Critiques Cinéma

EMA (Critique)

SYNOPSIS : Ema, jeune danseuse mariée à un chorégraphe de renom, est hantée par les conséquences d’une adoption qui a mal tourné. Elle décide de transformer sa vie. 

Avant de découvrir dans un futur proche son biopic sur la princesse Diana avec Kristen Stewart dans le rôle-titre, Pablo Larrain est de retour, pour son film Ema, présenté l’an passé dans les festivals d’automne. Prévu pour le printemps dernier dans les salles françaises, le film a bénéficié d’un report permettant quand même au public de le découvrir au cinéma, où il pourrait trouver sa place parmi des sorties encore restreintes. On espère cependant que le public a le cœur prêt pour ce long-métrage qui laisse un arrière-goût très étrange en bouche. Et pour cause, le film commence alors que la jeune Ema, une danseuse mariée au chorégraphe de sa troupe de danse, vient de rendre à l’adoption le fils qu’elle et son mari avaient adopté un an plus tôt. Le petit étant violent et incontrôlable, le couple s’est senti dépassé, comme cela peut arriver à n’importe qui. Mais le fait même de rendre l’enfant, à nouveau orphelin aux yeux de la loi, a quelque chose de troublant, forcément, et de nature à être jugé sévèrement par l’environnement des deux protagonistes.


Cet abandon signe le début du film et le commencement d’une période trouble pour Ema, présente dans toutes les scènes, quasiment de tous les plans. Sa relation toxique avec son mari (excellent Gael Garcia Bernal), sa passion pour la danse reggaeton qu’elle pratique avec ses amies, son rapport au sexe, au feu et à l’amour : tout se floute, tout se brouille, dans un grand chambardement qui ne laissera aucun personnage indemne. Le problème principal du film, c’est que son héroïne, si elle peut être intéressante à suivre dans une certaine mesure, manque d’un facteur qui fait qu’on pourrait ressentir un minimum de sympathie ou au moins d’empathie pour elle. Ema est manipulatrice, menteuse, lâche : un caractère fort, un parti-pris assumé et après tout, pourquoi pas ? Cela aurait encore pu donner une méchante de cinéma d’anthologie par moments similaire à l’Amy Dunne de Gone Girl (et ce n’est pas que pour les cheveux blonds que la ressemblance est présente). Mais on comprend rapidement que la toile qu’Ema tisse autour de ses amants et amantes est dans un but purement égoïste, sans compassion aucune pour ces gens, qui sont en revanche authentiquement attiré(e)s par son magnétisme et son charisme.


Il faut donc subir ce ballet amoureux (ou plutôt sexuel) le temps d’1h40 qui passe très lentement, la faute à un rythme qui accumule les ventres mous avant un final glaçant et extrêmement perturbant, et dont le climax consiste en une séquence où tout l’abécédaire amoureux d’Ema s’exalte dans ses bras, fascinante mais trop longue pour ce qu’elle raconte. Heureusement pour nous, Pablo Larrain réitère ses prouesses de mise en scène, sa caméra à l’épaule immersive et gracieuse capte somptueusement tous les styles de danses du film et leur offre une noblesse que renient ceux qui méprisent le reggaeton ; même si Larrain tombe parfois dans un montage clipesque, saluons au moins l’entreprise visuelle, qui est bien la seule chose positive à retenir du film. Amère déception donc qu’Ema, un faux-pas dans la carrière jusqu’ici quasiment composée de sans-fautes de la part de Pablo Larrain. La faute à un personnage principal mal écrit, un rythme en dents-de-scie et une révélation finale digne des plus grandes télé-novelas. Avec tout le respect que l’on doit à ce genre télévisuel, la comparaison, ici, n’est malheureusement pas flatteuse.

Titre Original: EMA

Réalisé par:  Pablo Larraín

Casting : Mariana Di Girólamo, Gael García Bernal, Paola Giannini …

Genre: Drame, Thriller

Sortie le: 2 Septembre 2020

Distribué par: Potemkine Films

PAS GÉNIAL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s