Critiques Cinéma

MIGNONNES (Critique)

SYNOPSIS: Amy, 11 ans, rencontre un groupe de danseuses appelé : « Les Mignonnes ». Fascinée, elle s’initie à une danse sensuelle, dans l’espoir d’intégrer leur bande et de fuir un bouleversement familial… 

Premier long-métrage de la réalisatrice Maïmouna Doucouré après avoir signé un joli succès avec son court-métrage Maman(s) en 2015, Mignonnes raconte l’histoire de Amy, une jeune fille de 11 ans qui se rapproche d’une bande de sa classe, passionnées de danse. Amy va alors, pour s’intégrer au groupe et ainsi fuir les problèmes familiaux qu’elle encaisse difficilement, apprendre des chorégraphies de plus en plus sensuelles, bien trop pour une enfant de 11 ans. Avec ce premier film, Maïmouna Doucouré aborde la thématique très sensible de l’hypersexualisation d’enfants très jeunes. Elle explore alors le système qui se met en place autour d’eux, les menant à s’habiller, se comporter et parler en mimétisme de ce qu’elles voient sur Internet ou autour d’elles. En étudiant cet impact de la société sur ces jeunes filles à un âge où la recherche d’identité est centrale, la réalisatrice permet de filmer avec précision et justesse cette période transitoire. Dans Mignonnes, Maïmouna Doucouré embrasse le point de vue de ces jeunes filles, préadolescentes rentrant au collège. En faisant ça, elle prend le partie de raconter leur histoire sans y apposer de jugements. La justesse et la réussite du film vient du fait qu’à aucun moment elle ne cherche à pointer du doigt, à condamner ou à faire porter la responsabilité de ce qui se passe à quelqu’un. Le long-métrage s’intéresse à tous les éléments qui amènent Amy à rejoindre cette bande de danseuses et à leur apprendre ces chorégraphies langoureuses qu’elle a vu sur le téléphone qu’elle a volé. On l’accompagne en explorant son contexte familial. D’une part, son père est absent à l’image mais pourtant redoutablement présent. C’est l’annonce de son mariage avec une deuxième femme qui va pousser Amy à tenter de fuir. Puis, on trouve également le personnage de la tante, figure autoritaire de la famille, qui représente la place de la religion dans l’éducation de la jeune fille.



Ce contexte familial étouffant pour cette jeune fille de 11 ans agit comme le point de départ du film, le moment où Amy décide de s’émanciper, et de devenir adulte – ou du moins, de faire comme les adultes. Elle passe alors à côté de son enfance et de son adolescence, grandissant bien trop vite pour se faire accepter et se faire remarquer. Mais encore une fois, la démarche de la metteuse en scène est particulièrement juste car à aucun moment elle ne cherche à blâmer ou à juger ce genre de comportement. Elle met en image une réalité très violente aujourd’hui, à l’époque d’Instagram et où l’accès à Internet est redoutablement simple dès le plus jeune âge. Mignonnes est un long-métrage réussi et lumineux qui doit énormément à son casting. Ses têtes d’affiche, dont c’est la première apparition à l’écran, contribuent à nourrir l’aspect sincère et touchant de l’ensemble. Fathia Youssouf, Mehdina El Aidi, Esther Gohourou et Ilanah, constituent ce quatuor de tête et offrent une vision criante de réalisme et très émouvante de cette pré-adolescence complexe.



Avec ce premier film très prometteur, Maïmouna Doucouré filme avec justesse cette adolescence perdue, cet âge transitoire où les identités sont floues pour ces jeunes filles qui se mettent subitement à devenir adultes bien trop vite. Au final, Mignonnes est une œuvre radieuse et très touchante autant qu’elle interroge. Les relations entre ces enfants font battre le cœur du film, qui permet très justement de mettre le doigt sur des problématiques sociétales particulièrement centrales. La réalisatrice pose la question « Comment devenir une femme aujourd’hui ?  » en mettant en image ce récit d’initiation de ces jeunes filles enfermées dans un système qui leur échappe encore. En faisant vivre ses personnages dans son 19ème arrondissement d’origine, Maïmouna Doucouré signe un très joli premier long-métrage, pertitnant et lumineux, se fermant sur un plan final riche en symbolique, voyant son protagoniste retourner à l’enfance, trouvant ainsi l’émancipation là où elle ne pensait justement pas la trouver.

Titre original: MIGNONNES

Réalisé par: Maimouna Doucouré

Casting: Fathia Youssouf, Medina El Aidi, Esther Gohourou…

Genre: Drame, Comédie

Sortie le: 19 août 2020

Distribué par : Bac Films

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s