Critiques Cinéma

THE HANDMAID’S TALE (Critique Saison 4 Épisodes 1×01 – 1×03) Répétitif mais des acteurs toujours aussi impliqués…

SYNOPSIS: Désormais en cavale après avoir risqué sa vie pour permettre à plusieurs dizaines d’enfants de rejoindre le Canada, June est déterminée à faire tomber la République de Gilead alors que le réseau de résistance s’accentue.

Près de deux ans d’attente plus tard, The Handmaid’s Tale est enfin de retour. On avait quitté la série sur une saison 3 particulièrement décevante, toujours aussi prompte à miser sur l’horreur, la torture, la complaisance dans la violence, et un remarquable sens du statu-quo, qui peinait à faire évoluer sa protagoniste, June. Pourtant, si décevante soit-elle, cette saison avait le mérite de se terminer sur un bon changement : June, au prix d’une grave blessure, réussissait à faire fuir des dizaines d’enfants de Gilead. Un changement important, quand on sait que cette dictature avait à cœur de faire prospérer ses descendances, notamment via les Servantes, véritables utérus sur pattes. La saison 4 commence donc avec June en fuite, tentant d’échapper aux autorités de Gilead, tandis que de l’autre côté, les Waterford se déchirent et que la résistance s’organise. Sur les 3 épisodes fournis à la presse, il faut bien avouer que ce point de départ, s’il trouve quelques rebondissements intéressants, fait surtout du surplace. S’il est évident que l’univers développé dans le roman de Margaret Atwood ne respire pas exactement la joie de vivre, ce début de saison 4 met pourtant en exergue tous les défauts de la série jusqu’à maintenant : un statu-quo toujours hésitant à changer, un sens aigu de la torture, bref, tout ce qu’on disait plus haut est toujours là; avec en bonus, et incarnée par l’excellente McKenna Grace, un nouveau modèle de jeune fille violentée à répétition.

Il y a quelque chose d’intéressant, cela dit, à voir comment la violence perpétrée sur les femmes à Gilead (et dans le monde réel, hélas) touche toutes les tranches d’âges; et tante Lydia, dans ce début de saison, en est un excellent révélateur, à la fois victime et bourreau. Pourtant, cette mécanique tourne définitivement à vide, les personnages enchaînant les mauvaises décisions, June en tête. D’autres se révèlent particulièrement décevants (Nick, pour ne pas le citer, même s’il est heureux d’enfin le revoir après ses apparitions fantomatiques en saison 3), et d’autres, eh bien… se révèlent répétitifs (c’est décidément le mot qui convient), comme les Waterford.

Le disque est donc rayé, et si ce n’est pour les acteurs toujours aussi impliqués, on s’ennuierait ferme. Pour autant, on peut quand même trouver un peu de positif à ce début de saison, à commencer par sa mise en scène. Pour l’épisode 3, on retrouve en effet Elisabeth Moss à la réalisation, et si son style ne tranche pas abruptement du reste de la série, cela est suffisamment efficace pour en faire l’épisode le plus intéressant du lot. De même, si les pistes intéressantes sont rares, on a envie d’espérer que leur radicalité aura raison du statu-quo en action, et on pense notamment à l’arc autour de Mme Waterford, qui vient bouleverser tout ce que l’on savait du personnage jusqu’ici. Mensonge ou révolution, son personnage est peut-être l’emblème le plus profond du mal-être comme des solutions que la série peut trouver pour revenir à son niveau de saison 1.

Pour conclure, visuellement, The Handmaid’s Tale est toujours aussi impeccable, à l’image de son casting. En revanche, il va falloir que la série mette un sérieux coup de pied dans la fourmilière de ses idées, de sa structure, car si l’on s’en tient à ce début de saison 4, l’essoufflement ne semble pas s’arrêter et empire, même. Sans que l’on s’ennuie, les aventures de June commencent à se lasser, et on aimerait que la série puisse s’émanciper de ses vieux démons. Il n’est pas trop tard pour cela.

Crédits: Hulu / OCS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s