Critiques Cinéma

MULAN (Critique)

SYNOPSIS: Lorsque l’Empereur de Chine publie un décret stipulant qu’un homme de chaque famille du pays doit intégrer l’armée impériale pour combattre des envahisseurs venus du nord, Hua Mulan, fille ainée d’un vénérable guerrier désormais atteint par la maladie, décide de prendre sa place au combat. Se faisant passer pour un soldat du nom de Hua Jun, elle se voit mise à l’épreuve à chaque étape du processus d’apprentissage, mobilisant chaque jour un peu plus sa force intérieure pour explorer son véritable potentiel… Commence alors pour Mulan un voyage épique qui transformera la jeune fille en une guerrière aux faits d’armes héroïques, honorée par tout un peuple reconnaissant et faisant la fierté de son père. 

L’un des évènements cinéma du printemps est devenu un emblème de la profonde crise en cours entre distributeurs et exploitants. Mulan, l’adaptation en live-action du dessin-animé qui a fait les beaux jours de la firme aux grandes oreilles dans les années 90, devait arriver sur les écrans, et, n’en déplaise à ses détracteurs, pulvériser le box-office avec une recette dont seul Disney a le secret. Première adaptation de live-action Disney réalisé par une femme (Niki Caro), casting chinois : tous les ingrédients étaient là pour un gigantesque succès. La suite du printemps a pourtant scellé le destin du film en salles, puisqu’après plusieurs reports, le studio a annoncé que le film serait disponible uniquement sur Disney + , moyennant plusieurs dizaines de dollars en plus du coût de l’abonnement à la plateforme. De quoi créer un électrochoc qui sera devenu presque une nouvelle habituelle : la pandémie du coronavirus aura condamné le sort de plusieurs films qui seront passés directement en VOD, provoquant l’inquiétude des exploitants dans une situation stérile où il devient compliqué de faire revenir le public en salles. Mais en attendant de savoir si la tactique de Disney + portera financièrement ses fruits et amortira les pertes liées à la non sortie cinéma, revenons, finalement, à l’essentiel : que vaut cette nouvelle mouture de la célèbre guerrière chinoise ?



Il existe beaucoup de versions du destin de Mulan qui ont su devenir populaires, même au-delà de la version animée de Disney, qui comporte comme vous vous en doutez beaucoup de romantisation et d’inexactitudes (à la manière, finalement, d’une Pocahontas). On aurait pu penser que ce live-action allait peut-être corriger le tir. Première désillusion, il n’en est rien, et l’on se retrouve finalement face à un produit américain prétendant être destiné au public chinois. Mais très rapidement, les espoirs sont douchés : non seulement cette version n’apporte rien, mais elle est en plus très pauvre à tous les niveaux.



Le plus flagrant serait peut-être la réappropriation du « Chi, la force dont George Lucas s’est ouvertement inspiré pour Star Wars. Soit une nouvelle disneyisation (osons inventer le mot) d’un concept pourtant fascinant et ici réduit à peau de chagrin. Mulan a un don hors du commun, le Chi, mais qu’elle ne peut montrer ni exploiter, étant une femme dans une société strictement patriarcale où elle est destinée à devenir une épouse modèle. Au-delà du parfum rance qui se dégage, cet aspect du scénario contribue à faire de Mulan une nouvelle « Mary Sue », ce trope désignant une femme qui acquiert rapidement un don lui permettant de triompher de toutes les épreuves sans difficulté. Des critiques dont le personnage de Rey dans la postlogie Star Wars avait souffert de la part d’une frange sexiste du public ; et il y a fort à parier que malheureusement, ces reproches arriveront aussi lorsqu’ils verront Mulan se battre sans la moindre difficulté face aux Huns. Le plus triste dans tout ça, c’est que la Mulan du dessin-animé, puisque la comparaison doit quand même être faite, apprenait à la dure à se battre, avec ses alliés et avec Shang. Ici, Mulan n’a rien à apprendre puisqu’elle sait déjà tout. Ce qui prive d’une immense empathie que l’on pouvait ressentir pour le personnage. Qui plus est, il faut bien avouer que Liu Yifei est loin d’être convaincante dans le rôle, avec une palette d’émotions très limitée qui rend le personnage très froid et peu sympathique. De manière générale, le casting est à la peine : les pointures comme Jet Li, Donnie Yen, sont complètement transparentes. Tout juste retiendra-t-on Gong Li, efficace et charismatique en sorcière avec le peu d’épaisseur qui lui est accordé. On tente alors de se consoler avec la mise en scène de Niki Caro, qui essaye de tirer le mieux possible des moyens alloués à la production mais hormis les scènes d’action, le tout reste désespérément plat et sans personnalité, se contentant du minimum syndical.  On se retrouve en fin de compte avec un résultat final rageant, autant dans son propos faussement « girl power » que dans sa mise en scène et son scope qui ne sont pas à la hauteur du mythe. S’il est regrettable que le public intéressé ne puisse pas découvrir le film en salles, on ne saurait pas non plus conseiller un visionnage sur Disney + qui vous fera perdre autant de temps que d’argent.

Titre Original:MULAN


Réalisé par: Niki Caro


Casting :Liu Yifei, Donnie Yen, Gong Li …

Genre: Aventure, Famille, Fantastique


Sortie le: 04 décembre 2020


Distribué par: Disney+


TRÈS MAUVAIS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s