Critiques Cinéma

U-235 (Critique)

SYNOPSIS: En pleine Seconde Guerre mondiale, une équipe de résistants belges sans foi ni loi est engagée pour kidnapper un sous-marin allemand. Leur mission : apporter l’uranium nécessaire au projet Manhattan du Congo belge à New York. Mais quand l’ennemi allemand se dresse sur leur route, c’est l’avenir de l’humanité entière qui se joue.

Le film de sous-marin est un sous-genre assez unique. Chacune de ses occurrences est l’occasion pour un metteur en scène de développer un nouveau point de vue et de décider de quel genre il désire s’approcher pour raconter son histoire. Par exemple, avec le récent frenchie Le Chant du Loup, Antonin Baudry montait un film d’action terriblement politique qui se servait de ses personnages pour construire une spirale de tension remarquablement précise et happante. Même si l’inspiration américaine nourrissait énormément ses scènes d’action, le metteur en scène concentrait son récit sur l’intérieur du sous-marin, voguant entre les différents membres des équipage. Cette année, c’est un long-métrage belge qui s’attaque au genre à sa façon. Mis en scène par Sven Huybrechts, U-235 raconte l’histoire d’un commando de résistants belges qui, en pleine Seconde Guerre Mondiale, reçoit une mission très importante : prendre un sous-marin allemand et le piloter jusqu’aux États-Unis pour leur ramener un nouvel élément indispensable à la construction d’un nouveau type de bombe, le genre qui pourrait leur faire gagner la guerre. De l’uranium.


U-235 est un film qui a vocation à être un film d’action pure, un film de guerre sur lequel plane pendant toute sa durée l’ombre de la menace allemande. En mettant en scène un commando composé de personnalités en tout genre, Sven Huybrechts conçoit un film formellement propre et bien mené. L’action y est précise et bien mise en scène, et les montées de tension fonctionnent. On prend plaisir à voir ces personnages s’envoyer des répliques bien senties, rappelant le commando des Inglourious Basterds de Tarantino. En les immergeant dans une boîte de conserve qui fuit, on suit un film qui s’inspire beaucoup des productions américaines dans le milieu du blockbuster. U-235 rappelle ces récits qui cherchent avant tout l’action, mais c’est parfois en dépit du réalisme. Certaines scènes ou résolutions sont tirées par les cheveux et manquent de finesse, ce qui fait perdre ce sentiment de réalisme qu’on ressentait par exemple devant Le Chant du Loup. Ici, c’est le déroulement de la tension tout au long du film qui prime. Et en plus de perdre certains aspects du réalisme, U-235 présente parfois trop rapidement ses personnages, ou en tout cas trop superficiellement. Et très souvent, on ne parvient pas à sentir cet attachement émotionnel qui amène tous les enjeux du récit. On met quelques secondes à se souvenir qui est le personnage en question et quelle est sa fonction, en dehors des trois ou quatre personnages principaux.


En parlant d’eux, on trouve au casting Koen De Bouw qui incarne le Capitaine en Second du sous-marin Stan, Ella-June Henrard dans le rôle de sa fille Nadine, Joren Seldeslachts en Filipe, et Thure Riefenstein incarnant le Lieutenant Franz Jäger. Nourri par un casting épais et conséquent, riche en personnalités en tout genre, U-235 en tire une grande force. Même si les rôles ne sont pas assez creusés pour vraiment s’y attacher émotionnellement, on ressent une envie collective de créer un groupe soudé, entre solidarité et taquinerie.


En conclusion, Sven Huybrechts met en scène un film efficace formellement et ponctué de bonnes idées de retournements, mais qui est pesé par des lacunes scénaristiques qui rendent certaines scènes superficielles et quelque peu clichées. A quelques instants, on sent bien la protection du scénario sur nos personnages, qui élimine partiellement les enjeux clés du film qui auraient pu le rendre vraiment très bon. Même si on ne boude pas notre plaisir, ces quelques éléments font vraiment resentir que l’ensemble aurait pu être creusé encore plus. En bref, on ressent derrière U-235 une envie profonde de faire un film d’action et d’aventure sur fond de Seconde Guerre Mondiale en se centrant sur l’équipage hétéroclite de ce sous-marin. Si dans le fond du propos, le film coince parfois, la réussite formelle est évidente -la photographie est très réussie-, et le casting est impeccable.

Titre original: TORPEDO

Réalisé par : Sven Huybrechts

Casting : Koen De Bouw, Thure Riefenstein, Ella-June Henrard …

Genre: Action, Aventure, Historique

Sortie le: 02 avril 2020 en VOD

Distribué par : Wild Side

BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s