Critiques Cinéma

BALLE PERDUE (Critique)

SYNOPSIS: Petit génie de la mécanique, Lino est réputé pour ses voitures-bélier. Jusqu’au jour où il se fait arrêter pour un braquage qui tourne mal. Repéré par le chef d’une unité de flics de choc, il se voit proposer un marché pour éviter la prison. 9 mois plus tard, Lino a largement fait ses preuves. Mais soudain accusé à tort de meurtre, il n’a d’autre choix que de retrouver l’unique preuve de son innocence : la balle du crime, coincée dans une voiture disparue.

Depuis quelques temps Netflix a passé la surmultiplié en permettant à un nombre accru de films originaux d’atterrir au sein de son catalogue. Les productions françaises ne font pas exception même si on cherche encore le film qui fera se pâmer la critique et le public d’un même élan. Pour le moment à part un drame (Paris est à nous), une romcom (Je ne suis pas un homme facile) ou un polar dur et sec qui était pour le coup bien mené (La Terre et le sang), on ne peut pas dire que l’offre soit renversante. Balle perdue qui réunit Alban Lenoir, Ramzy Bédia, Nicolas Duvauchelle, Stéfi Celma, Sébastien Lalanne, Rod Paradot, Alex Philip et Pascale Arbillot est réalisé par Guillaume Pierret dont c’est le premier long-métrage, et c’est un film d’action survitaminé qui, bien qu’il ne soit pas exempt de défauts, réussit la plupart des choses qu’il entreprend grâce à sa décomplexion mais aussi un sens du rythme et de la punchline ciselée afin d’obtenir de l’ouvrage rondement mené, qui font qu’on ne boude pas son plaisir. Écrit par Guillaume Pierret, dialogué et adapté par Pierret, Alban Lenoir et Kamel Guemra, Balle Perdue est un divertissement on ne peut plus efficace qui tranche avec le tout-venant, preuve qu’un film de genre mené avec les spécificités locales et une connaissance pointue de ce qu’il faut faire et ne pas faire, peut tout à fait fonctionner. Et malgré son allure punchy, Balle perdue garde le cap et parvient à ne pas plier sous le poids des références, parvenant ainsi à gagner sa singularité et sa personnalité.

 

Dans Balle Perdue, Alban Lenoir incarne Lino, génie de la mécanique, qui se fait arrêter lors d’un braquage raté et qui se voit proposé par la police pour échapper à la prison de les aider à traquer des trafiquants. Or, soudainement accusé de meurtre, son unique chance de prouver son innocence est de retrouver une balle qui s’est logée dans la carrosserie d’une voiture qui s’est volatilisée. Le pitch en soit n’est pas d’une folle inventivité, mais ce qui compte c’est le regard que l’on pose dessus et la façon de distordre une histoire en y faisant entrer sa personnalité et son savoir-faire. Ici, c’est fait avec intelligence, doigté et bonne humeur et, excepté quelques redites en cours de route, les 1h33 du film passent à toute allure. Si le cinéma de genre a un mal fou par chez nous à se (re)faire la vraie place au soleil qui devrait être la sienne, c’est qu’économiquement les projets sont trop souvent des échecs ou trop compliqués à mettre en place sans faire des coupes sombres dans les budgets. Ce n’est pas que nous manquons de talents pour mener à bien ce type d’entreprise, loin de là et Guillaume Pierret en est une nouvelle preuve et il impose d’emblée un style et une technique qui devraient lui valoir très rapidement de jolies propositions. Il filme l’action et la vitesse avec virtuosité et il nous emmène dans son sillage avec une belle énergie.

Outre l’action menée tambour battant la grande force du film est sa bonne humeur, qui malgré le drame sous-tend le récit sans jamais être lourdingue ou trop appuyé. Guillaume Pierret a pu compter sur un casting impeccable pour que cette alchimie fonctionne et donne ce cocktail réussi. Ramzy Bédia (goguenard) et Nicolas Duvauchelle (intense et charismatique) se tirent la bourre en flics concurrents, Stéfi Celma (Dix Pour Cent) démontre une nouvelle fois qu’elle n’est pas seulement belle, mais qu’elle peut gérer à la fois les émotions et l’action et Sébastien Lalanne, très convaincant comme toujours, qu’il est aussi à l’aise pour jouer les personnalités troubles et denses. Rod Paradot qu’on n’aurait pas imaginé dans ce type de personnage fait preuve une nouvelle fois d’une personnalité attachante et à fleur de peau même si le background de son personnage aurait mérité d’être un peu plus musclé.

Mais surtout, Balle perdue est encore une fois l’occasion pour le toujours parfait Alban Lenoir d’exprimer tout son potentiel, que ce soit dans l’action, la décontraction, la nonchalance ou l’humour, un peu comme un Belmondo moderne. Il est virevoltant (une scène d’action en particulier restera même dans les annales) et à l’aise dans tous les registres et on n’a pas fini d’espérer qu’on lui propose des personnages à la hauteur de sa personnalité entière, physique et attachante. Il est l’atout maître de cette Balle Perdue qu’on vous conseille d’aller retrouver séance tenante sur Netflix.

Titre Original: BALLE PERDUE

Réalisé par: Guillaume Pierret

Casting : Alban Lenoir, Nicolas Duvauchelle, Ramzy Bedia …

Genre: Thriller, Action

Sortie le: 19 juin 2020

Distribué par: Netflix France

BIEN

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s