelle forte, va débusquer derrière l’émotion qui affleure, la puissance et la beauté de la vie. En bon feel good movie, Envole-Moi file à toute allure, met du baume au cœur,  fait sourire, voire même rire avant d’émouvoir dans un même élan.

Pour donner vie à cette histoire c’est un duo inattendu et qui matche immédiatement qui tient les rênes du film. Victor Belmondo, qui confirme de film en film, une nature, un tempérament et un charme qui font mouche. Le jeune comédien (Mon Bébé, (2019), De Gaulle, (2020)) trouve ici son premier premier rôle et gageons qu’on va le revoir très vite dans des projets de plus en plus réussis et ambitieux. Face à lui, pour sa première apparition à l’écran, Yoann Eloundou fait une entrée en matière pleine d’aplomb et de séduction, et si il sait gérer la médiatisation, il a l’abattage nécessaire pour parvenir à faire une belle carrière en lui souhaitant que les étoiles s’alignent. La présence de Gérard Lanvin est là plus anecdotique, son rôle n’étant pas suffisamment étoffé pour lui conférer autre chose que son charisme naturel et il manque au film un rôle féminin vraiment fort bien qu’Ornella Fleury et Marie-Sohna Condé aient de jolies scènes. Pour mettre en scène cette belle distribution, Christophe Barratier ne filme jamais de manière ostentatoire et se plie à la dimension humaniste de son histoire sans jamais vouloir la dépasser. Le réalisateur sait se faire discret et n’est pas là pour démontrer qu’il peut faire de grands mouvements d’appareils. C’est tout à son honneur que de proposer un grand film populaire qui, s’il ne se positionne pas comme étant révolutionnaire, apporte tout ce qu’on attend de lui, à savoir nous offrir plaisir et contentement. Les cyniques pourront toujours gloser que le film et ses personnages manquent d’aspérités et de relief, mais on sort d’Envole-Moi les yeux humides et le cœur battant et c’est une des plus belles sensations que nous offre le cinéma.

Titre Original: ENVOLE-MOI

Réalisé par: Christophe Barratier

Casting : Victor Belmondo, Yoann Eloundou, Gérard Lanvin …

Genre: Comédie dramatique

Sortie le: 19 mai 2021

Distribué par:  Pathé

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s