Critiques Cinéma

L’ÉTREINTE (Critique)

SYNOPSIS: Margaux a perdu son mari et commence une nouvelle vie. Elle s’installe chez sa sœur et s’inscrit à l’université pour reprendre des études de littérature. Mais rapidement, elle ressent le besoin d’autres émotions. Elle part en quête d’amour, au risque de s’y perdre… 

Pris dans la réouverture des salles de cinéma françaises qui s’annonce mouvementée et particulièrement bouchonnée par des films de tous horizons et de tous genres, L’Étreinte est le premier long métrage réalisé par Ludovic Bergery, s’offrant Emmanuelle Béart dans le rôle principal, et qui débarque sur nos écrans ce mercredi 19 mai tant attendu. L’Étreinte nous évoque l’histoire de Margaux, une femme déboussolée par le décès de son mari. Sans repère, elle décide d’emménager chez sa demi-sœur et de s’inscrire à l’université pour y commencer des études de littérature allemande. A travers ce retour sur les bancs de l’école, Margaux va reprendre le cours de sa vie malgré le vide abyssal que le deuil lui fait ressentir. Par son aspect profondément sensible et humain, Ludovic Bergery plonge sa protagoniste dans une redécouverte d’elle-même et de reconnexion avec ses émotions dans une période floue et désordonnée qui ne lui permet plus de savoir qui elle est et ce qu’elle veut. L’Étreinte place alors le corps en premier lieu, ce corps qui donne au film son titre – car c’est bien cette étreinte manquante qui détruit le plus Margaux. En faisant revenir la protagoniste à l’université et en la faisant côtoyer des jeunes adultes en pleine découverte du monde, Bergery filme une renaissance sentimentale, intime et sexuelle dans ce maelstrom d’émotions et de touchers charnels.

De par son intrigue profondément classique et qui manque peut-être de portée et d’audace dans la façon dont tout nous est raconté, L’Étreinte parvient quand même à toucher et à émouvoir lorsque Margaux réussit à mettre des mots et des actes sur ce qu’elle ressent. En laissant la place au silence et aux temps morts pour signifier le deuil, la solitude profonde et l’incompréhension de l’héroïne, le film lui permet de se redécouvrir, redevenant sur les bancs de l’école une adolescente passionnée et perdue dans le flux incessant de nouvelles façons de percevoir l’amour. Entre son adolescence et les années 2020, la vision et le rapport à l’amour ont eux aussi bien changés. L’Étreinte, c’est aussi la chronique d’un amour qui change continuellement et auquel il faut toujours se connecter pour comprendre comment le monde fonctionne. A travers les réseaux sociaux, coming out et autres relations libres, le metteur en scène explore avec sensibilité une ère connectée où tout le monde n’a jamais semblé aussi déconnecté.

Si sa mise en scène reste extrêmement sobre et son rythme assez lent, L’Étreinte réussit quand même dans la ligne directrice qu’il entreprend, en proposant une histoire romantique, atypique et poétique, récit d’une femme en recherche de repères traversée par une solitude qui imbibe tout le récit. Ce manque qui la traverse et qu’elle cherche à combler par tous les moyens qu’elle a à sa disposition se montre particulièrement dévorant, dévoilant alors une intrigue assez violente dans la façon dont elle dépeint les émotions. Mais L’Étreinte dispose également d’un très joli casting, mené par une Emmanuelle Béart subtile et sensible. On trouve en seconde ligne un bon rôle pour Vincent Dedienne en confident d’une autre génération, qui trouve avec Margaux de très beaux moments de complicité. Ils sont également accompagnés par Eva Ionesco, Tibo Vandenborre et Sandor Funtek dans des seconds rôles aussi intéressants.


Plaçant l’émotion (ou l’absence d’émotion, plutôt) et sa protagoniste en demi-teinte – comme exsangue – au centre de son récit d’amour qui a parfois un peu de mal à savoir ce qu’il est, L’Étreinte reste malgré tout une histoire touchante et enlevée qui laisse aux sentiments féminins et au deuil une place prépondérante dans une société qui avance trop vite pour que les émotions puissent suivre. On s’attache alors vite à Margaux car sa solitude, ses silences et ses non-dits disent alors tout de ce qu’est le manque.

Titre Original: L’ÉTREINTE

Réalisé par: Ludovic Bergery

Casting : Emmanuelle Béart, Vincent Dedienne, Tibo Vandenborre …

Genre: Drame

Sortie le: 19 mai 2021

Distribué par: Pyramide Distribution

BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s