Summer Fever 2020

SUMMER FEVER 2020 : Une sélection cinéma préparée par la rédaction – Épisode 3

Durant tout l’été la rédaction va vous accompagner avec des sélections de films à voir et à revoir, des découvertes à faire, des curiosités à explorer, des films doudous à savourer, des blockbusters, des séries B voire même des nanars pour s’éclater… Un été cinéma même chez soi, pour que cette année particulière reste aussi celle de la célébration de cet art qu’on dit 7ème mais qui reste le premier dans nos cœurs.

SUPER 8 (2011)

SYNOPSIS: Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu’ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer. 

Après avoir revitalisé les sagas Mission:Impossible et Star Trek (et avant Star Wars), J.J. Abrams réalisait son seul film original à ce jour, dans lequel un groupe d’enfants doit faire face à d’étranges phénomènes qui adviennent dans leur ville, le temps d’un été. Lourdement inspiré par les films de Spielberg, Abrams trouve tout de même une brèche personnelle pour au final une histoire universelle de deuil et d’amour. Très beau conte, magnifiquement mis en image, avec un rythme effréné et un casting comme toujours ultra réussi.

COLLATERAL (2004)

SYNOPSIS: Max est taxi de nuit à Los Angeles. Un soir, il se lie d’amitié avec une dénommée Annie Farrell, une belle femme procureur montée à l’arrière de son véhicule. Quelques minutes plus tard, c’est au tour d’un homme prénommé Vincent de monter dans le taxi. Un businessman, selon toute apparence, avec un emploi du temps chargé : pas moins de cinq rendez-vous à tenir dans la nuit. Max accepte de lui louer ses services jusqu’au petit matin, en échange de 600 dollars. Premier arrêt. Vincent entre dans un immeuble. Un coup de feu éclate aussitôt, un corps plonge dans le vide, s’écrasant sur le toit du taxi. Vincent redescend et, sous la menace de son arme, oblige Max à dissimuler le cadavre dans le coffre et à reprendre son mortel périple. Un chauffeur de taxi, un tueur implacable, cinq « cibles » à éliminer, des agents des stups et une équipe du FBI… Leurs destins se joueront cette nuit… 

Une nuit à Los Angeles, Tom Cruise embarque dans le taxi de Jamie Foxx, le temps d’éliminer cinq cibles. Parce que oui, dans ce film Tom Cruise est un méchant, au look incroyable et à l’efficacité redoutable. Face à lui, Jamie Foxx va devoir s’imposer et rêver plus haut. Sous la caméra numérique de Michael Mann, Los Angeles devient une zone sauvage, où tout peut arriver, y compris un ballet fascinant de coyotes qui prennent possession de l’hyper-urbanisme d’une mégalopole implantée dans le désert californien. Collateral, c’est magnifique en diable.

LES PRÉDATEURS (1983)

SYNOPSIS: Miriam est une femme-vampire née en Egypte il y a 4000 ans. Elle possède le don de l’immortalité et de la jeunesse. Elle vit,désormais, à New York, avec son compagnon John depuis 300 ans. John est alors frappé d’un processus accéléré de vieillissement. Afin de tenter de le sauver, Miriam rencontre la séduisante Sarah, docteur spécialiste des mécanismes du vieillissement, sur laquelle elle jette son dévolu… 

Le premier long métrage de Tony Scott est probablement son plus étrange, son plus intéressant aussi. Avec Catherine Deneuve, David Bowie et Susan Sarandon, le cadet des frères Scott distille une esthétique ultra marquée, baroque et 80’s, à un récit de vampirisme aux élans saphiques, dont la musique vous hantera longtemps, entre le Duo des fleurs de Lakmé, du Schubert et du Bach. Entre l’urbanisme architectural et une picturalité toute personnelle, Scott signe un premier film culte et peu (re)connu, qui mérite d’être bien plus vu.

MAN ON FIRE (2004)

SYNOPSIS: Le Mexique est en proie à une vague d’enlèvements sans précédent. Face au danger, certaines familles aisées engagent des gardes du corps pour assurer la protection rapprochée de leurs enfants.
C’est dans ce contexte lourd de menaces que débarque à Mexico l’ancien agent de la CIA John Creasy. Appelé par son vieil ami Rayburn, ce dernier se voit proposer un job inattendu : bodyguard de la petite Pita Ramos, fille de l’industriel Samuel Ramos.
La fillette, précoce, pleine de curiosité et de vitalité, insupporte John par ses questions personnelles. Pourtant, au fil des jours, Pita parvient à percer ses défenses. Après bien des années, celui-ci retrouve le goût de vivre.
C’est alors que Pita est kidnappée. Bien que grièvement blessé, Creasy se lance à la poursuite des ravisseurs. Inflexible, il remonte la piste, se jurant de retrouver sa protégée.  

Après Spy Game, Tony Scott s’est remis sur un projet qu’il trainait depuis le premier film réalisé par Elie Chouraqui, et embarque Denzel Washington avec lui, qu’il avait déjà dirigé dans USS Alabama, et qu’il ne quittera plus après Domino. Dans ce film de vengeance violent et sensible, Scott n’aura de cesse de pousser les limites de l’expérimentation, en installant des manivelles sur ses bobines de pellicule, forçant même des doubles expositions. Mais la force du récit est ailleurs, dans la relation entre ce garde du corps et cette petite fille, dont on croit à chaque moment de cette tragédie. Viscéral, beau et inventif, Man on Fire a ce petit supplément d’âme qui en fait un véritable chef d’œuvre.

MI$E A PRIX (2006)

SYNOPSIS: Buddy Israel, un comédien et magicien devenu gangster, décide de témoigner contre la mafia de Las Vegas. Celle-ci se lance alors à ses trousses et Buddy n’a désormais plus qu’une solution : se cacher. 

Après le succès de Narc, Joe Carnahan sort Smokin’ Aces, un film fou et foutraque, en forme de comédie dark mêlée à de l’action, dotée d’un casting tout bonnement incroyable : Ben Affleck, Ryan Reynolds, Chris Pine, Common, Jeremy Piven, Alicia Keys, Ray Liotta, Andy Garcia, Joel Edgerton, Matthew Fox, etc. Un film burné, au ton libéré, entre Ritchie, Tarantino et Scott, dans un indescriptible mélange des genres schizo, pour le plus grand plaisir de vos zygomatiques et de vos mirettes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s