Critiques Cinéma

WAY DOWN (BRAQUAGE FINAL) (Critique)

SYNOPSIS : En 2010, dans les eaux espagnoles, des chasseurs d’objets d’art mettent la main sur un trésor inestimable. Intercepté par les autorités, le trésor est entreposé dans le coffre de la Banque d’Espagne, réputé inviolable. Pour en percer les mystères, l’équipe recrute un jeune ingénieur prodigieux et mise sur la Coupe du monde de football pour créer la diversion parfaite. Mais leurs préparatifs éveillent les soupçons du chef de la sécurité, un coriace, ancien des forces spéciales…

Le film de casse est un genre singulier tant il est ancré dans un héritage de codes et de références qui nourrissent chaque nouvelle tentative de filmer de l’intérieur une équipe planifiant le braquage d’un édifice ultra protégé. Mis en scène par l’espagnol Jaume Balagueró (à qui l’on doit notamment la saga horrifique filmée en found footage [REC] en collaboration avec Paco Plaza), Way Down est un produit issu de cette lignée extrêmement codifiée que l’on connait désormais sur le bout des doigts. Mais à certains égards, il s’aventure dans d’autres contrées qui pourraient bien en faire une jolie surprise. Lorsqu’un coffre datant des explorations de Sir Francis Drake au XVIe Siècle est repêché au large des côtes espagnoles et cadenassé au cœur du coffre-fort le plus sécurisé au Monde en plein centre de la Banque d’Espagne de Madrid, un chasseur de trésor monte une équipe pour se lancer à son assaut. Pour se faire, il recrute un jeune ingénieur brillant, Thom Johnson, pour qu’il étudie le mystérieux mécanisme du coffre afin de le désactiver. Et pour lancer le braquage le plus discrètement possible, l’équipe profite de l’agitation qui secoue Madrid alors que dehors, les foules s’agglutinent sur les grandes places de la ville pour y supporter l’équipe nationale de football, en route vers le sacre de Championne du Monde.


Dans ses accents de film de braquage, Way Down assume entièrement ses références. Il y a du Soderbergh dans cette équipe qui se réunit doucement pour faire profiter à tous des talents respectifs et uniques au monde de chacun de ses membres. S’ils répondent tous à des stéréotypes du genre (l’informaticien, le leader déterminé, le jeune ingénieur renfermé, le dur à cuire et le love interest spécialiste en art), Way Down est pesé par cette équipe qui peine à se construire et à être réellement crédible. Leurs échanges et leurs personnalités respectives ont parfois du mal à exister, à se confronter et à en libérer des choses intéressantes humainement, ce qui est parfaitement dommage tant la mise en scène et l’intrigue se montrent généreux envers le spectateur. Car au-delà de ce braquage millimétré à la Ocean’s Eleven (qui est même directement cité par Thom dans le film), Way Down prend des racines dans le film d’aventure, lâchant ses braqueurs dans des galeries où les pièges sont légion et où la dissimulation, le déguisement et l’infiltration seront les seules solutions. En ce sens, Balagueró emprunte bien plus à Indiana Jones qu’à la trilogie de Danny Ocean, se permettant même une séquence où une poignée de personnage doit passer en équilibre sur une échelle au-dessus du vide dans une ambiance tout droit sortie de La Dernière Croisade ou d’un opus d’Uncharted. Way Down, en reprenant la devise de Francis Drake « Sic Parvis Magna » également attachée à la série de jeu d’aventure de Naughty Dog mettant en scène le chasseur de trésor Nathan Drake, se nourrit de son sens démesuré des frissons de l’aventure à travers les couloirs de cette banque, plus proche d’un redoutable temple inca que de la Banque d’Espagne. Car à l’opposé de la démarche des masques de Dali de La Casa de Papel, ce braquage de la Bande se présente bien plus comme une quête, et non comme une série de bidouilles en tout genre. Si le film ne va jamais très loin dans ses idées de scénario et dans ses effets, l’action proposée est satisfaisante à plein d’égards, se posant comme un film d’aventure sur fond de Coupe du Monde haletante et même parfois attachant. Les retournements de situation sont souvent prévisibles à l’avance, mais on appréciera tout de même les quelques effets dramatiques qui fonctionnent et qui parviennent à apporter au film dans son dernier souffle des instants réellement percutants.


Son casting, même s’il a du mal à créer une véritable alchimie de groupe, s’en sort néanmoins avec les honneurs, réunissant des acteurs confirmés comme Àstrid Bergès-Frisbey, Sam Riley, Liam Cunningham, et Famke Jennsen. Présenté en tête d’affiche, la présence de Freddie Highmore est notable tant il est réjouissant de le trouver dans une telle aventure. Bien qu’il ne dispose pas de la place et des nuances des très bons rôles qu’il a pu trouver dans ses interprétations de Norman Bates ou dans The Good Doctor, il donne à l’ensemble une aura attachante et reconnaissable.



S’il ne révolutionne en rien ni le film de braquage ni le film d’aventure, Way Down se pose tout de même comme un divertissement disposant d’une mise en scène enlevée et très efficace, ne se laissant pas peser par la superficialité et l’artificialité qui aurait pu lui être fatale en oubliant de laisser une place au casting. Celui-ci, même si le scénario ne lui offre pas toutes les nuances qui aurait gagné à faire du film une réussite irréprochable, se montre très précis dans cette plongée jouissive et haletante dans ce sursaut d’excitation que vit l’Espagne en 2010 alors qu’Iniesta, David Villa et Iker Casillas mènent l’équipe nationale au sommet du Monde en Afrique du Sud. Way Down, malgré ses défauts de constitution, braque le film de braquage, prenant à revers les attentes dans une aventure humaine saisissante, qui trouve finalement un véritable cœur bien enfermé dans son coffre-fort.

Titre Original: THE VAULT

Réalisé par: Jaume Balagueró

Casting : Freddie Highmore, Astrid Bergès-Frisbey, Sam Riley …

Genre: Action, Thriller, Policier, Aventure

Sortie le: 30 avril 2021 sur MyCanal

Distribué par: –

BIEN

1 réponse »

  1. Ce film n’a aucun sens si vous voulez regarder un bon film d’action ne le regarder pas si vous avec juste 10 de QI vous comprenez que se braquage est impossible bref je vous déconseille très fortement une catastrophe

Répondre à Combart Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s