Actus

Alors, on regarde quoi ce soir ? (Sélection Sorties Vidéo Décembre 2020)

Certes Noël est passé (à moins que mon rédacteur en chef ne mette sournoisement cet article en ligne avant la nuit du 24), mais lorsqu’on est un amateur de cinéma, il n’y a pas de saison pour compléter sa collection de blu-ray ou de dvd (mais surtout de blu-ray). Ce mois-ci nous vous proposons un Rock Hudson en mode comédie, un John Frankenheimer méconnu et pourtant formidable, un Russell Crowe très fâché, un classique de Chabrol et un inédit de Sono Sion proposé par Spectrum Films que nous accueillons pour la première fois dans cette rubrique, mais sans doute pas pour la dernière ! Bon visionnage…



Love & Peace (2015)
Réalisé par Sono Sion
Avec : Kumiko Aso, Hiroki Hasegawa, Kiyohiko Shibukawa
Durée : 1h57
Date de sortie : Le 20 novembre 2020 chez Spectrum Films

SYNOPSIS: Ryoichi, un employé de bureau, chanteur déchu, introverti et souffre-douleur, se prend d’une amitié démesurée pour une petite tortue qu’il nomme Pikadon. Sous la pression de ses collègues de bureau, Ryoichi l’abandonne. Pikadon se retrouve alors dans les égouts et rencontre un vieil homme qui donne aux jouets et animaux la faculté de parler.

Love & Peace est une critique en règle de notre société de consommation, de l’industrie musicale au Japon, mais aussi un film pour enfants, un film de kaiju (monstres géants des films japonais), une comédie, une œuvre punk, un film musical, un conte de Noël… bref, c’est une fois de plus chez Sono Sion un film inclassable et souvent émouvant qui véhicule de nombreux messages. Chose rare chez le réalisateur, Love & Peace est une œuvre grand public, décalée et pleine d’espoir, une œuvre anticapitaliste pour petits et grands qui oscille entre tragédie et comédie et qui réussit à maintenir un équilibre entre les différents genres sans jamais tomber dans le ridicule. Cette année-là (2015) Sono Sion a sorti 4 films en salles (alors que son compatriote Takashi Miike n’en a sorti que deux…) dont le très sympathique Tag, mais Love & Peace est sans doute le plus intéressant et c’est donc une formidable surprise que de le voir débarquer en blu-ray chez Spectrum Films, accompagné de nombreux bonus dont une présentation du film par le spécialiste français de Sono Sion et auteur du livre Sono Sion et l’exercice du Chaos, Constant Voisin.

Le saviez-vous ? Sono Sion aurait souhaité que le film s’intitule Pikadon, du nom de la tortue, ce qui renvoie à l’explosion de la bombe nucléaire : pika pour l’éclair et don pour la détonation.


Le Sport favori de l’homme (1964)
Réalisé par Howard Hawks
Avec : Rock Hudson, Paula Prentiss, Maria Perschy
Durée : 2h
Date de sortie : Le 8 décembre 2020 chez Elephant Films



SYNOPSIS: Vendeur dans un magasin de sports, spécialiste de la pêche apprécié de tous, Roger Willoughby est envoyé par son directeur pour prendre part à un grand concours sur le lac Wakapooge. Mais Roger n’aime pas vraiment la pêche et avoue alors à Abigail Page, la charmante organisatrice, qu’il déteste le poisson et que sa réputation ne repose que sur des mensonges. Mais Abigail se met en tête d’initier Roger pour qu’il puisse concourir…

Certes, Le Sport favori de l’homme n’est pas à la hauteur des meilleures comédies d’Howard Hawks, mais c’est tout de même une très jolie réussite. Ici c’est la femme qui domine et l’homme qui subit, et c’est très drôle. Cette guerre des sexes réjouissante propose quelques scènes totalement absurdes et savoureuses. Le duo principal fonctionne plutôt bien, Rock Hudson est un peu monolithique mais cela correspond au personnage, et, Paula Prentisse est un tourbillon de talent et de charme. Chez Howard Hawks, réalisateur de comédies, le mâle américain en prend souvent pour son grade, et ceci pour notre plus grand plaisir. Et puis, rien que pour l’ours… bref, Le Sport favori de l’homme n’est pas le plus connu des Hawks, mais la très belle édition proposée par Elephant Films vaut réellement le coup d’œil.

Le saviez-vous ? Cary Grant était le choix initial de Howard Hawks pour le rôle principal. Mais celui-ci, âgé de 59 ans, ne se sentait pas crédible face à une actrice beaucoup plus jeune que lui.


Le Pays de la violence (1970 – I Walk the Line)
Réalisé par John Frankenheimer
Avec : Gregory Peck, Tuesday Weld, Estelle Parsons
Durée : 1h37
Date de sortie : Le 5 décembre 2020 chez Sidonis Calysta



SYNOPSIS: Henry Tawes est le shérif d’une petite ville du Tennessee. Homme de haute moralité, il est toujours prompt à juger les autres et suit la loi à la lettre. Il rencontre Alma McCain, une belle jeune fille qui bouleverse son existence. Incapable d’ignorer ses sentiments, il entame une liaison avec elle. Mais dans une petite ville, rien n’est secret longtemps.

Le Pays de la violence, ou plutôt I Walk The Line, film méconnu de John Frankenheimer est réédité ce mois-ci par Sidonis Calysta. Et cette plongée tragique dans l’Amérique profonde est une excellente surprise. Âpre, étouffant, désespéré, traversé d’un romantisme doux-amer et rythmé par les magnifiques ballades de Johnny Cash, I Walk the The Line est un portrait sans concessions d’un pays en décomposition, un petit bijou fataliste porté par le charisme de Grégory Peck, formidable en shérif qui rêve soudain de s’extirper de sa vie figée et engluée. Cerise sur le gâteau c’est un très beau coffret que nous propose Sidonis Calysta, une édition digibook dvd + blu-ray accompagné d’un livre de 60 pages et de nombreux bonus dont une présentation du film par Thierry Frémaux. Indispensable.

Le saviez-vous ? C’est Johnny Cash qui composa la musique du film. C’est d’ailleurs l’une de ses chansons, I Walk the Line, qu’il réenregistra pour l’occasion, qui donna son titre au film.



Enragé
Réalisé par Derrick Borte
Avec : Russell Crowe, Caren Pistorius, Jimmi Simpson, Gabriel Bateman
Durée : 1h30
Date de sortie : Le 19 novembre 2020 chez M6 Video



SYNOPSIS: Mauvaise journée pour Rachel : en retard pour conduire son fils à l’école, elle se retrouve coincée au feu derrière une voiture qui ne redémarre pas. Perdant patience, elle klaxonne et passe devant. Quelques mètres plus loin, le même pick up s’arrête à son niveau. Son conducteur la somme de s’excuser, mais elle refuse. Furieux, il commence à la suivre… La journée de Rachel se transforme en véritable cauchemar.

Pas de surprise, c’est une série B bourrine et efficace que nous propose Derrick Borte. Un cauchemar urbain assez terrifiant qui dénonce (avec de gros sabots) la brutalité de notre monde citadin oppressant et violent. C’est donc du pur cinéma de divertissement porté par un Russell Crowe en mode pas content, jouissif et certainement vite oublié, mais qui fera le taf lors d’une soirée pop-corn entre amis. Et puis le film aura au moins l’avantage de nous faire un peu hésiter avant de klaxonner violemment au volant pour la moindre raison… Bref c’est méchant, c’est violent, c’est angoissant, ce n’est pas du grand cinéma mais ça remplit le contrat.

Le saviez-vous ? Avant Russell Crowe c’est Nicolas Cage qui a été approché pour le rôle principal. Mais ce dernier a refusé, ce qui est d’ailleurs surprenant au vu de ses derniers films… (cet avis n’engage que moi…)


La Cérémonie (1995)
Réalisé par Claude Chabrol
Avec : Isabelle Huppert, Sandrine Bonnaire, Jacqueline Bisset
Durée : 1h52
Date de sortie : Le 2 décembre chez Carlotta Films (Coffret Suspense Au Féminin avec L’Enfer, La Cérémonie, Rien ne va plus, Merci pour le chocolat et La Fleur du mal)



SYNOPSIS: Jeanne, la postière est curieuse et délurée. Sophie engagée comme bonne par une famille bourgeoise de la région de St Malo, est introvertie et secrète. Toutes deux ont un secret à cacher qui les rapproche dans une amitié-alliance. Quels secrets et pour quelle alliance ?

Avec L’enfer, terrifiante descente dans les affres de la jalousie et de la paranoïa, La cérémonie est certainement l’une des pièces maîtresses du coffret Claude Chabrol, Suspense Au Féminin proposé par Carlotta. Chef-d’œuvre de précision, suspense croissant, montée de la frustration, de l’humiliation cette œuvre impitoyable nous tient en haleine jusqu’au bout. Et dès le début il est évident que la rencontre entre une famille bourgeoise « humiliante malgré elle », et cette bonne analphabète dont la frustration et la violence vont être réveillées par une amitié dangereuse, ne pouvait que se terminer mal. Et si la fin paraît inéducable, le chemin lui est brillant, intense et étouffant. Ici la fracture entre les deux mondes est définitive, et le fossé qui les sépare est rouge sang. Un grand film à redécouvrir dans le coffret Suspense Au féminin.

Le saviez-vous ? La Cérémonie est l’adaptation d’un polar de l’écrivain britannique Ruth Rendell, dont Claude Chabrol est un admirateur et dont il adapta une seconde œuvre en 2004, La Demoiselle d’honneur avec Benoît Magimel et Laura Smet.

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s