Critiques Cinéma

LA CHÈVRE (Critique)

SYNOPSIS: La fille du Grand PDG Bens est tellement malchanceuse qu’elle se fait enlever alors qu’elle est en vacances au Mexique. Pour la retrouver, son père engage le détective privé Campana qu’il associe à un gaffeur invétéré dans l’espoir qu’il le rapproche de sa fille… 

Deuxième film de Francis Veber après Le Jouet, la Chèvre est une comédie culte à plus d’un titre, et notamment parce qu’elle met en scène un duo rocambolesque incarné par Pierre Richard et Gérard Depardieu dans la peau de personnages aux antipodes l’un de l’autre ; lesdits individus se retrouvent obligés de collaborer ensemble au cours d’une enquête qui va devenir progressivement improbable. Sauf que l’un est François Perrin (Pierre Richard), qui n’est rien d’autre qu’une déclinaison du mythique François Pignon (identité fictive chérie par Francis Veber), et dans La Chèvre celui-ci est particulièrement malchanceux. C’est bien simple, s’il y a une porte à se prendre de plein fouet, elle sera pour sa pomme. Mais cela tombe plutôt bien car les deux compères (titre d’un autre film de Francis Veber au passage, toujours avec le même duo d’acteurs) vont se lancer sur les traces de Marie Bens (Corynne Charby), une poissarde d’exception, véritable âme sœur de mésaventures de François Perrin. Qui d’autre pour la retrouver que celui qui va se prendre les mêmes portes et autres obstacles en tous genres identiques qu’elle ? Débute alors un jeu de piste guidé par la poisse avec un grand P, en compagnie de Sir François Perrin comme guide et vedette d’une épopée galvanisante à travers le Mexique, accompagné du Détective Campana (Gérard Depardieu).



La Chèvre n’est pas seulement amusant, c’est aussi un long métrage intelligent et plus subtil qu’il n’en a l’air de prime abord. Son postulat de départ ne fera tout au long de l’histoire qu’être sublimé par un scénario ingénieux et drôlissime. Plus que les bourdes et mésaventures de François Perrin, c’est bel et bien l’alchimie entre Pierre Richard et Gérard Depardieu qui fait le sel de l’aventure. Dire que le duo fonctionne serait un euphémisme tant la complémentarité des personnages et des acteurs est évidente : François Perrin, guidé par sa poisse dont la légende le précède et qui n’est d’ailleurs présent que par cette seule compétence improbable (raison de son recrutement pour servir de « boussole ») et Gérard Depardieu les gros bras qui vont subir directement les retombées des évènements de son acolyte quitte à attirer sur lui-même le mauvais œil, vont finir par s’attacher l’un à l’autre et se soutenir malgré des frictions évidentes liées à leurs différences.


Au cours de cette aventure rien ne leur sera épargné avec en pagaille : sables mouvants, guêpe (avec l’allergie qui va bien), gorille et autres traquenards de qualité y compris un passage dans une cellule lugubre assortie de prunes et gnons pour l’infortuné Campana. Dynamique, drôle, jamais lourde, l’aventure réserve son lot de péripéties. Tourné entièrement au Mexique, le film se délocalise tour à tour dans la ville puis dans la jungle mexicaine, faisant de La Chèvre un véritable road-trip aventurier à l’ambiance unique habillée d’une partition musicale de Vladimir Cosma, incroyable tour de force qui permet d’identifier le film entre mille juste en tendant l’oreille. Difficile de dire ce qui demeure le plus amusant mais les pitreries et répliques improbables de François Perrin ont indéniablement leur charme.


Francis Veber nous offre donc avec La Chèvre une comédie française brillante comme il n’en existe malheureusement plus à l’heure actuelle. Le postulat de départ est intelligemment exploité, porté par une flûte de pan de toute beauté. On en redeviendrait presque nostalgiques, voire un poil tristes à l’idée de ne plus voir ce duo parfait nous régaler à nouveau en arpentant des aventures concoctées par Francis Veber. Difficile de dire combien de fois nous avons vu La Chèvre : découvert au cours de notre plus tendre enfance, le film nous a bercé tout au long de notre vie, restant à ce jour une de nos références incontournables en matière de comédies, qui ne prend pas une ride, que nous regardons dès qu’il s’agit de nous remonter un peu le moral, et que tout simplement nous aimons profondément.

Titre original: LA CHÈVRE

Réalisé par: Francis Veber

Casting: Pierre Richard, Gérard Depardieu, Michel Robin …

Genre: Comédie

Sortie le: 09 décembre 1981

Distribué par : Gaumont

TOP NIVEAU

 

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s